Fantastiqua le monde des invisibles

Forum rpg autour d'un univers fantastique qui évolue au fil de vos histoires... Pas de limite d'âge pour laisser libre cours à ton imagination...

 
AccueilPortailMapIndex de FantastiquaFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La Demoiselle du Crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lomenis
Fantastiquien


Messages : 3

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
1/50000  (1/50000)
Inventaire:


MessageSujet: La Demoiselle du Crépuscule   Sam 16 Jan - 16:03






Nwes





Présentation





Identité




Nom : Alice

Prénom : Lómenís

Surnom : La Demoiselle du Crépuscule

Âge : 24 ans

Race : Sylphide

Allégeance : À venir

Rôle : Guerrière









Description



Description physique


En se brisant, les fragments du miroir reflétèrent chacun une partie de celle qui venait de le briser, tel un puzzle éparpillé. Untel renvoyait l'image d'un oeil violet allumé par une étincelle folle et cerné de noir, un autre une des boucles blondes qui descendaient à hauteur de cuisse, celui-ci une fine bouche étirée dans un large sourire malsain, celui-là le galbe pâle de la naissance d'une menue poitrine dissimulée sous de fines dentelles ornées du même ruban pourpre et blanc qui décorait un autre fragment reflétant la chevelure. Tous ensemble, ils reconstituaient le visage de poupée lisse et presque figé dans cette expression démente qu'avait Lómenís. L'oreille gauche percée par quatre petite pointe de métal, les mains délicates gantées de soie, les jambes revêtues d'un porte-jarretelle déchiré par endroits, en soie à droite, en résille à gauche, des bottes remontant jusqu'au genou; tout lui donnait un air de lolita à la fois aisée et dégénérée. Le crissement du verre brisé sous ses talons acheva d'illuminer toute la folle béatitude marquée sur ses traits.



Description mentale


Dans les cuisines, deux domestiques pensant s'offrir impunément une fringale de minuit discutaient à mi-voix de leur travail dans cette demeure à l'atmosphère étouffante. "Je n'en peux plus d'être ici, c'est insupportable. Nos maîtres sont bons et généreux, ça oui on est bien payées, mais cet endroit me glace le sang et la fille me donne des angoisses qui m'empêchent de dormir la nuit. Elle est folle à lier, je dis. L'autre jour, elle a lancé un énorme couteau vers Ed, il s'en est fallu d'un cheveu qu'elle lui coupe l'oreille. Et puis elle a repris le couteau avec ce regard fixe et insolent qu'elle vous a et a souris comme si c'était un jeu. Je l'ai aussi déjà vue en train de bouter le feu à une fourmilière dans le jardin ou de donner de grands coups de bêche dans les taupinières. La nuit dernière, elle est venue dans ma chambre et m'a dévisagée pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que j'ose lui demander ce qu'elle faisait. Et elle m'a répondu avec ce ton narquois qu'elle savait et que je serais sanctionnée dans les vingt-quatre heures. Enfin ça, j'attends de voir, elles sont presque passées ses vingt-quatre heures et tout le monde dort. Pas étonnant qu'elle n'ai pas d'ami, le seul garçon qui la fréquentait un peu elle n'a pas hésité à l'accuser d'avoir tué son chat et pour autant que je sache il a prit une correction si sévère qu'il a quitté le village. Tiens, et encore voilà pas une semaine elle..." sa voix s'interrompit net quand la bavarde entendit le long et sinistre grincement de la porte dans son dos. Baignée de pénombre, immobile dans l'entrebâillement, Lómenís les fixait avec ce sourire qui mettait tout le monde mal à l'aise. "Bonsoir. Moi aussi, j'ai faim" déclara-t-elle en élargissant la commissure de ses lèvres. Aucun autre son que le sifflement de l'acier pourpre fendant l'air ne se fit entendre, à part le plic ploc des gouttes de sang qui souillèrent le sol et le pof mou et étouffé du quignon de pain entamé qui les suivirent.









Histoire



Les parents de Lómenís étaient des Sylphes, des êtres presque humains mais d'une grâce et d'une beauté incomparable, liés au vent et à la nature et qu'on disait parfois parents des Elfes ou même des Anges. En tout cas, M. et Mme Alice décidèrent de vivre parmi les hommes, dans un petit bourg paisible de Nürnen où ils devinrent rapidement des personnes influentes. Après avoir acquis une certaine richesse, ils firent construire un grand manoir qui surplombait la colline dominant le village et leur emménagement fut accompagné de la naissance d'une adorable petite fille aux yeux vairons, l'un bleu et l'autre rouge pastel, qu'ils nommèrent Lómenís. Les années s'écoulèrent, tranquilles et sereines, mais la petite fille s'ennuyait terriblement. Instruite à domicile par un précepteur, pratiquant des activités sportives et apprenant à nager dans les aménagements privés du manoir, elle ne sortait que trop rarement et ne rencontrait jamais personne d'autre que la foule de domestiques servant sa famille. Et elle détestait viscéralement chacun d'entre eux, sans vraiment en avoir de raison. Mais en bonne petite fille bien éduquée, elle n'en laissait rien paraître et jouait sagement avec ses poupées.

Lors d'une promenade équestre, Lómenís rencontra un petit garçon de son âge, huit ans à l'époque. Par un concours de circonstances, il se lièrent d'amitié et pour la première fois de sa vie elle se senti vraiment heureuse. Ses parents accueillirent cet ami avec bienveillance et il passa dès lors énormément de temps avec Lómenís, éclairant sa vie d'une étincelle de bonheur chaque fois qu'ils étaient ensemble. Elle avait enfin un compagnon de jeu, quelqu'un qu'elle affectionnait en dehors de ses parents et surtout elle apprit l'art drôle et amusant de faire des bêtises. Ce petit garçon nommé Nildor était ce qu'elle avait de plus précieux au monde, d'autant que contrairement aux domestiques et aux autres enfants qu'elle rencontrait parfois, lui s'abstenait poliment de faire des remarques sur les quelques étranges lubies et le caractère incongru que pouvait avoir la fillette.

Le jour de ses douze ans, elle reçut de Nildor un cadeau qui, à ses yeux, était sans pareil. Elle avait déjà par trop eu l'habitude de recevoir de belles robes et des jouets coûteux, tout ce qu'elle pouvait désirer en fait. Mais jamais personne ne lui avait offert une simple boîte en carton renfermant un trésor particulier : un petit chaton tout noir avec de grands yeux violets. Lómenís l'aima immédiatement, et aima davantage encore son ami pour ce présent. "Merci infiniment, Nildor," s'esbaudit-elle avant d'ajouter : "Mais n'était-ce pas risqué de le mettre dans une boîte ainsi pour me l'offrir ? Il aurait pu être tout aussi bien vivant que mort, là-dedans. Mais ce n'est pas grave, je sais comment je vais l'appeler. Ce sera Schrödinger !" Et depuis ce jour, petite fille et chaton devinrent encore plus inséparable qu'avec son ami et ils grandirent ensemble en développant une complicité hors du commun.

Cependant, un jour qu'elle avait vingt-ans, Lómenís partit faire une randonnée à cheval et aperçu par hasard Nildor au loin. Celui-ci ne l'avait pas vue, absorbé qu'il était dans une discussion semblant animée avec une fille du village. Elle les voyait rire et échanger des gestes familiers et ce fut déjà là plus qu'elle ne pouvait en supporter. Submergée par une jalousie écrasante, instantanément consumée de haine à l'égard de son ami et de cette fille, elle piqua des deux et rentra au triple galop pour s'enfermer dans sa chambre et pleurer toutes les larmes de son corps. Schrödinger vint auprès d'elle et s'y frotta tout à la fois comme pour réclamer de l'attention et la réconforta mais Lómenís ne souhaitait qu'être seule et elle repoussa doucement le chat qui insistait avec obstination. Si bien qu'il finit par énerver la jeune femme qui se mit à lui hurler dessus mais Schrödinger n'en démordait pas pour autant. Dans un excès de rage, elle le saisit à la gorge et serra. Une tentative de miaulement étouffé se perdit dans la gorge du pauvre animal. Il tenta de se débattre pour s'extraire de l'étau, mais impossible. Ses pattes battaient furieusement l'air en vain. Dans les derniers instants, il s'était même mit à lacérer de ses griffes le bras qui le retenait, mais rien n'y fit. Malgré la douleur et le sang qui coulait, Lómenís ne lâcha que quand le corps du félin se raidit et s'affaissa pour finalement le laisser retomber inerte sur son lit. C'est alors que l'on frappa à sa porte et la voix de Nildor retentit par-derrière, qui l'appelait.

Prise de panique et dépourvue de sa lucidité, Lómenís cacha le cadavre de Schrödinger dans son dos pour aller ouvrir à son ami qui s'étonna de la découvrir rougie et les joues humides de larmes. "Qu'est-ce qu'il y a, Ló ? Tu as pleuré ? Et... Tes yeux ?! Ils sont violets !" La fille ne prêta aucune attention à ce détail qu'il lui révélait, elle fondit à nouveau en larmes et se mit à lui marteler mollement le torse du poing serré de sa main libre. "C'est de ta faute !" hurla-t-elle. "Je t'ai vu avec cette gourde, je croyais que tu étais mon ami, le mien ! Toi tu étais tout ce que j'avais et tu as tout fichu en l'air, je te hais, je te hais, je te hais !" Loin de se laisser démonter, Nildor tenta calmement de lui expliquer : "Je suis désolé, Ló, ce n'est pas que je le voulais... Il y a deux ans, j'ai rassemblé tout mon courage et mes économies et je suis venu voir tes parents pour leur demander ta main. Ils m'ont rejeté parce que je n'étais pas assez bien pour toi, que tu méritais mieux et qu'un garçon comme moi n'avait qu'à se trouver une paysanne. J'ai bien essayé d'insister, et je les ai longtemps harcelé pour qu'ils changent d'avis mais rien à faire, ils ne voulaient pas. J'ai finis par suivre leur conseil et à me tourner vers des filles à ma portée. Je ne voulais pas te faire de mal..." Malgré son emportement, Lómenís comprit qu'elle devait à ses parents le malheur dans lequel elle venait de plonger si subitement. Une résolution sordide s'empara alors d'elle et elle retrouva un calme aussi soudain qu'inquiétant. Nildor pensa bien faire en voulant l'enlacer tendrement, mais sa main heurta le corps sans vie que Lómenís dissimulait encore maladroitement. Il la regarda avec étonnement avant de lui arracher des mains et de découvrir, interloqué, ce qu'il était advenu du cadeau qu'il lui avait fait jadis. Complètement stupéfait, il resta bouche-bée et sans réaction tandis qu'arrivaient M. et Mme Alice, alertés par les cris de leur fille. Cette dernière les regarda un bref instant avant de se jeter dans leurs bras, de nouveaux secouée de sanglots. "Schrö... Schrödinger... il a... il l'a tué !"

Nildor n'eût même pas le loisir de se défendre, le père de la fillette éplorée lui assénant sur-le-champ une sévère correction musclée avant de le jeter dehors en le menaçant des pires sévices s'il osait seulement s'approcher encore de leur demeure. Quelques jours plus tard, Lómenís découvrit ses facultés en plongeant sa main dans le fond d'un tiroir à la recherche d'un objet. Elle la sentit s'enfoncer profondément et avec une étrange sensation, comme si elle s'enfonçait dans un énorme pot de miel épais et finit par replier ses doigts sur un objet qu'elle extirpa avec curiosité. C'était une faux à l'aspect menaçant, dont le fil de la lame semblait proférer de funestes promesses. Noire et striée de pourpre, elle plu beaucoup à Lómenís qui se fendit de son sourire dérangeant en l'admirant. Le soir même, elle menaça plusieurs domestiques, leur insinuant qu'ils seraient puni pour des fautes souvent insignifiantes endéans les vingt-quatre heures. Et vingt-trois heures plus tard, elle commençait l'accomplissement de ses sombres idées. Elle avait commencé par enfiler une tenue qu'elle avait jusqu'à présent boudée : un ensemble assez osé aux teintes mauves, noires et blanches. Elle se mira avec satisfaction dans un miroir avant de le briser et se mit à assassiner une par une chacune des personnes présente dans le manoir, en terminant par ses parents auxquels elle offrit un traitement des plus sadiques. Avant de quitter définitivement les lieux, elle mit le feu à la demeure et s'en alla sans se retourner. "Viens, Schrödinger. On va jouer ensemble, comme avant." Son ombre se mit à miauler et à se déformer pour finalement s'incarner en une forme spectrale de félin qui vint s'installer sur ses épaules.







Capacités



- Schrödinger : Dans l'ombre de Lómenís se cache l'âme damnée de son chat décédé, Schrödinger. Sa seule vue exacerbe les peurs même les plus enfouies et génère une indicible angoisse qui peut paralyser les personnes les plus sensibles. Sans compter que ce félin démoniaque n'a rien d'immatériel et que ses griffes sont acérées comme des lames de rasoir.

- Invocation des ombres : Lómenís peut plonger ses mains dans l'ombre et de cette manière atteindre une dimension inaccessible au commun des mortels. Cet espace alternatif lui permet de stocker et récupérer tout ce qu'elle veut et où elle veut. C'est ainsi qu'elle garde cachée sa terrible faux à l'allure ténébreuse qu'elle sait manier comme un véritable maître d'arme. Mais pour cela il faut de l'ombre, et le processus est un peu long, ce qui empêche par exemple de dégainer à l'improviste.

-- Portail des ombres : En se plongeant entièrement dans une ombre, Lómenís peut se déplacer à sa guise et réapparaître presque instantanément partout ou il y a de la pénombre. Contrairement à l’invocation, elle peut aller très vite pour faire cela et si elle prend de l'élan, celui-ci est conservé quand elle ressurgit.

-- Êtres des ombres : En consommant la pénombre, Lómenís peut la matérialiser pour modeler des créatures cauchemardesques qui lui obéissent. Elle est limitée par la quantité d'ombre disponible. Ses créatures étant constituée d'ombre, Lómenís peut utiliser ses autres pouvoirs au travers d'elles.






Hors RP



Votre âge : 23 ans

Activité sur le forum : 5/10

Comment avez-vous connus le forum : Double-compte de Lindoríe

Votre niveau RP : Cela dépend de mon inspiration, mais bon en général

Code règlement : ok by Fûma

Autre commentaire : Je rejoindrai Kanoë ou Fûma, je n'ai pas encore décidé et à mon avis je le ferai par RP. (Ce serait drôle de voir une folle furieuse chez Kanoë plutôt que Fûma donc j'hésite encore.) Mais est-ce que ce personnage pourrait commencer au rang de chef de troupe une fois qu'il aura rejoint un camp s'il-vous-plaît ?










Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fûma
Prince Fûma & Co-fondateur


Messages : 722

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
161/50000  (161/50000)
Inventaire: Epée des dieux (est capable de tout trancher, est invoquée et après un certain temps -qui varie sans arrêt- disparaît sans prévenir)


MessageSujet: Re: La Demoiselle du Crépuscule   Dim 17 Jan - 22:05

Rebienvenue

Ton perso est accepté, je te donne tes droits et couleurs dans la journée quand je serai sur l'ordi.

Étant donné les antécédents de ton premier perso, je ne pense pas qu'il y aura de soucis pour être chef de troupe.

Tu peux commencer à RP si tu veux. Amuse toi bien avec ce nouveau perso :-)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lomenis
Fantastiquien


Messages : 3

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
1/50000  (1/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: La Demoiselle du Crépuscule   Mer 20 Jan - 3:24

Merci beaucoup Fûma <3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Demoiselle du Crépuscule   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Demoiselle du Crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» Jolie demoiselle... Je vous présente le Loup c'est-à-dire moi! [Jade]
» Bonjour o/ ♥ [Promotion d'la demoiselle Adora]
» L'honneur d'une demoiselle [LIBRE]
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ♥ |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastiqua le monde des invisibles :: Avant de RP :: Présentation :: Présentation des personnages acceptés-