Fantastiqua le monde des invisibles

Forum rpg autour d'un univers fantastique qui évolue au fil de vos histoires... Pas de limite d'âge pour laisser libre cours à ton imagination...

 
AccueilPortailMapIndex de FantastiquaFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Jeu 16 Sep - 22:03

Euh, j'avais un soucis là. Me voilà poignets enchaînés, dans une salle grandiose accompagné de deux soldats très solennels qui me tenait fermement. J'avoue ne pas avoir était maligne sur ce coup là...

Revenons un peu en arrière. Cela faisait deux mois que j'avais abandonné Tarod et que je n'avait eu de nouvelle de lui. Plusieurs fois pourtant, j'avais manqué de le croiser mais en captant son odeur, je m'enfuyais. Ce n'était pas que je n'avait pas envie de le revoir mais je me sentais profondément honteuse de ce que je lui avait fait et je n'étais tout simplement pas capable d'affronter son regard. J'aurais préféré lutter contre n'importe quelle créature repoussante de ce monde que de devoir me retrouver face à lui... Et pourtant, il me manquait.

Pour l'instant, je cheminais là où mes pas me conduisaient, un peu au hasard. Je ne me sentais pas très à mon aise depuis quelques semaines et je cherchais des endroit tranquille pour me remettre. A ce moment là, j'ignorais totalement que j'étais enceinte. Je pensais mettre intoxiquée par l'alimentation mais il n'y avait rien d'anormal que je n'ai mangé récemment. Il se trouve que là où je me suis rendu, tout m'indiquait que le danger ni rôdait pas. Tout semblait calme. Quand je remarquai les tours d'un château. Bien sur, ma curiosité l'emporta et je me dirigeais vers le monument gigantesque. Je n'avais jamais rien vu de tel ; c'était magnifique. Oui sauf qu'il était étroitement gardé et que je m'était fait coincer à l'angle d'un mur. Et prise en flagrant délit en plus. Ben oui, une fenêtre était ouverte, il y avait ce jolie vase en cristal sur un meuble juste dessous l'ouverture et j'ai escaladais le mur pour le prendre. Pas malin du tout mais j'avais pas perdu l'idée de me faire bien voir des villages et si un anneau précieux n'avait pas fait son effet,j pouvais toujours tenter avec un vase en cristal finement sculpté. Les soldats m'avaient pourchassés puis d'autres étaient venu à la rescousse. Je ne craignais rien, je leur échapperais comme j'échappais aux villageois quand il me donnait la charge. Et oui ils continuaient ; ma visite à Linhir, la où je voulais amener l'anneau de Tarod, ne m'avait pas fait un très bon accueil et m'avait remercié de ma visite comme tous les autres... Là non plus je n'avais pas été maligne. Sauf que maintenant, je savais leur échapper. J'étais devenu insaisissable excepté pour ces...soldats. Me moquant d'eux alors que je les faisait tourner en bourrique, je me retrouver prise au piège et ils me capturèrent. Là, j'étais vraiment embarrassée, surtout qu'ils comptaient me conduire à leur prince pour qu'il décide de mon sort de voleuse. Là j'eus vraiment peur. Sur quel prince j'étais tombée. J'espérais que ce ne soit pas un des deux anges qui se livraient batailles pour un trône.

C'est ainsi que je me retrouvais dans la salle du trône, mais à part les deux garde qui me maintenait - je leur avais donné du fil à retordre pour m'amener jusqu'ici - et moi, la salle était vide. Nous attendions le maître des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 469

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Ven 17 Sep - 4:50

De là où j'étais, il m'aurait été impossible d'entendre quoi que ce soit du raffut qui battait son plein au dehors, si je n'avais pas ainsi développé l'ouïe des loups. Des cris rauques de soldats parvinrent à mes oreilles, parmi lesquels je reconnus quelques uns de mes propres guerriers. Intrigué, je me levai donc du siège confortable et allai me pencher à la fenêtre.

- Ca s'active drôlement, informai-je mon interlocuteur. On dirait que les soldats poursuivent un véritable démon ! ajoutai-je d'un ton ironique, car les hommes qui couraient en tout sens dans la cour avaient l'air particulièrement féroce vis à vis de celui qu'il prenaient en chasse - que je ne voyais déjà plus, d'ailleurs.

Je détachai mon regard de la cour et me tournai de nouveau vers mon Prince Kanoë. Il m'avait convoqué sous prétexte militaire, mais comme à l'accoutumé, les discussions avaient fini par être plus personnelles. Plus qu'un souverain, Kanoë était pour moi un ami cher. Me rasseyant dans le fauteuil de son bureau, je lançai dans un sourire
:

- Que disions nous ?

Mais il n'eut pas le loisir de répondre. Un guerrier frappa cérémonialement à la porte et se mit au garde à vous. Je reconnus Hetrick, soldat de la première sous-division de la force, qui était donc sous les ordres de Barragan, et accéssoirement sous les miens et ceux de Kanoë. Celui-ci l'invita d'ailleurs à parler.

- Une intruse a pénétré l'enceinte du chateau, mon Prince ! déclara-t-il avec la tonalité qu'on connait aux militaires. Elle a tenté de s'emparer d'objets précieux, mais nous l'avons arrêtée à temps. Elle se trouve sous bonne garde dans la salle du trône, nous attendons vos ordres !

Il se tut aussi rapidement qu'il avait parlé. J'échangeai un regard amusé au Prince. Ces soldats étaient fin fières d'avoir attrapé une petite voleuse de quartier. A quarante contre un, quel courage messieurs ! pensai-je avec humour.

Néanmoins, cela m'intriguait. Respectant le protocole devant le soldat - même si je tutoyais le Prince depuis un moment déjà dans un cadre privé - je me levai de nouveau
.

- Avec votre permission, j'aimerai aller voir la cause de toute cette agitation Monseigneur, dis-je solenellement.

Kanoë, bien sûr, accepta, et vint même nous accompagner. C'est donc tous trois, dans un silence religieux, que nous atteignimes la salle du trône.

Mon coeur loupa un battement et mon pas s'arrêta net. La voleuse, c'était Fel. Je voulus faire demi-tour mais il était trop tard, elle aussi m'avait reconnu. Je ne me faisais pas d'illusion. Même si pour tout le monde dans la salle je paraissais impassible, mon Prince comme Fel, qui me connaissaient trop bien, devaient sentir mon malaise à des kilomètres. Sans un mot, j'emboîtai le pas à Kanoë, et vint me poster face à la femme dont, bien malgré moi, j'étais toujours éperdument amoureux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1436

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Sam 25 Sep - 21:57

Tarod, le capitaine de la force, était rentré au château il y a peu. Je l’avais aussitôt convoqué prétextant devoir lui parler pour des raisons militaires cependant, il en était tout autre en vérité. J’avais tissé de profonds liens d’amitié avec lui et désirais simplement le voir, lui parler, savoir comment il allait. Nous avions souvent des entretiens de ce genre. Lui se confiait à moi, me faisait part de ses doutes et interrogations, moi je l’écoutais et le conseillais comme n’importe quel ami l’aurait fait. En fait, nous étions si proche qu’il m’arrivait même à moi parfois de m’ouvrir à lui et me confier. Je lui faisait entièrement confiance et c’était réciproque…Tarod m’avait fait part de sa rencontre avec celle qui faisait battre son cœur. Il m’avait également raconté la petite aventure qui avait fini par les éloigner. Tout au long de son discours, je ressentais son amour et sa déception. Malgré les actes de sa belle, il en demeurait éperdument amoureux. Son cœur battait fort et ses yeux pétillaient lorsqu’il parlait d’elle…

De l’agitation dans la cour du château interrompit un instant notre discussion.

« - Ca s’active drôlement. On dirait que les hommes poursuivent un véritable démon… », lança Tarod ironiquement alors qu’il regardait à la fenêtre.

Tout comme lui, j’avais perçu le mouvement dans la cour. Cette présence étrangère, je l’avais sentie dès qu’elle avait pénétré sur mes terres. En effet, le lien étroit que j’entretenais avec mon royaume faisait que je percevais toute nouvelle créature foulant les terres d’Ârnör.

« En effet mon ami, cela fait beaucoup de remue-ménage pour un intrus seul…Cet individu ne me semblait pourtant pas si féroce que cela. »

Tarod vint alors se rassoir au fauteuil afin que nous poursuivions. Cependant, nous n’en eûmes pas le temps car un guerrier vint frapper à mon bureau. Je repris mon apparence froide et sérieuse presque aussitôt. Je ne le faisais pas délibérément mais c’était ainsi…d’une voix claire et douce, je m’adressai au guerrier que j’avais déjà identifié.

« Entre Hetrick… Que se passe-t-il donc en bas? »

« Une intruse a pénétré l'enceinte du château, mon Prince ! Elle a tenté de s'emparer d'objets précieux, mais nous l'avons arrêtée à temps. Elle se trouve sous bonne garde dans la salle du trône, nous attendons vos ordres ! »

Je me levai d’un geste gracieux de mon siège et hocha la tête signe que j’allais le suivre. Tarod demanda s’il pouvait venir, j’acceptai bien sûr. Il n’avait pas à être exclu de cet entretien après tout… Nous nous rendîmes donc tout trois dans la salle du trône. Deux gardes maintenaient une jeune femme au centre de la pièce. Je m’avançai vers elle lorsque je sentis Tarod hésiter l’espace d’une seconde. Il s’arrêta net tout comme son cœur mais se repris bien vite. Personne n’avait dû remarquer ce petit temps d’absence mais, à moi qui le connaissais temps, il ne m’échappa pas. Tarod connaissait bien notre prisonnière apparemment. Sa réaction me mit d’ailleurs la puce à l’oreille sur son identité. Je me gardai bien cependant de faire une quelconque réflexion. Les deux semblaient assez gênés comme cela… Toujours de ma même voix douce et mélodieuse, je m’adressai à l’inconnue qui ne l’était pas tant que ça pour certains…

« Voici donc la jeune voleuse qui a donné tant de fil à retordre à mes hommes. Un simple vase en cristal valait-il cette prise de risque? Vous aviez pourtant vu que l’endroit était rempli de soldats…Attaquer une forteresse en plein jour et qui plus est celle de l’un des deux prince de ce royaume est absurde. Vous êtes une piètre voleuse ma jeune demoiselle…Je pense que vous avez un bon fond alors pourquoi avoir ce genre de passe-temps ? »

Je fis alors un signe de tête aux deux gardes la maintenant fermement par les bras afin qu’ils relâchent leur emprise. Ils s’exécutèrent aussitôt sachant que si elle tentait de fuir à nouveau, je n’aurais aucune difficulté à l’en empêcher. J’attendais qu’elle réponde à mes questions toujours impassible…




HRp : dsl pour le retard, j'ai eu une semaine chargée de devoirs :S

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Sam 25 Sep - 23:18

Celui que je vis apparaître en premier n'était pas le maître des lieux, même si celui-ci suivait de très près l'homme aux yeux dorés. Mon sang ne fit qu'un tour et j'eus un mouvement de recul en l'apercevant, mais les deux gardes me tenaient fermement. Il refermèrent leur points sur mes bras me faisant grimacer mais mon regard ne quitta pas l'homme qui suivait Tarod. Lui je ne pouvais tout simplement pas affronter son regard l'espace d'une seconde. La second s'adressa à moi, visiblement très calme :

« Voici donc la jeune voleuse qui a donné tant de fil à retordre à mes hommes. Un simple vase en cristal valait-il cette prise de risque? Vous aviez pourtant vu que l’endroit était rempli de soldats…Attaquer une forteresse en plein jour et qui plus est celle de l’un des deux prince de ce royaume est absurde. Vous êtes une piètre voleuse ma jeune demoiselle…Je pense que vous avez un bon fond alors pourquoi avoir ce genre de passe-temps ? »

Sous un ordre de leur prince, les gardes déserrèrent leur étreinte et s'écartèrent un peu mais sans pour autant radoucir leur attention ; ils restaient près à m'empêcher de refaire l'idiote. Leur jetant un regard méprisant, je lançais le même au prince et lança d'une voix posée :

"Vous êtes qui vous d'abord ?"

J'avais presque déjà la certitude qu'il s'agissait d'un des deux anges mais je voulais gagner un peu de temps pour voir comment il fonctionnait et essayer de ressentir son fond mais je me heurtais à une barrière. Impossible de le sonder comme je le faisait avec Tarod, ce qui ne me plaisait pas trop. Ses yeux étaient d'un bleu froid et vidé d'expression. Je ne pouvais pas y lire ses émotions, ses attitudes ne m'aidant pas plus. Il faut dire que j'étais assez impressionnée par son apparence. Déjà que son regard me perçait, mais sa blancheur de peau et ses ailes de plumes noires me mettait plutôt mal à l'aise. Évidemment, bornée comme j'étais, je ne voulais pas me laisser dominer par cet homme, qu'il soit ange et prince ne changeant rien. Je ne lui devait rien et surtout pas ma soumission.
Je ne baissais donc en rien le regard avec néanmoins au fond de moi, une once d'appréhension et pas seulement à cause du prince mais aussi à cause de Tarod. Mon amour pour lui était si fort que je ne cherchais qu'une occasion de me retrouver dans ses bras même si je ne voulais en rien reparler de cette fameuse nuit où je l'avais trahis. Ces quelques semaine m'ayant paru une éternité loin de lui, j'avais juste besoin du contact de sa peau sur la mienne, même quelques instants, quelques seconde, pour m'enivrer de son parfum et sentir son cœur battre en accord avec le mien.
Mais j'avais un problème plus urgent : réussir à tenir tête à cet ange sans pour autant l'amener à me châtier. Je comptais donc répondre gentiment à ses questions mais à la moindre occasion, je leur fausserais compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 469

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Dim 26 Sep - 1:12

Je l'avais bien deviné, Kanoë avait bel et bien senti mon trouble. Mais avait-il compris ? Je n'avais pas beaucoup de doutes là dessus, nous venions de parler de... de cette fameuse nuit. En plus... je ne pense pas qu'il existe réellement plusieurs femmes tigresses telles que Fel. Il y a tout à parier que mon Prince avait déjà fait le rapprochement. Nénamoins, il ne laissa rien paraître.

- Voici donc la jeune voleuse qui a donné tant de fil à retordre à mes hommes. Un simple vase en cristal valait-il cette prise de risque? Vous aviez pourtant vu que l’endroit était rempli de soldats…Attaquer une forteresse en plein jour et qui plus est celle de l’un des deux prince de ce royaume est absurde. Vous êtes une piètre voleuse ma jeune demoiselle…Je pense que vous avez un bon fond alors pourquoi avoir ce genre de passe-temps ?

Quelle habile manière de se montrer autoritaire mais très fin en même temps. Kanoë la testait, bien sûr, et tout homme censé ferait profil bas face à ce Prince finalement si généreux. Au ton de sa voix, on pouvait déjà comprendre que le châtiment, s'il y en avait un, ne serait pas important... Mais c'était sans compter sur la fierté de Fel.

- Vous êtes qui vous d'abord ?

Mon point se serra imperceptiblement. Les gardes avaient relaché Fel sous l'ordre de Kanoë, mais je commençai à regretter ce geste de bonté. L'impertinence dont la femme faisait preuve m'ennervait au plus haut point. Si elle n'avait pas été Fel, je crois que je m'en serais déjà chargé. On ne manquait pas de respect à Kanoë impunément en ma présence. Seulement, et je crois que cela m'agaçait d'avantage, j'étais carrément impuissant devant la femme que j'aimais. Je ne pouvais pas la voir ainsi, soumise, et tentant vainement de lutter alors qu'elle était en faute. Mon honneur exigeait que je la punisse de moi même, mon coeur me clamait de la sortir de ce mauvais pas.

Mais je n'avais pas le choix. Son sort reposait entre les mains de mon Prince, et je ne pouvais rien faire qui ne me trahirait. C'est donc l'âme déchirée que j'assistai, silencieux, à ce qui allait suivre. Je n'avais qu'une prière... que Fel accepte de faire profil bas, pour une fois. Cela pourrait mieux qu'autre chose sauver son honneur...

Et autre chose me torturait. Les coups de fouet sur la place publique étaient bien ancrés dans la coutume en ce qui concernait les voleurs. Mais s'il n'y avait que ça... En tant que capitaine de la légion de la force, mon Prince pouvait m'inviter à jouer ce triste rôle de bourreau, pour l'exemple. En cas de vol chez un villageois, il n'y avait pas tant de manières. On coupait une main, et c'en était fait. Mais s'introduire dans le chateau du Prince, voilà qui méritait de bien funestes honneurs...

Impassible, je ne détachais pas mon regard de la féline...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1436

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Dim 26 Sep - 4:42

Notre jeune tigresse jeta sur moi un regard méprisant. Elle était fière et ne se laisserait pas dompter par le premier ange venu. Sans cérémonie aucune, elle me demanda qui j’étais. Impertinente elle l’était certes mais, néanmoins, elle ne me tutoya pas, elle ne me manqua pas totalement de respect. Le ton sur lequel elle c’était adressée à moi cependant me fit esquisser un sourire que je ne parvins à garder en moi malgré mes efforts. Cette jeune voleuse avait un caractère bien trempé, elle ne se plierait devant aucun homme aussi princier qu’il soit. Je commençais à comprendre ce qui avait attirer Tarod chez cette jeune femme. Aussi fiers l’un que l’autre. Ils feraient des étincelles…

Je repris mon air habituel avant de répondre à la féline. Je me rapprochai d’elle commandant d’un simple regard aux deux gardes de s’écarter. Quand je fus plus proche, à quelques centimètres d’elle, à une distance qui n’était pas vraiment convenable avec une femme, je déployai mes ailes sombres. Lui faire peur ? Non, cela n’était pas vraiment mon intention. Je n’étais pas de ceux qui vantent leur force, profitent de leur rang pour rabaisser les autres. Je désirais simplement lui faire comprendre qu’elle n’était pas vraiment en position d’imposer ni d’exiger quoi que ce soit. Elle était en tord. Savoir ravaler sa fierté en pareille situation était de rigueur. D’une voix toujours aussi cristalline, sur un ton toujours aussi neutre, je lui répondis.

« Je m’appelle Kanoë. Je suis un ange. Je suis l’un des deux seuls anges de ce monde pour être plus précis. Mon frère et moi sommes les princes héritiers de Fantastiqua. Vous êtes ici à Ârnör, sur mes terres…Nous sommes réunis dans la salle du trône pour décider de votre sort… »

Je poursuivis alors en m’adressant personnellement à la jeune tigresse, dans son esprit (elle est la seule à entendre les messages avec **)

**Sachez que vous ne pourrez fuir si c’est-ce que vous espérez. Dès l’instant où vous aviez pénétré sur mes terres, je m’étais aperçu de votre présence. J’étais au courant de tous vos faits et gestes. Vous ne pouvez rien faire alors coopérez ; ce sera mieux pour tout le monde**

« A présent que vous savez qui je suis, vous pouvez répondre à mes questions. »

Je m’éloignai d’elle d’un battement d’ailes afin de reprendre une distance plus convenable. Je repliai ensuite mes ailes dans mon dos et attendis qu’elle me réponde.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Dim 26 Sep - 7:29

« Je m’appelle Kanoë. Je suis un ange. Je suis l’un des deux seuls anges de ce monde pour être plus précis. Mon frère et moi sommes les princes héritiers de Fantastiqua. Vous êtes ici à Ârnör, sur mes terres…Nous sommes réunis dans la salle du trône pour décider de votre sort… »

J'en demandais pas temps mais autant être bien renseignée. Je n'appréciais guère la façon dont il s'était rapproché de moi et j'espérais vaguement que Tarod réagirait. Je sentais son regard poser sur moi mais bien que me fixant avec attention, il ne fit rien, ou s'il bougea je ne le vis pas car j'évitais de le regardais.
Je voulu répondre au prince Kanoë que je n'avais pas peur de ce qu'il pouvait m'arriver quoi qu'il décide même si ce n'était pas totalement exact mais une voix retenti dans ma tête et mes yeux s'écarquillèrent de surprise :

**Sachez que vous ne pourrez fuir si c’est-ce que vous espérez. Dès l’instant où vous aviez pénétré sur mes terres, je m’étais aperçu de votre présence. J’étais au courant de tous vos faits et gestes. Vous ne pouvez rien faire alors coopérez ; ce sera mieux pour tout le monde**

Fixant de nouveau l'ange, je compris que c'était lui qui me parlais par la pensée. Pouvait-il aussi lire en moi et connaître les moindre de mes pensées. J'aurais beaucoup de mal à jouer mon rôle de forte tête dans ce cas-là. Je ne pu retenir un frisson lorsque je sentis les ailes du prince le propulser un peu en arrière. J'étais maintenant un peu voir beaucoup effrayée par ce prince mais je ne voulais pas le montrer. Me maîtrisant au mieux j'analysais la scène pour voir si j'avais une échappatoire. Oui malgré les mises en garde de Kanöe, j'avais toujours l'idée de filer. Décidément, personne n'arriverait à me faire marcher au pas. Mais pourquoi est-ce-dont si difficile d'obéir ? Les gardes étaient à bonne distance et la fenêtre la plus proche n'était qu'à quelques enjambée. La voix du prince me coupa dans mes réflexion :

« A présent que vous savez qui je suis, vous pouvez répondre à mes questions. »

Il fallait à tout prix que je chasse Tard de mon esprit où je n'arriverais à face au prince. Je doute qu'il apprécie vraiment ma façon d'être avec son maître. Je déployé un large sourire :

"C"étais quoi la question déjà ?"

Toujours souriante je n'attendis pas longtemps pour poursuivre. Je ne voulais pas trop les énerver non plus, j'étais bornée certes mais pas suicidaire...

"Pourquoi je vole ? Parce que j'y ai pris goût tout simplement et parce que la grande majorité des chef de village sont très attirés par les objets rares ou de valeur. En leur apportant mes trouvailles, je remonte dans leur estime et il me considère moins comme une erreur de la nature. Pas facile d'être moi vous savez".

Je mettais rapproché d'un des deux gardes et j'avais posé mon coude sur son épaule avec nonchalance. Je rajoutais à l'attention du soldat droit comme un i :

"Pas vrai que je suis un monstre ?"

Je le bousculais gentiment juste pour le faire bouger et n'attendant pas la réactions des hommes présents je dis simplement :

"Et le monstre va aller se donner en spectacle ailleurs. Majesté."

J'inclinais juste la tête toujours en souriant puis je m'élançais vers la fenêtre. Sauf qu'au moment de sauter, un poigne puissante m'attrapa le bras...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 469

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Dim 26 Sep - 8:26

J'avais honte. Honte de mon immobilisme, honte de Fel qui jouait son numéro empli de fausses notes. Pour la première fois, elle m'écoeurait. Et c'était douloureux.

Plus impertinente que jamais, Fel repoussa les limites de l'imaginable. Même devant l'attitude noble de Kanoë, elle ne cédait pas. Sauvage, fière, bornée. J'aurais voulu faire quelque chose, mais j'étais spectateur impuissant. Cependant, certains détails ne m'échappèrent pas.

Si Kanoë se concentrait sur les paroles de l'intruse, j'observai plutôt avec attention le moindre de ses mouvements. J'avais un avantage, je connaissais cette femme mieux que quiconque. Aussi sa tentative d'évasion ne m'échappa pas.

Elle se glissa d'abord habilement vers le premier garde, cachant ses desseins sous une impertinence qui ne lui allait guère. Le garde, s'il ne dit rien, fut en revanche particulièrement humilié. Mes yeux firent un aller-retour. Quelques mêtres seulement séparaient Fel de la fenêtre. Nous n'étions qu'au deuxième étage, et je connaissais ses dons d'escalade, mais un faux-mouvement sur les murs glissant aurait eu tôt fait de la tuer. C'est donc une double justification qui s'imposa à moi, lorsque je jaillis à toute vitesse, rattrapant Fel par l'épaule au moment où elle pensait se faire la belle.

L'honneur de mon Prince, la vie de mon amour. Mon corps n'avait jamais réagit aussi rapidement.

Saisissant la féline d'une poigne de fer, sans me retenir, sans peur de lui faire mal, je la secouais devant moi avec férocité. Toute la colère accumulée en moi jaillit sans que je ne m'en rende compte
.

- Rien n'a donc d'importance à tes yeux ?

J'aurais voulu le crier, pourtant ma voix resta calme, horriblement calme et tranchante. Dénuée de toute émotion, à part peut être de la haine. Mes yeux pourtant, elle qui savait lire à travers eux, exprimaient pour moi toute la peine que je ressentai.

Sentant mes mains se crisper sur ses épaules à lui en briser les os, je la relachai et la poussai de nouveau dans les bras des gardes
.

- Ta liberté... est-ce à tout cela que tu l'assimiles ? Voler, mentir, renforcer encore l'image de sauvage que les gens ont de toi ? lui murmurai-je, toujours de cette voix impassible. J'avais vu en toi quelqu'un de différent, je m'apperçois à présent au combien je me suis trompé.

Dans ma poche, l'anneau de ma mère sembla peser bien plus lourd qu'à l'accoutumée. Je repensai à Zarathos, à ce qu'il m'avait rapporté sur les agissements de Fel. J'eus envie de partir, de fuir cette douleur cinglante qui me déchirait l'âme.

Mais je restai de marbre. Reculant encore, je vins me poster où était ma place...

A la droite de Kanoë.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1436

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Lun 27 Sep - 4:33

La féline fit encore la maligne. Elle n’était décidément pas prête à coopérer. C’est avec beaucoup d’impertinence qu’elle répondit à mes précédentes questions. Ses paroles, ses gestes, tout ceci semblait sonner faux. Elle avait autre chose en tête. Je n’avais donc pu la dissuader de fuir…Mais où croyait-elle aller ? Pensait-elle vraiment pouvoir quitter la forteresse aussi facilement ? Lorsqu’elle s’était rapprochée du garde, je n’avais pas bougé malgré le fait que je connaisse ses intentions. Je ne fus d’ailleurs pas le seul à avoir deviné ses plans. Tarod la rattrapa juste devant la fenêtre alors qu’elle tentait de s’échapper. Une colère que je ne lui connaissais pas jusque lors se fit sentir. Il parla calmement à la jeune tigresse puis revint se poster à ma droite. Je posai sur son épaule une main amicale avant de me concentrer à nouveau sur la voleuse. Je repris donc la discussion, toujours aussi calme et posé.

« Je vous avais pourtant dit que fuir ne servirait pas à grand-chose…Me croyez-vous donc assez naïf pour qu’une ruse aussi grotesque fonctionne sur moi ? »

Je fermai les yeux une seconde puis les rouvris en matérialisant une sphère d’énergie autour de la tigresse, les quelques hommes présents et moi.

« Me croyez-vous maintenant ? Vous ne pouvez fuir. Je ne me suis point montré hostile à votre égard jusqu’à présent, je ne pense pas avoir eu tord alors n‘essayez pas de me convaincre du contraire. »

Je fis disparaitre la sphère d’énergie aussi facilement que je l’avais faite apparaitre. J’avançai ensuite vers les deux guerriers encore présents ne faisant même plus attention à la prisonnière. Je posai une main sur chacune de leur épaule et les congédiai en les remerciant pour les efforts liés à la capture. Si elle voulait perdre son temps, mes guerriers n’avaient pas à perdre le leur. Une fois la porte refermée, je revins vers la féline.

« Bien…Sachez que voler n’apporte en rien une rehausse d’estime. Ces chefs de village ne font que profiter de vous. Vous leur apportez des objets précieux mais ils ne vous apprécient pas plus. L’argent et les belles choses ne changent pas les convictions des gens. S’ils vous considèrent comme une erreur de la nature, comment un vase, une émeraude ou même une bague pourraient modifier cela. »

Je n’avais pas choisis l’exemple de la bague par hasard. J’espérais la faire réagir et prendre conscience que ces actes n’avaient aucun sens.

« Vous avez sans doute dû vous-même vous en apercevoir. Nombreux sont ceux qui vous ont rejeté alors que vous leur apportiez des trésors dérobés, n’est-ce pas ? Alors pourquoi continuer ainsi…Vous ne me ferez pas croire que vous y avez pris goût. Vous-même ne le croyez pas. Vous n’êtes pas comme ça. Je vous connais à peine mais je lis en vous comme dans un livre ouvert. Je sais que vous n’êtes pas ainsi et Tarod en était convaincu également. »

Je me tus un instant et me posai en face d’elle.

« Vous voulez que les autres vous aiment, vous apprécient, ne vous fuient pas…Pourtant, lorsque vous rencontrez cette personne, vous faites tout pour qu’elle se détourne de vous…Ne trouvez-vous pas cela triste… »

Je me retournai alors et retournai vers Tarod, la laissant réfléchir à mes paroles. Je me demandai également si je n’avais pas été trop dur avec cette jeune femme mais, je me devais de la faire réagir.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Lun 27 Sep - 5:18

Aie ! Comment avais-je pu croire une seule seconde que j'aurais pu m'enfuir. C'était sous-estimer ce prince qui régnait en maître sur Ârnör. Mais ce n'est pas lui qui me rattrapa avant que je ne saute. Tarod me tira violemment à lui et me jeta sa colère à la figure sur un ton très sec. Je m'enfonçais de plus en plus en essayant de me débattre comme si je ne voulais pas entendre mes fautes. Lui qui m'avais si tendrement serré contre lui, me brisait les os des épaules avec haine. Ce regard que je ne lui connaissait pas m'effraya et je ne pu m'empêcher de gémir tant je voulais qu'il me lâche, qu'il cesse de crier. Je n'entendis vraiment que ça première phrase :

" Rien n'a donc d'importance à tes yeux ?"

Je ne le dit pas tant j'étais pétrifiée mais je le pensais intensément : là à cet instant j'aurais voulu lui répondre "Si, toi." Mais je n'avais plus de valeur à ses yeux. M'abandonnant sur le sol, il retourna aux côtés de son prince, tentant de canaliser en lui sa fureur. Moi je restais debout, enserrant mes épaules de mes mains tant j'avais mal mais ça n'était pourtant pas aussi terrible que la douleur qui se répandait dans mon cœur. Ce fut le prince qui prit le relais et chacune de ses paroles si censées, si vraies, me frappèrent de plein fouet de manière à ce que je ne puisse pas les ignorer.

« Je vous avais pourtant dit que fuir ne servirait pas à grand-chose…Me croyez-vous donc assez naïf pour qu’une ruse aussi grotesque fonctionne sur moi ? »

Une boule d'énergie nous enveloppa et instinctivement je tirais ma dague de ma ceinture mais ça en été presque ridicule ; que pouvais-je faire face à une telle magie ? Les yeux affolés je priais le prince de tout arrêter et il rajouta :

« Me croyez-vous maintenant ? Vous ne pouvez fuir. Je ne me suis point montré hostile à votre égard jusqu’à présent, je ne pense pas avoir eu tord alors n‘essayez pas de me convaincre du contraire. »

Il congédia les deux gardes puis repris d'une voix tranquille. J'avais l'impression d'entendre le ton de mon père adoptif quand il me réprimandait après une bêtise. Celà me bouleversa :

« Bien…Sachez que voler n’apporte en rien une rehausse d’estime. Ces chefs de village ne font que profiter de vous. Vous leur apportez des objets précieux mais ils ne vous apprécient pas plus. L’argent et les belles choses ne changent pas les convictions des gens. S’ils vous considèrent comme une erreur de la nature, comment un vase, une émeraude ou même une bague pourraient modifier cela. »

Une bague. Il connaissait donc notre histoire. Je voulais qu'il se taise, je ne pouvais en entendre davantage, c'était trop dur à admettre. Je lui criais :

"Aaaaah ! Taisez-vous ! Arrêtez...!"

Mais il continua :

« Vous avez sans doute dû vous-même vous en apercevoir. Nombreux sont ceux qui vous ont rejeté alors que vous leur apportiez des trésors dérobés, n’est-ce pas ? Alors pourquoi continuer ainsi…Vous ne me ferez pas croire que vous y avez pris goût. Vous-même ne le croyez pas. Vous n’êtes pas comme ça. Je vous connais à peine mais je lis en vous comme dans un livre ouvert. Je sais que vous n’êtes pas ainsi et Tarod en était convaincu également. »

"Tarod..." Je prononçais ces sons de façon imperceptible, peut-être pas par eux, mais cela m'arracha une larme que je ne pu retenir malgré mon désir de me montrer forte. L'ange vint se placer devant moi et termina :

« Vous voulez que les autres vous aiment, vous apprécient, ne vous fuient pas…Pourtant, lorsque vous rencontrez cette personne, vous faites tout pour qu’elle se détourne de vous…Ne trouvez-vous pas cela triste… »

Il me laissa là avec ses phrases poignantes résonnant dans ma tête à en être douloureux. Alors qu'il retournait vers Tarod, j'avais prit ma tête entre mes mains comme pour écraser la souffrance qu'elle me causait mais celle-ci ne voulait pas s'en aller. Lâchant ma dague, elle rebondit une fois sur le sol avec un bruit strident pour s'immobiliser à mes pieds. Je me laissais tomber à genoux mes jambes ne pouvant plus me soutenir. Ça faisait décidément plus mal que toutes les brûlures et les lames lacérant ma chair, les coup de bâton et les lancé de pierre, la torture et l'eau emplissant les poumons, tout ce que j'avais vécu, traversé, tout m'était si insignifiant à côté de ce que je ressentais maintenant. J'avais mal, j'avais honte, j'avais peur. Peur de ne jamais réussir à valoir quelque chose, peur de décevoir le peu de gens qui croyait en moi, terrorisée de perdre Tarod à jamais, peur de payer toute ma vie pour mes fautes. Je restais à pleurer par terre, à genoux devant mes juges, ne voulant plus les regarder. A quoi bon lutter davantage quand tout s'effondrait. Mes illusions, mes choix insensés qui devait me menait vers la reconnaissance, le respect et la gloire, tout disparaissait. Et cette maudite douleur dans le ventre qui se rajouta rien que pour m'embêter davantage. Mes mains glissèrent alors jusqu'à lui m'enserrant avec force, je priais intérieurement tout ce en quoi je ne croyais pas pour que tout ne sois qu'un cauchemar...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 469

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Dim 3 Oct - 2:58

Le discours de mon Prince fit enfin son effet. Je devais lui avouer ça, il était un excellent orateur. En revanche, je ne m'attendais pas à une telle réaction de la part de Felyndiira.

Semblant d'abord en colère, elle cria à Kanoë de cesser, mais impassible, mon Prince continua. Dans la véracité du discours, je me doutai parfaitement que Fel en prenait pour son compte à chaque mot prononcé. J'avais mal pour elle, vraiment.

Mais quand elle passa ses mains sur son visage, lorsqu'elle lâcha sa dague en tombant à genoux, toute compassion m'était étrangère. Comme une enfant que l'on prend en faute, et qui comprend enfin qu'il faisait une bêtise, Fel s'appitoya sur son sort d'une manière que je trouvais lamentable.

J'aurais peut être du aller vers elle, et l'aider à reprendre pied. Je n'en fis rien. Dans mon poing, la bague que je serrai toujours me rappelait qui elle était. Mon honneur, ma fierté m'interdisait d'écouter mon coeur. D'ailleurs, je l'avais enchainé, coffré, et vérouillé. Jamais plus je ne devais le suivre. Jamais. La pitié donc, avait parfaitement disparu de mes considérations.

Kanoë me regardait, semblant me demander ce que je l'autorisais à faire d'elle. Son geste était empli de bonté, il ne souhaitait pas m'infliger de voir la femme que j'aimais souffrir. Je souris narquoisement et secouai la tête
.

- La peine des voleurs est le fouet mon Prince, annonçai-je, presque d'un air sadique. Mais je ne doute pas que le bourreau lui ferait alors la peau. Pour ma part, je propose le cachot, mais bien sûr, c'est à vous que revient la décision finale...

Je croisai ensuite les bras, et me retins de toutes mes forces pour ne pas crier à Fel à quel point elle me dégoutait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1436

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Dim 10 Oct - 4:36

La décision finale me revenait effectivement. Savoir que Tarod approuverait ma décision peu importe celle-ci me rassurait. Le capitaine de la force savait faire la part des choses entre ses sentiments personnels et son devoir de guerrier et c’était une bonne chose. Je ne doutai point de sa loyauté mais cette situation offrait un véritable test grandeur nature. Test qui ne fit que confirmer mes premiers sentiments…

Mon regard se reporta alors sur la jeune féline. Je cherchais encore quelle peine lui infliger. Celle-ci devait être conséquente mais également profitable pour cette jeune femme. La manière violente n’étais pas vraiment la plus appropriée dans la situation actuelle. Le cachot semblait s’imposer mais cela ne me convenait pas…

Je me retournai une nouvelle fois vers la jeune femme agenouillée au sol et m’adressai à elle d’une voix claire, pure, forte et cristalline.

« Bien…Il est temps pour moi de décider de votre sort. Vous vous êtes introduit dans ma forteresse avec pour intention de me dérober un objet précieux à vos yeux. Vous avez semé la panique dans la cour en cherchant à fuir. Vous avez déranger mes guerriers dans leurs occupations. Vous avez interrompu mon entretien avec mon capitaine de l’armée de la force. Vous m’avez manqué de respect et ce devant mes gardes et mon capitaine…Pour tout cela, voici ma sentence… »

Je marquai une légère pause avant de poursuivre sur le même ton.

« Vous resterez à la forteresse à mon service et à celui de mes guerriers. Vous travaillerez aux cuisines, à la lingerie et effectuerez également les tâches ménagères au château. Ces tâches peuvent sembler ingrates cependant, je vous offre là la possibilité de vous rendre utile à la communauté. Vous apprendrez une nouvelle façon de se faire respecter. Vous serez respectée pour votre travail rendu. Vous serez intégrée à notre grande famille au même titre que toutes les personnes que vous pourrez croiser ici… »

Je fis une nouvelle pause avant de conclure.

« Lorsque j’aurai considéré vos services rendus comme équivalent au préjudice subit, vous serez libre de partir…Ma décision est prise, elle est définitive et non négociable. Si vous ne respectée pas ce contrat, le bourreau et le cachot deviendront vos nouveaux amis… »

J’attendis une réaction de la part de la voleuse. De sa réponse dépendrait son avenir…




HRp : Dsl pour le temps de réponse, j'ai été malade toute la semaine, j'avais pas vraiment la tête à Rp...

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Sam 16 Oct - 1:00

« Bien…Il est temps pour moi de décider de votre sort. Vous vous êtes introduit dans ma forteresse avec pour intention de me dérober un objet précieux à vos yeux. Vous avez semé la panique dans la cour en cherchant à fuir. Vous avez déranger mes guerriers dans leurs occupations. Vous avez interrompu mon entretien avec mon capitaine de l’armée de la force. Vous m’avez manqué de respect et ce devant mes gardes et mon capitaine…Pour tout cela, voici ma sentence… »


Je gardais mes yeux clos en attendant de savoir ce que j'allais devenir. Les mots de Tarod me hantaient "des coups de fouet", il m'aurait laissé faire fouetter sans s'opposer. Je n'en revenais tout simplement pas. Mon cœur pire que brisé cogna si fort dans ma poitrine que je compris que je venais de le perdre. J'aurais tant voulu pourvoir lui rendre sa bague pour atténuer sa colère mais je ne l'avais même plus. Aucune chance de fuir, je ne pouvait qu'attendre. L'angoisse obstruant ma gorge, je sentais mon souffle se couper.

« Vous resterez à la forteresse à mon service et àcelui de mes guerriers. Vous travaillerez aux cuisines, à la lingerieet effectuerez également les tâches ménagères au château. Ces tâchespeuvent sembler ingrates cependant, je vous offre là la possibilité devous rendre utile à la communauté. Vous apprendrez une nouvelle façonde se faire respecter. Vous serez respectée pour votre travail rendu.Vous serez intégrée à notre grande famille au même titre que toutes lespersonnes que vous pourrez croiser ici… »

Je respirait enfin. J'évitais le cachot ou les coups de fouet. En revanche, j'étais condamnée à une captivité qui ne me plaisait pas mais avais-je vraiment le choix ? Faire du ménage... Je n'avais jamais fait ça de ma vie ayant vécu dans la nature pendant 19 ans, mise à part mes 3 premières années où j'étais resté enfermée dans la maison de mes grand-parents, tant ils avaient honte de moi ; ils n'avaient même pas eu le courage de me tuer mais ils avaient pourtant pris beaucoup de plaisir avec les autres villageois à me traiter comme une bête. Mon existence attirait les visiteurs curieux et faisait marcher les commerces. A 3ans, quand j'étais parvenu à échapper à la vigilance de mes grand-parents, j'avais pu goûter à la liberté et ne m'en été plus jamais privée. Virée définitivement de chez moi, je dormais dans la rue et chapardait des restes de nourriture pour ne pas mourir de faim. Quelques bonnes âmes compatissante me donner parfois à manger mais sans plus. Ma vie, par tous les temps, je la passais dehors. Donc jamais eu besoin de faire du ménage.

« Lorsque j’aurai considéré vos services renduscomme équivalent au préjudice subit, vous serez libre de partir…Madécision est prise, elle est définitive et non négociable. Si vous nerespectée pas ce contrat, le bourreau et le cachot deviendront vosnouveaux amis… »

Je me relevais essuyant rapidement les larmes sur mes joues et fixait le grand prince mais en évitant ses yeux. Curieusement, je n'avais plus envie de le provoquer où de me mesurer à lui ; ça ne servait à rien. Je laissais ma dague au sol et me débarrassa calmement de mon arc et de mon carquois de flèches pour les déposer à côté de mon arme. Face au deux hommes je dis au prince :

"Il sera fait selon votre volonté...majesté".

Je voulais m'adressait à Tarod mais mes mots n'allèrent pas directement à lui, c'est en parlant à Kanoë que je passais mon message.

"S'il faut ça pour réparer mes erreurs, j'accomplirais ma sentence. Mais si vous devez me garder aussi longtemps que je le mérite, alors vous n'êtes pas près de me voir disparaitre car ma vie est comblée de fautes, ma première étant d'être née ainsi, ma dernière étant le vol d'une bague que je ne pourrais jamais rendre à son propriétaire".





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 469

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Sam 16 Oct - 1:21

Kanoë imagina une sentence qui, pour moi, aurait été bien pire que le cachot ou le fouet. Mais, curieusement, Fel semblait se repentir. Elle accepta sans plus résister. Je crois que, enfin, elle mesurait la portée de ses actes.

Comme m'enjoignant de le laisser enfin me parler, mon coeur cognait contre ma poitrine sans relâche. Affichant un regard impassible, j'étais en fait totalement perdu. Si Fel restait au chateau, combien de fois devrai-je endurer de la croiser le long des couloirs ? J'étais conscient de ma force, je sentais aussi ma faiblesse. La voir ainsi chaque jour finirait indubitablement par me faire flancher. Je ne pourrai jamais décemment, sans remords, me défaire d'elle ainsi.

Ses excuses à moitié dissimulées dans son discours rouvrirent la plaie que je tentais de cicatriser depuis des semaines. Je n'y tenais plus. Attrapant l'anneau d'argent dans ma poche, je le pris entre mes doigts et le montrait à Fel. Oubliant la présence de mon Prince, je trahis tous mes serments en l'espace de quelques mots
.

- Heureusement qu'il reste sur terre des personnes dignes et honnorables, lui dis-je d'un ton sec. Une de nos vieilles connaissances communes - je parlais bien sur de Zarathos - a eut la bonté de venir me trouver lorsqu'il t'a rencontré au village. Jamais je n'ai été aussi humilié de ma vie.

Je tremblais de rage, bouillonnais sur place, me retenant pour ne pas crier. Lui lançant sa bague de fiançaille à ses pieds, j'entendis le métal retentir sur le marbre couvrant le sol.

- Un cadeau est un cadeau, et mes voeux sont les mêmes. Mais jamais cette blessure ne guérira.

Je tournai ensuite les talons, et m'apprêtai à sortir, l'âme en morceaux.

[HRP : j'ai pas mis que je sortai si jamais vous voulez me retenir xD]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1436

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Lun 1 Nov - 2:45

La jeune Felyndiira se débarrassa de ses armes et accepta ma sentence. Son attitude respectueuse aurait pu surprendre quelques spectateurs si spectateurs il y avait eu. Elle n’avait plus l’air de la même personne. Pourtant, je savais que ses paroles étaient sincères. Elle savait à quoi s’en tenir, elle savait qu’elle n’agirait pas à sa guise sur mon territoire… Tarod échangea quelques paroles avec elle occultant ma présence. Par respect pour leur intimité, je n’intervins pas et m’effaça le temps de faire quérir quelques unes des domestiques du château. Malgré ma discrétion, je ne pus me retenir d’entendre le tintement métallique d’un anneau sur le marbre ainsi que de ressentir la profonde colère de Tarod. Elle l’avait trahi, il mettrait un certain temps avant de le lui pardonner. Les blessures du cœur ne cicatrisent malheureusement pas aussi rapidement que celles du corps. La confiance perdue est comme un miroir : même si on le répare, il y aura toujours des fêlures dans le reflet…

Le capitaine de la force sortit alors de la salle du trône. Son cœur était en miette. Je ne le retins pas, j’aurais tout le temps nécessaire pour m’entretenir avec lui plus tard lorsqu’il sera apaisé…Je retournai plutôt vers la nouvelle domestique du château en attendant l’arrivée des trois servantes que j’avais fait quérir. Je saisis au passage trois belles roses jaune, blanche et orange dans le bouquet trônant sur une table. Comme si j‘avais pressentis leur arrivée, elles ne tardèrent pas à frapper à la porte de la salle du trône.

« Entrez mes jeunes demoiselles… »

Elles entrèrent, me saluèrent en s’inclinant respectueusement et me demandèrent la raison de mon appel. J’avançai vers elles puis me retournai vers Felyndiira.

« Mes demoiselles, je vous ai fait quérir afin vous présenter Felyndiira. Elle vous aidera désormais en cuisine, à la lingerie et à toutes vos tâches quotidiennes. Je compte sur vous pour la guider car elle ignore tout de votre travail… »

Je marquai une nouvelle pause laissant le temps à Felyndiira de détailler ses nouvelles compagnes de vie. Je n’avais pas fait quérir ces domestiques innocemment. Elles avaient chacune leur particularité. L’une était une jeune elfe aux longs cheveux bruns clair et aux yeux noisettes. Une autre était mi reptile mi humaine : elle se déplaçait sur deux jambes mais était couverte d’écailles brunes et avait les mains griffues, ses cheveux était mi-long et rougeoyant. La dernière était une jeune femme papillon…

« Voici Noroelle, Alvia et Gaëa. Elles vous guideront et vous apprendront leur métier. Je vous la confie mes belles demoiselles. »

Je plaçai alors une rose dans la chevelure de chacune des jeunes femmes, les faisant rougir et légèrement glousser. Je les laissai ensuite emmener la jeune tigresse…



HRp : Dsl pour le temps de réponse, j'ai été débordé dernièrement et je n'ai pas eu le temps de répondre...

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Mar 2 Nov - 9:24

"Heureusement qu'il reste sur terre des personnes dignes et honorables. Une de nos vieilles connaissances communes a eut la bonté de venir me trouver lorsqu'il t'a rencontré au village. Jamais je n'ai été aussi humilié de ma vie"

Je baissais la tête, bouillant intérieurement rien qu'à la pensée que ce démon était venu trouver Tarod à mon sujet. Un son aïgu parvint à mes oreilles ; celles-ci s'orientèrent vers le sol, non pas pour suivre le son, mais en signe de grande affliction. La bague gisant par terre me rappela amèrement ma faute et toutes les autres qui avaient suivis. L'air d'un petit chat craintif, je fit un pas en arrière comme pour m'éloigner du bijoux, rejetant l'idée d'aller le ramasser. Que pouvait-il donc bien encore signifier après tout ça, après tout ce temps...

"Un cadeau est un cadeau, et mes vœux sont les mêmes. Mais jamais cette blessure ne guérira".

J'eus le courage de le regarder mais j'entrevis son regard trop peu de temps pour pouvoir capter son attention ; de toute manière, que lui aurais-je dit... Il se détourna et nous quitta. J'en eu mal au cœur de le voir encore s'éloigner de moi. Il avait eu beau s'être montré cruel à mon égard, au point de me laisser me faire fouettée, enfermée ou autres sentences horribles, je n'arrivait pas à le détester.

« Entrez mes jeunes demoiselles… »

Le prince, qui respectueusement, s'était un peu écarté de nous, avait fait appeler des jeunes filles. Trois pour être exact et d'apparence aussi étrange que belle. L'une était une elfe que je reconnu à ses oreilles longues et pointu plantée dans une belle chevelure brune clair. LA seconde était une huan-ti, une fille mi-humaine, mi-reptile, je m'en rappelais car ma première rencontre avec Zarathos, ce démon détestable, était à la suite du meurtre de l'une de son espèce. La dernière était vraiment magnifique avec ses deux grandes ailes multicolores. L'ange fit les présentations :

« Mes demoiselles, je vous ai fait quérir afinvous présenter Felyndiira. Elle vous aidera désormais en cuisine, à lalingerie et à toutes vos tâches quotidiennes. Je compte sur vous pourla guider car elle ignore tout de votre travail… »

Il marqua une pause alors que je finissais de les obsercer. Je n'attachai pas mon regard davantage aux jeunes domestiques et le reportai sur l'anneau abandonnée au sol.

« Voici Noroelle, Alvia et Gaëa. Elles vousguideront et vous apprendront leur métier. Je vous la confie mes bellesdemoiselles. »

"Enchantée..."
, murmurais-je sans les regarder.

Les trois jeunes filles, dotées à présents d'une rose dans leur coiffure, vinrent m'encadrer chaleureusement et me guidèrent vers la sortie mais comprenant enfin ce qui se passait je les stoppais.

"Une minute s'il-vous-plaît".

Je me dégageais et revint me poster devant le prince avec une attitude respectueuse. Je lui dit timidement :

"Je voudrais vous remercier pour ne pas avoir été trop sévère avec moi. Non pas que je trouve cette punition futile car être privée de liberté sera très difficile à vivre mais vous êtes quelqu'un d'indulgent et je rencontre peu de personne qui agisse comme vous quand ça me concerne".

J'inclinais la tête. J'étais sincère et je m'en étonné. Peut-être n'étais pas un cas si désespérée que ça finalement. Je pouvais changer si je le voulais réellement. Peut-être même pourrais-je un jour reconquérir le cœur de Tarod. Au fond de moi, j'espérais qu'il ne soit pas parti assez loin pour ne pas entendre mes mots. Peut-être étais-ce mieux ainsi. Cette pensée m'arracha une larme d'espoir et je rajoutais en regardant la bague :

"Me permettez-vous de ramasser l'anneau ? J'aimerais le garder avec moi pour me rapeller mon erreur et ce que j'ai perdu. Ainsi, peut-être m'aidera t-il à devenir meilleure".
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 469

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Mar 2 Nov - 9:28

[HRP : moi je suis loin, parti, tout ce que vous voulez, donc je n'interviens plus]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1436

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   Mer 8 Déc - 11:26

La jeune féline stoppa soudainement les domestiques juste avant de quitter la salle du trône. Elle revint vers moi et s’adressa à moi de façon tout à fait respectueuse. Elle me remercia pour l’indulgence dont j’avais fait preuve pour sa punition. Punition qui n’en était pas vraiment une finalement. Elle s’inclina même pour appuyer ses paroles.

« Ce n’est pas vraiment une question d’indulgence ou de sévérité. Je pense seulement qu’il y a d’autre façon que la violence pour résoudre un quelconque conflit ou une quelconque mésentente. »

Elle me demanda timidement si je lui permettais de récupérer l’anneau encore sur le sol. Cet anneau, l’anneau unique, son précieux, son trésor dont elle ne pouvait se défaire, ce bijou qui lui permettrait de se souvenir de ses erreurs passées…

« Cet objet vous appartient, je n’ai nullement le droit de vous le retirer. C’est un cadeau de votre être-aimé, il n’appartient qu’à vous. »

Ce furent les seuls mots du prince. Il laissa la jeune tigresse récupérer son bien et finalement suivre les domestiques.




Rp fini, je clos le sujet ^^

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Condamnée ou graciée ? [Kanöe et Tarod]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roro Nelson condamné aux Etats-Unis ne peut pas retourner en Haïti
» Journal du Dernier jour d'un Condamné ?
» Condamnés à la fosse !
» Le poids et le nombre des deportes pour 2006
» Un Kidnappeur condamné à dix ans de prison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastiqua le monde des invisibles :: Zone RP :: Ârnör :: Château :: Salle du trône :: Bureau de Kanoë-