Fantastiqua le monde des invisibles

Forum rpg autour d'un univers fantastique qui évolue au fil de vos histoires... Pas de limite d'âge pour laisser libre cours à ton imagination...

 
AccueilPortailMapIndex de FantastiquaFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Petite Tueuse Deviendra Grande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alyanah
Guerrier (1.1)


Messages : 491

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
81/50000  (81/50000)
Inventaire: Epée double et longue dague, poignard, arc et flèches.


MessageSujet: Petite Tueuse Deviendra Grande    Dim 26 Déc - 12:37






Nwes





Présentation





Identité




Nom : Ni’hal

Prénom : Alyanah

Surnom : Lya

Âge : 19 ans

Race : Elfe noir

Allégeance : Kanoë

Rôle : Guerrière. Alynah veut retrouver son père biologique ainsi, si possible, sa mère et le prouver qu'elle n'est pas morte mais, au contraire bien vivante. Elle veut aussi aider le prince Kanoë à reprendre les terres qui lui appartiennent.









Description



Description physique


Alyanah est une jeune femme belle, petite et mince mais élancée. Un corps plein de charme, une peau mate. Inoffensives d’apparence. Cheveux noir parsemés de mèches d’ors et d’argents. Des yeux éteints, Lya est aveugle, mais on peut encore apercevoir des épines rouges de sa couleur d’avant. Elle est souvent accompagnée d’un loup au pelage argenté et aux yeux d’or (typique des familiers). Habillée d’une combinaison moulante noire très solide, une ceinture séparée le haut du bas, fait d’un alliage inconnu jusqu'alors ou d'une robe, les couleurs varies aussi selon ses humeurs mais généralement sombre. Elle porte à sa ceinture une épée double, noir, ornées de fils d’argents et d’ors, le pommeau incrusté de rubis teinté en noir et une autre épée, plus petite, faite de la même façons dans un alliage aussi inconnu que sa combinaison. Légère, rapide et maniable, ce sont des armes meurtrières. Elle est souvent munie d’un arc et de son carquois, mais le perdant souvent, elle évite de le prendre partout (juste à la chasse). Des « rides » de sourire sont visibles sur les coins de ses yeux. Une étoile d’argent accrochée à une fine chaînette, d’argent aussi, orne le creux de son cou. En son cœur un rubis noir lance des reflets noirs, violets et bleus. Elle porte un tatouage, en forme de dragon noir, enroulé sur son poignée gauche.



Description mentale


Lya n’a rien de la petite fille qu’elle est en apparence. A 19 ans elle est froide, dur et fière, elle ne fait confiance à personne à part a son loup, Saphir. Très difficile à amadouée, mais quand quelqu’un y arrive c’est un véritable ange. Elle ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs. La mort ? Elle connait, la torture ? Une simple affaire de conscience. C’est une aventurière qui n’hésite pas à foncer à la moindre occasion. Une femme dont les mots « hésitation », « «peur », « retrait », « lâcheté », « défaite », lui sont inconnus. Elle fonce tête baissée et ceux quelques soit les risques à courir. Étant une elfe noir et ayant leur caractère, elle déteste être commandé, mais elle sait reconnaitre qui est plus fort qu'elle. Elle manie très bien la dague ainsi que l’arc et très, très bien l’épée, même si elle préfère l’épée double. Elle a la fâcheuse tendance de tuer avant et poser les questions après. Elle exécute ses victimes d’un coup expert dans le creux de l’épaule, la où passe une artère essentiel pour tout les êtres vivants : C’est sa marque. Jeune femme qui maîtrise le feu sous toutes ses formes (autant quand se sont des flammes que de la foudre). Elle fait une fixation sur la phrase « Ne te lie jamais a personne : ils partiront tous un jour. » Une femme que l’on ne prend pas tout de suite au sérieux … et que l’on regrette amèrement. Aveugle a cause d’un « malentendu » de sa jeunesse, elle voit a travers les images que lui envoie son familier Saphir (oui, oui le loup) et grâce aux auras que tout être vivant dégages. Elle est intelligente mais surtout stratégique. Elle a horreur qu’on la vouvoie, ça lui donne l’impression d’avoir 40 ans et elle a aussi beaucoup de mal a vouvoyer les autres, même avec de gros efforts.









Histoire



Alyanah Ni’hal a d’abord était une petite fille, pas comme les autres, mais une fille aimée. Sa mère, une puissante elfe, c’était amourachée d’un homme rencontré un soir dans le bois. Ils firent connaissance, puis se lièrent d’amitié pour enfin tomber amoureux. Du moins c’est ce que Saiwai Inia pensée. L’homme l’a mis enceinte. Inia décidai de mettre au monde cette enfant, ce qu’elle fit, et elle regretta son choix dès qu’elle vit la petite qu’elle tenait dans ses bras. Le poupon n’avait pas leur peau rosée ni la couleur de leurs yeux si particulière, non cette enfant avait les cheveux noirs, d’un noir telle qu’on y décelait des reflets bleus et violets, comme les ailes d’un corbeau. Sa peau était mate et ses yeux étaient rouge, signe de la terrible marque des elfes noirs. Un tatouage en forme de dragon s'entortillait autours de son poignée jusqu'à sa main gauche. Mais malgré les défauts de cette fille, Inia la garda pendant plus de six mois essayant, tant bien que mal, de la faire accepter des autres elfes du village, mais cette batarde les terrorisés. L’homme qu’Inia avait aimée ne refit jamais surface, savait-il seulement qu’il avait une fille ? La puissante elfe, après des mois de réflexion, en vint a la conclusion que jamais personne de son village ne voudrait de cette enfant dans leurs rangs. Elle se résigna, non sans chagrin, à a tuer sa progéniture, chérie et aimée malgré tout. Si elle ne pouvait pas avoir sa fille, la porter dans ses bras, la consoler quand quelque chose irait mal, ou même juste, la voir grandir, personne ne le pourrait. Incapable d’appliquer la sentence elle-même, elle appela son frère, Hinraë. Avant de lui tendre l’enfant, Inia, lui mis un collier, en forme d’étoile, avec au cœur, un rubis, noir. Elle lâcha une larme en donnant sa fille aux mains de son frère pour qu’il la noie. Elle lui ordonna de la jeter dans la rivière Mardhaal qui surplombait le village et de ne pas la quitter des yeux jusqu’à ce qu’elle ne soit plus dans son champ de vision. C’est ce qu’Hinraë fit, il la regarda allait au loin, quand elle fut hors de son champ il retourna au village, laissant la petite démone a son sort. Mais elle survécu. Très loin, à environ cinq jours de marche, un village, et une jeune paysanne Winne, lavait son linges dans la rivière lorsqu’elle vit un poupon, d’à peine huit mois, échouée de l’autre coter de la rivière. Winne obéissant à son cœur recueillis le poupon chez elle. C’est ainsi qu’elle la nomma Alyanah Ni’hal, soit « La sauvée des eaux » dans une langue très ancienne (et en quelque peu écourté). Elle passa les cinq premières années de sa vie acceptée, comme une enfant normal. Un jour, lorsqu’elle avait cinq ans, lors d’une grande fête en l’honneur d’une de leurs divinité (ou prince, va savoir ? On a omni de me le préciser), un grand bucher fut allumé. C’est alors que Lya sentit une énorme et intense chaleur l’envahir. Puis, le regard perdu dans les flammes, elle les vit … Bouger ? Sans qu’elle ne puisse comprendre se qui se passa, elle se leva d’un bon, et les flammes se jetèrent sur elle, et l’enlacèrent. Mais contrairement a la douleur que Lya était s'attendait à ressentir, ce fut un bien-être qu’elle n’avait encore jamais ressentit. C’été comme si … Comme si quoi ? Comme si vous arriviez enfin dans un lac pour vous lavez après des mois ? Non rien à voir. Bref, un immense bien-être l’envahit, pour rien au monde elle voulait le quitter mais les cris alentour la fit vite revenir à la réalité. Instinctivement, elle relâcha tous les muscles contractés pendant la …. Fusion, et ordonna, avec son esprit, aux flammes de retourner dans le brasier. A son/sa grand(e) bonheur/surprise/consternation, les flammes lui obéir. Elle regarda autour d’elle, voir si il y avait des blessés ou autres. Elle ne vit que des regards posés sur elle, des regards remplient d’hostilité mais surtout de peur. Et après cela, malgré tout les soins que lui fournissait et tout les efforts que Winne faisait pour l’intégrée à la société du village, Lya était rejetée pas les autres, elle sentait tout le mépris que les habitants du village éprouvaient devant cette étrangère aux pouvoirs démoniaque. Un jour, des enfants étaient venus la chercher, la titillant un peu trop, elle les menaça, et c’est ce moment la que choisi les parents pour débarquer. Quand ils la virent, l’index pointé sur leurs enfants, les parents, remplis d’hostilité, prirent la première chose de dur qu’ils trouvèrent et se ruèrent sur la gamine. Ils la tabassèrent, encouragés par les cris de joies des enfants. Lya ne chercha même pas à se défendre, elle ne comprenait pas ses gens, ils avaient peur, mais de quoi ? d’elle ? D’une gamine de 7 ans ? Ou juste peur de ce qu’elle était, parce qu’ils ne la connaissaient pas. Ne la cernaient pas. Peur de l’inconnu. Elle ne put réfléchir plus longtemps a ce qui terrorisés ces pauvres gens que des coups de couteau l’atteignirent a l’œil. Jamais elle n’éprouva une telle douleur. Les flammes qu’elle contenait tant bien que mal sortirent d’elles même, pour aider celle qu’elles considéraient comment leur sœur (va savoir pourquoi). Elles s’attaquèrent au villageois, les brulants, soulevant les cris des enfants et mêlant ceux de leurs parents. Elles ne tuèrent pas, malgré leurs envies. Les villageois prirent leurs jambes à leur cou. Lya s’était, quand à elle, évanouit depuis longtemps. Les flammes, aussi confuse, soit elles de ne pas avoir réagis avant, ne purent rien faire, elles re-rentrèrent donc dans le collier de la martyre, d’où elles étaient sortit. Quand la petite revint a elle, des douleurs fulgurante la saisit, une violente envie de vomir la pris, et le plus important encore : elle ne voyait absolument rien, le noir, complet, il lui semblait avoir pourtant ouvert les yeux. Elle cligna des paupières plusieurs fois, dans l’espoir de laisser, rien qu’une toute petite tache de lumière apparaître. Une voix la coupa : « ne t’acharne pas Lya, tu as perdu la vue … ». La martyre mis du temps avant d’analyser l’appartenance de cette voix : Winne, et elle pleurait. « Mon dieu, mon enfant, si tu savais comme je suis désolée ! »  Lya eut envie de lui répondre que ce n’était pas grave, qu’elle s’en remettrait. Mais le mensonge n’était pas son fort, surtout que Winne la connaissait par cœur, et que la elle ne pouvait pas parler tellement la douleur était … douloureuse.
Winne la garda cloitré dans son lit, avec interdiction de bouger un muscle tant que ses fractures (ah oui elle avait beaucoup de fractures, elle en avait même à des os dont je ne connaissais même pas l’existence) et la douleur que lui provoquait la perte de sa vue (je parle ici de la douleur physique) ne c’était pas atténué, voir même évaporé. La paysanne avait peur, elle avait beau essayer de le cacher, Lya était une elfe, donc doter de sens beaucoup plus développés et d’un sixième (voir deux). Elle avait peur pour elle. Lya eu largement le temps de se poser des questions quand a son avenir … incertain. Un elfe ayant perdu la vue, l’ironie ! Après quelques mois, (ou quelques années selon elle) elle se rétablie … à peu près, mais assez pour pouvoir marcher, courir, sauter, danser, voler … euh non peut-être pas, mais juste marcher voir courir, elle voulait partir. Winne n’avait dit à personne qu’elle avait soignée « la pestiféré »  ou encore « la démone ». Lya était heureuse, toutes ces attentions et des petits surnoms dont elle eu droit !  Sous l’accord, peu assuré, de Winne (qui en avait juste marre de l’entendre se plaindre jour et nuit) Lya sortit de la masure, enfin essaya, étant aveugle elle eu du mal, et marcha du coter opposer au bruit, euh non, enfaite, le bruit il était partout. Elle bénit juste sa mémoire et la connaissance des lieux.
Elle partit. Après plusieurs nuits sans sommeil, évitant à tout pris les villageois qui la cherchée, après s’être pris mainte et mainte fois des branches/racines/troncs/bidules non identifiés, Lya arriva dans une ancienne maison, à première vu abandonnée (je veux dire par là qu’elle n’entendait rien). Elle frappa, entra : personne. Elle y passa 3 jours et 3 nuits. De la nourriture était bien en évidence sur une table en … bois et elle entendit de l’eau couler dans un puits dehors. A l‘aube du 4ème jour un homme vint a sa rencontre. Il l’a recueillit : la couleur de sa peau, de ses cheveux, de ses yeux ne le gênée pas, même ses pouvoir. Ni lui ni le village dans lequel l’homme l’emmena. Pendant plus de 7ans elle vécue avec eux, en harmonie. L’homme, qui se révéla s’appeler Wellan lui appris à se servir de ses autres sens pour mieux entendre/sentir et aiguiser son sens de l’orientation, grâce à ça, une forme de nouvelle vu c’était installée en elle. Elle n’y voyait toujours rien, enfin si enfaite, elle distinguait les « auras » des personnes, qu’ils soient derrière, devant, à coter, en dessous ou au dessus d’elle. Elle put aussi mettre ses réflexes à profit, voyant les gestes des personnes, ils étaient même ralentit, comme si elle savait déjà ce que l’adversaire allait faire avant qu’il ne le fasse, Wellan lui apprit à manier les dagues, l’épée et l’arc et même une forme très ancienne de l’épée, qu’on appelait enfaite : l’épée double. Une épée à double lame, elle se révéla très habiles pour cette dernière, qui était son péché mignon, et l’arc et aussi l’épée, mais il lui fallait une bonne taille pour cette dernière, sinon elle ne s’en sortait plus, ni trop grande, ni trop petite. Il lui apprit aussi à chasser, à traquer ses proies et que toute vie devait être prise comme il se devait : d’un coup rapide à l’épaule de la bête, pour mourir sur le coup et ne pas la faire souffrir. Il lui apprit aussi à se servir de ses pouvoirs. Les flammes, qui semblaient, enfaite, dotées d’une conscience et d’aussi pas mal de libre arbitre, prirent les entrainements proposés comme un jeu. Et les flammes sont mauvaises perdantes.
A l’aube de son 15ème anniversaire, comme le veut la tradition des Saphirois (peuple de Wellan), elle partit chasser, seule. Elle reviendrait le soir. Mais en milieu d’après midi, elle sentit l’intense chaleur la pénétré à l’intérieure : le genre de chaleur qu’elle ressentait lorsqu’elle était à proximité d’un feu, le genre de chaleur qu’elle avait appris à reconnaitre et à apprécier, sauf que la, ça sentait pas bon, littéralement. Étendant ses sens aussi loin qu’elle le put (jusqu’au village enfaite), elle vit un nuage de fumé s’élever. S’élever de son village. Elle courut. C’est un spectacle de douleur, de sang et de flamme qui s’offrit à elle, elle le sentit, dans tout son corps, des frissons la parcourait. Son village était en proie aux flammes, des couteaux étaient plantés dans les gorges de ses amis, de ses frères elle les voyait, leur aura était entrain de s’éteindre : ils mourraient. Elle se dirigea, chancelante vers la masure de celui qu’elle avait appelé son père pendant des années. Sur le seuil de la porte elle s’arrêta, le sentit, s’agenouilla à ses coter, pleura jusqu'à ce qu’elle sente bouger à coter d’elle. Son père était là, souffrant, l’implorant de mettre fin a ses douleurs. Ce qu’elle fit. Avant son dernier souffle, il lui intima l’ordre d’aller dans sa chambre, de prendre quelques affaires et de partir, vite. Elle suivit son conseil, ouvra la porte menant a sa chambre et vit un louveteau, apeuré, pleurant. Quand il la vit, ses yeux d’argent s’illuminèrent et chose étrange, quand elle le prit dans ses bras, ils changèrent pour prendre une couleur ambre, et la, elle se vit a travers le louveteau. Mais pas le temps de s’attarder sur des détails comme celui la, plus tard. Sur son lit elle remarqua, enfin, elle le vit des yeux du petit loup dans ses bras, deux armes, une épée double, noir, ornée de fils d’argents et d’ors qui entouraient les lames comme un étau, sa réplique en miniature et avec seulement une lame et enfin une combinaison aussi noir que ses cheveux avec une ceinture argent sombre ou pendait deux crochets pour attacher les armes. Elle mit le tout dans un sac l’empoigna, prit le louveteau dans se bras en faisant bien attention et partit.
Des heures de marche intense, enfin de course, pour enfin arriver à l’endroit tant espéré. Sa crique. Sa tanière à elle. Le louveteau ce sentit vite bien, elle le ressentit comme si se fut son soulagement. Mais elle savait bien que ce n’était pas le cas, son père venait de mourir, de sa main, ses frères, ses sœurs, sa familles … Il lui restait cet étrange animal, depuis quand les yeux des loups changeaient de couleur au contacte humain … enfin elfique ? Ce devait être le « cadeau » de son père. Non un animal n’est pas un cadeau que l’on fait à quelqu’un. Sauf si lui nous choisissait. A voir comment le louveteau était roulé en boule devant elle, il ne devait pas la craindre et au contraire, il l’avait aidé lors de sa fuite, lui montrant des passages plus simple ou plus rapide, comme si il savait exactement ce qu’Alyanah voulais. Étrange fut le mot qui lui vint a l’esprit. Lya était une femme réfléchie avant tout, enfin parfois, bon d’accord quasiment jamais enfaite, mais intelligente, ça, elle l’était. Cherchant dans sa mémoire quelque chose qui aurait put la mettre, même un minimum, sur la voie, elle se souvint d’une phrase dont elle n’avait prêtée guère attention, mais qui enfaite expliqué tout : « La fusion entre un animal et un être humain, qu'elle qu’il soit, et quelque chose de magique, dans les deux sens bien sûr. Cet animal doit te choisir et non le contraire, si c’est le cas, tu pourras voir grâce a ses yeux, entendre, grâce a ses oreilles, sentir grâce a son nez, courir grâce a ses pattes et même ressentir ses émotions, la magie des familiers ! Ma fille, si jamais un être te choisit prends en le plus de soins possible, car c’est la meilleur chose qu’il puisse t’arriver, au monde, crois moi. » Elle soupira. Okay ! Un familier ? Géniale … Elle s’approcha de la petite boule de poile qui releva le museau quand il la sentit, et lui dis a voix haute : « Très bien mon tout beau, je suis censé m’occuper de toi, mais si on commencer par te trouver un nom ? Mon père était attaché à vous autres, peuples des forêts, honorant sa mémoire et celle de son peuple, que dis tu de Saphir ?» En guise de réponse, le louveteau lui mordilla le lobe de l’oreille et lui transmit une image d’une jeune femme, en l’occurrence Lya en plus vieille, en train de crier « SAPHIIIIR !! » dans la forêt et un petit loup débarqué de derrière un buisson et lui sauter dans le dos. : « Je vois que tu es d’accord » Sourit-elle.
Plus tard, en parcourant les mondes et les pays, des paysans rencontrés sur la route lui appris qu’il y avait, au-delà des frontières, deux anges se disputant le trône, et au milieu de ces terres, une terre, qui séparait celle des deux princes, neutre ou « Nürnen ». Après avoir longtemps hésité entre les terres neutre et celle d’un des deux anges, elle décida (après une très longue attente, il faut l’avouer) de s’allier au prince Kanoë.







Capacités



-Maîtrise du feu : lui permet de maîtriser n’importe quel source de chaleur un peut trop intense /dépassant 45°c, et de la doubler. Peu faire apparaître des flammes, assez indépendante, ou même de la foudre (évite quand même parce que le feu ne la brûle pas, mais la foudre, sa pique !!). Elle ne peut pas être brûlée. Mais les flammes, comme dotés d’une conscience propre, ont tendance à en faire qu’à leur tête.

- Permet à son loup de communiquer avec elle par la pensée, grâce à des images ou des sensations qu’il éprouve (ou les deux)

- Détection des auras, de n’importe qui. Le fait qu’elle soit aveugle donne un grand avantage sur son âme qu’elle peut « verrouiller » comme elle le veut. Et anticipation des mouvements. (Ça fait peut-être beaucoup tout ça)






Hors RP



Votre âge : 15 ans

Activité sur le forum : 4/10

Comment avez-vous connus le forum : Grâce à Kaïri Rima

Votre niveau RP : C'est le 1er, on verra bien

Autre commentaire : ...












Dernière édition par Alyanah le Mar 28 Déc - 7:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zarathos
Capitaine (1)


Messages : 1036

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
75/50000  (75/50000)
Inventaire: les katana des princes (katana qui uni forme une épée) Kienzan (chaîne des âmes)


MessageSujet: Re: Petite Tueuse Deviendra Grande    Lun 27 Déc - 9:34

jeproteste les deux nouveaux vont chez kanoé
bienvenue sinon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alyanah
Guerrier (1.1)


Messages : 491

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
81/50000  (81/50000)
Inventaire: Epée double et longue dague, poignard, arc et flèches.


MessageSujet: Re: Petite Tueuse Deviendra Grande    Mar 28 Déc - 0:12

Ça te fera plus d'adversaires, de ce que j'ai lus, ça doit pas trop te déranger x)
Sinon Merci. ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tarod
Capitaine (1)


Messages : 467

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
21/50000  (21/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Petite Tueuse Deviendra Grande    Mer 29 Déc - 22:17

Moi ça me va, mais n'abuse pas de ton pouvoir du feu, c'est tout
Je valide si personne n'a quelque chose à y redire =)
bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kanoë
Prince Kanoë & fondateur


Messages : 1433

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
218/50000  (218/50000)
Inventaire: Nya, rose volante


MessageSujet: Re: Petite Tueuse Deviendra Grande    Jeu 30 Déc - 5:33

Bonjour.

Bienvenue dans mes rangs Alyanah Smile

Rien à redire sur ta prèz à part de pas abuser avec les pouvoir comme Tarod te l'a dit.

Bon Rp sur fantastiqua.

Je lock et je déplace.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fantastiqua.forumactif.com

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite Tueuse Deviendra Grande    

Revenir en haut Aller en bas
 

Petite Tueuse Deviendra Grande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite fleur deviendra grande ♥
» petite collection deviendra grande
» Lucille Oiselle — petite étoile deviendra grande !
» Petite twi'lek deviendra grande... et baraquée [résolu]
» Quand petite boule qui pue deviendra grande dynamite qui fait gros boum [Yohru - Mission Nationale]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastiqua le monde des invisibles :: Avant de RP :: Présentation :: Présentation des personnages acceptés-