Fantastiqua le monde des invisibles

Forum rpg autour d'un univers fantastique qui évolue au fil de vos histoires... Pas de limite d'âge pour laisser libre cours à ton imagination...

 
AccueilPortailMapIndex de FantastiquaFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Dim 27 Fév - 9:55

Un jour ou l'autre, tout arrive. On a beau chercher à repousser l'inévitable, comme c'est dit, on ne peut l'éviter. Comme j'aurais voulu que ce destin ne se manifeste jamais...

La journée avait pourtant bien commencé. Il faisait beau et avec Leefaen, qui avait fêté ses 2 ans quelques jours auparavant, j'étais parti en promenade dans le village accompagnée de Rosiel. Ce dernier restait un peu trop enfermé à mon goût et j'étais parvenu à le convaincre qu'une petite balade au marché lui ferait le plus grand bien ; je le trouvé si pâle ces dernier temps que j'avais crains qu'il ne commence à ressembler à tous ces disciples morts ressuscités. Nous sommes donc sortis du manoir pour aller à la rencontre des gens du peuple tous les trois ensemble. Lee, malgré c'est deux petites années d'existence, gambadaient déjà comme un jeune cabris, tout excité par une nouvelle excursion en ville. En effet, lui et moi avions pris l'habitude d'y faire un saut assez régulièrement, question de sortir un peu et de voir du monde, de fraterniser avec le peuple qui grâce à ça nous appréciaient et nous respectaient. On acheter des fruits et autres nourritures chez les marchands et parfois, on se laissait tenté par des habits ou des jouets pour mon fils. Alors que nous traversions les rues déjà pleines de monde à cette heure matinale, Leefaen devant, moi au bras de Rosiel le suivant de près, les gens nous saluaient avec respect et venait nous dire bonjour. C'était très agréable de se sentir ainsi entouré et apprécié. J'avais vraiment une toute autre vie depuis l'arrivée de Lee. En s'arrêtant devant un marchant de fruit, je demandais à Rosiel :

"Tu ne m'en veut pas trop de t'avoir obligé à nous suivre au village ?"

Avant qu'il ne réponde, Leefaen, le tirait par sa veste en criant tout excité :

"Tonton Rosiel, regarde, regarde, ya mon magasin préféré"

Lee désignait le marchand de bonbon. Je ris et attendis la réponse de mon ami alors que mon fils le lâchait enfin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mer 2 Mar - 6:06

cette journée qui pourtant avait bien commencée allait marquer le début de la chaine d'événements que je redoutait le plus depuis la venue du pettit leefaen. dans la vie de fely et la mienne mais a ce momment la je ne me doutait absolument de rien. bien sur j'était toujours prudent avec leefaen depuis qu' il avait tenté de m'étrangler mais maintenant je ne tenais plus une arme quand je m'approchais de lui.

fely avait passée une heure a tenter de me convaincre de sortir de mon bureau. il est vrai que depuis deux ans j'étais sérieusement absorbé par mes recherches mais je prenais assez souvent du temps avec lee et fely a qui j'avais appris a lire et écrire. l'un comme l'autre faisait des progrès stupéfiants ce qui m'enchantais mais je consacrais tout le temps que je ne passais pas avec eux afiare des recherches très importantes: je faisais des recherches sur ce qui pouvait bien clocher avec leefaen: j'essayais de trouver tout ce qui pouvait se raprocher de son cas. même la gestion de valhaine passait après ces recherches qui piétinaient plus qu'elles n'avançaient et ce depuis deux ans. j'avais finalement cédé devant l'insistance de fely et parce que je me trouvait a nouveau dans une impasse et sortir me changer les idées ne pouvait que m'aider. sans compter que nous n'avions pas encore fêté l'aniversaire de leefaen

nous nous trouvions donc sur la place du marché. fely a mon bras et le petit devant. il était bien sûr très exité et gambadait devant nous. fely semblait un peu soucieuse mais ça ne dura pas car elle me posa assez vite la question qui lui trottait dans la tête


"Tu ne m'en veut pas trop de t'avoir obligé à nous suivre au village ?"

je n'étais pas fâché: elle avait bien fait d'insister car je me ruinais la santé ces temps-ci: sortir me fesait le plus grand bien. leefaen tirait sur mon chandail pour essayer de capter mon attention.

"Tonton Rosiel, regarde, regarde, ya mon magasin préféré"

fely et moi-même ne pument nous empêcher de rire. j'avais déja eu un avant goût de son apréciation pour les bonbons quand le gérant du magasin m'avait confié que la plupart des bonbons du magasin disparaissaient par notre faute.¸le pettit me lâcha enfin et je lui répondit

-bientôt ils devront cadenasser la porte: tu mange tellement de bonbons que quelqu'un a cru que tu allais vider le magasin ! nous y repasseront quand nous ouront fini. ils t'ont peut-être préparré un panier comme l'année dernière ?

puis je regardais fely pour lui répondre allors que le souvenir dudit panier de bonbons me repassait dans la tête: lee était très apprécié dans ce magasin

-ne t'en fait pas fely. de toute façon je piétinais. ça devient rageant a la longue ! en fait je te remercie de m'avoir tiré dehors: deux ans et ces damnées recherches n'avancent pratiquement pas...ça commence a m'exaspérer

depuis que lee était arrivé presque aucun incident ne s'était produit mais j'avais parfois remarqué certains signes allarmants qu'i m'encourageaient a poursuivre. j'avais déjà informé fely du but ede mes recherches mais leefaen lui n'en savais rien: il croyait que j'essayais de fabriquer un médicament pour guérir un ami malade

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   


Dernière édition par rosiel le Dim 6 Mar - 6:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Sam 5 Mar - 6:45

-ne t'en fait pas fely. de toute façon je piétinais. ça devient rageant a la longue ! en fait je te remercie de m'avoir tiré dehors: deux ans et ces damnées recherches n'avancent pratiquement pas...ça commence a m'exaspérer

Rosiel n'arrêtait pas de faire des recherches sur Lee; sur ce "Mal" qui m'avait rongé et qui le rongeait lui. Il m'avait même fait des prélèvements d'énergie ou des truc comme ça pour comprendre d'où ça venait exactement. Apparemment si j'avais été atteinte par le Mal ce serais par rapport à ma race, enfin à la créature que je suis. Mes gènes, mon métabolisme, ma capacité physique différente des femmes humaines et d'autres facteurs compliqués, pourrait en être la cause. J'aurais été "normal", le Mal ne se serait pas installé en moi. D'autre part, il essayait de comprendre pourquoi cette énergie néfaste ne m'avait pas rendu démoniaque et pourquoi elle était passé par la voie parentale pour contaminer l'enfant que je portais. Enfin c'était compliqué parce qu'on ne trouvait aucune explication. Enfin, comment empêcher son mauvais côté de faire surface. Mais c'était des recherches sans lendemain et les réponses se faisaient attendre. Je le priais de calmer un peu tout ça :

"Tu sais, je crois qu'on ne parviendra pas à changer le destin de Lee et même si on trouvait le pourquoi du comment, ça ne nous aiderai pas. Laisses tes recherches un peu de côté et profite un peu de la vie. On est pas bien là ?"

Je regardais Lee aller saluer le marchand de bonbons avec son petits air innocent. Il lorgnait la vitrine alors que nous nous en approchions. Le marchand, tout content de nous voir, nous accueilli avec un grand sourire et s'exclama de sa grosse voix grave en ébouriffant les cheveux de Leefaen :

"Alors mon tiot monsieur, c'est ti pas ton anniversaire bintôt ?"

Lee, les yeux pétillants, s'esclaffa :

"Ouiii,vais avoir 2 ans"


"Tu es un grand alors et à grand garçon, grand cadeau. Regarde ce que j'ai préparé pou toi".

Il adressa un clin d'oeil à Rosiel et je ne doutais plus que ce dernier y était pour quelque chose. Je le remerciais du regard en serrant un peu plus son bras contre moi. Le marchand ressorti un beau panier de bonbons de toutes les couleurs. Lee le prit tout heureux et après l'avoir remercié, il vint nous le montrer tout fier et nous en proposer. J'en pris un en souriant, ravie que cette journée se passe super bien. Le pire n'était pas encore arrivé...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Dim 6 Mar - 7:34

"Tu sais, je crois qu'on ne parviendra pas à changer le destin de Lee et même si on trouvait le pourquoi du comment, ça ne nous aiderai pas. Laisses tes recherches un peu de côté et profite un peu de la vie. On est pas bien là ?"

la je devais faire un effort mental devenu a la longue une habitude: me forcer a me rapeler la promesse que je m'étais faite a moi-même quelques années plus tôt et que je tenais sans faille depuis trois ans qui pour moi avaient parfois étés très longs mais le plus souvent les meilleures années de ma vie. n'eut été de mon inquiétude quand au fils de fely tout aurait été parfait...même rosséo ne s'était pas montré depuis si longtemps que je finissais parfois par croire qu'il allait me ficher la paix pour le reste de ma vie. pour que leefaen n'entende pas je chuchottais en profitant du fait que son attention était dirigée vers le marchand de bonbons. j'avais aquis l'habitude et un certain talent pour les tours de passe-passe a force de devoir constament surveiller sur quoi lee se concentrait pour pouvoir discuter avec fely quand il pensait a autre chose exactement comme je le faisait maintenant. un talent qui m'avait même déja sauvé la vie et que je comptais utiliser: j'avais déja fais deux ou trois tours de magie devant lui et il avait eu l'air d'apprécier. peut-être pourrais-je monter un pettit spectacle pour son anniversaire ? bien sûr il savait déja quels étaient mes pouvoirs et savait que ce n'était pas vraiment de la magie mais il aimait bien me voir faire des choses qu'il savait hors de ma portée...ma seule inquiétude était qu'il perce mes tours a l'avance ce qui dans son cas arrivait de temps en temps

hmm...tu marque un point. tu aurais dû me tirrer du bureau un peu plus tôt comme ça j'aurais eu le temps de préparrer quelque chose aujourd'hui...je verrais si je peux préparrer quelque chose pendant qu'il est occupé ailleur. je comptais lui refaire un pettit spectacle comme celui que j'avais donné au restaurant l'an dernier...il faut juste que je retrouve mes acessoires et que je préparre un peu le manoir...ce sera improvisé mais ça pourrait l'amuser...pourrais-je compter sur l'aide d'une jolie assisstante ou devrais-je moi-même mettre ma têre sous une guillotine ?

apparement le propriétaire du magasin nous attendait et quand nous quitâmes les lieux leefaen abordait un large sourire et un gros panier. fely et moi-même avions tout deux reçu un bonbon. je mengeais tranquillement le mien tout en réfléchissant au tours que je pourrais bien organiser et aux ajustements a appporter a la maison pour se faire lee semblait curieux quand a ce dont nous parlions, je le devançais en prenant une mine sérieuse car je ne voulais pas qu'il voie la surprise venir allors je me dit qu'il valait mieux lui faire penser a autre chose qu'a son anniversaire histoire de mieux le surprendre plus tard

-je te répond tout de suite: nous parlions de mes recherches...je suis un peu déprimé et ta maman essayait de me remonter le moral...de toute façon je n'ai pas le droit d'être triste aujourd'hui sinon elle risque de se fâcher...et tu ne le sais peut être pas mais ta maman peut faire très peur quand elle se fâche: je l'ai déja vue et je ne compte pas l'oublier

et encore une diversion réussie: maintenant il était intrigué par ce que je venais de dire. pour ne pas le ffaire patienter je lui racontais -en exagérant certains détails pour le plaisir de le faire rêver- le massacre de l'unité deux: le jour ou j'avais connu sa mère. je fit discrètement un clin d'oeil a fely pour lui faire savoir que je comptais enjoliver un peu l'histoire et me mit a parler allors que lee regardait sa mère d'un air a moitié émerveillé et a moitié curieux. il avait l'air se dire ''mamman a vraiment fait ça ? oh wow !''

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Lun 7 Mar - 10:51

Alors que Lee nous offrait un bonbon, je glissais à l'oreille de Rosiel discrètement :

"Oui je ferais ton assistante".

Je souris alors que Lee avait fait redescendre son sourire rayonnant pour faire place à une petite moue curieuse qui voulait dire "de quoi sont-ils en train de parler". Pour dissimuler cette intrigue, Rosiel eu la bonne idée de divertir Leefaen avec des histoires, plus exactement, notre histoire, à lui et à moi, lors de notre première rencontre. Il y avait énormément à raconter c'est vrai et cela m'amusa beaucoup de voir comment Rosiel déformait judicieusement la réalité pour rendre le conte encore plus passionnant. Mon fils était très impressionné. Ravie, je me m'y a feuilleté un journal sur le comptoir du marchand, question de voir les nouvelles du royaume.Eh oui, je savais lire maintenant ; grâce à Rosiel.

Soudain, j'entendis un son strident par mes oreilles de chat. Les gens ne semblèrent pas s'en rendre compte mais moi je l'entendais, faiblement mais largement audible pour moi. Les oreilles dressées, mon instinct me poussa à gagner cette direction. Je murmurais à Rosiel en passant devant lui :

"Je reviens, j'ai entendu quelque chose d'anormal. Restes avec mon fils s'il-te-plaît. J'en aurait pas pour longtemps".

Le temps que je dise cette phrase, je remarquais que mon fils avait cessé d'écouter le nécromancien et qu'il avait déposé par terre son panier de bonbon. Il fixait la même direction que moi. Était-il capable autant que moi d'entendre des sons éloignés, imperceptibles par les oreilles humaines ? Apparemment oui; de plus il me devança pour gagner l'arrière du village.

"Leefaen attends non reste ici avec Rosiel, je vais voir ce que c'est. Je te promet je te dirais ce que je trouverais là-bas mais je t'en prie, n... Lee ?"

Lee ne m'écoutait pas. Il se mit à galoper, moi sur ses talons. Arrivant ensemble sur les lieux, je découvris avec horreur que deux hommes tabassaient une jeune fille. La pauvre se débattait comme elle pouvait mais était totalement impuissante. Instinctivement, je tirais ma dague pour aller l'aider. C'est alors que Leefaen, les yeux rivé sur la scène, posa sa main sur la mienne et une force que je ne lui connaissait pas m'empêcha de sortir l'arme de ma ceinture.

"Qui y a t-il mon chéri. Maman n'en a pas pour longtemps. Je dois aider cette pauvre fille et faire cesser cette violence inutile".

Je me retirais de l'emprise de mon fils et avançais en interpellant les voyou :

"Eh vous, laissez là tranquille tout de suite où je vous le ferez payer".

Ils rigolèrent et commencèrent à s'éloigner en traînant la fille par les cheveux. Mais ils étaient tarés ou quoi. Rosiel saura les punir comme il faut mais pour l'instant, je devais arracher cette fille à leur sales pattes. Je sortis ma dague et m'élança sur les voyous. J'en assomais un avec mon point libre, le faisant lâcher prise. L'autre tira un couteau de sa poche, dérisoire petite arme mais il l'a brandit néanmoins devant moi comme une épée. j'esquissais un sourire et fit sauter le canif de sa main d'un coup de dague qui lui entailla légèrement le poignet ; rien de bien méchant. Je contrôlais la situation quand soudain, un éclair gris passa devant moi et me bouscula. Ne m'y attendant pas, je cherchais d'abord Leefaen pour le prévenir de l'arrivée d'un danger possible pour lui. Je vis Rosiel arriver mais je trouvais mon fils devant moi, ma dague dans sa petite main crispée. Ce qui se déroula ensuite eu lieu très vite. Manoir, le chat maléfique de Lee se retrouva près de nous. LA louve aussi mais elle s'assit, l'être dépité, près d'un arbre, le regard rivé sur Lee. Les yeux du chat déjà rouge, devinrent presque sanglant, et je remarquais alors la même lueur de cruauté dans la pupille droite de Lee. Terrifiée par mon propre fils, je ne dis rien mais lui me lança dans un langage qui n'était pas sien :

"Laisses-les finir, je veux voir".

"Que... Quoi ...?"

Je fis mine de me relever et rajoutant :

"Non mon fils,je dois arrêter ça et..."

...et je criais. Leefaen, mon fils, avait violemment armé son bras de ma dague et m'avait frappé si fort,que j'en retombé par terre. Une entaille profonde rouge avec des reflets très sombre se dessina sur mon côté droit, de sous l'aisselle au bas des côtes. Le sang gicla et coula instantanément. Mon enfant, me fixais avec un regard plein de haine alors que les voyous, profitait de cette occasion pour filer plus loin. Désespérée, je ne pus dire qu'une chose :

"ROSIEL !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mar 8 Mar - 12:45

la scene qui se déroula allait m'infliger un sérieux choc. cependant ce ne serait rien en comparaison de la double surprise désagréable que felyndiira allait avoir: son fils et son meilleur ami allaient tout les deux lui montrer leur faces cachées:leefaen allait lui montrer sa seconde personalité et moi...j'allais involontairement lui montrer quelque chose de similaire

je m'étais rendu sur place en suivant leefaen aussi vite que je lle pouvais -sa mère aurait fort a faire pour me persuader ensuite de l'épargner- et fut témoin de l'agression de loin mais je fis le nécéssaire: durant ma course vers les lieux pendant que fely assomait un des brigands je happais un squelette qui passait par la et lui ordonnait de boucler le périmètre et d'hapréhender les criminels si ils s'échappaient. je lui demendais aussi une autre chose que je jugeais tout aussi importante: aller me chercher une faux.


-va me chercher toutes les troupes disponibles. bouclez le périmètre et voyez si la demoiselle va bien. aussi...allez me chercher une faux: il se pourrait que j'en aie besoin

personne ne me vit faire mais moi je fut témoin d'une scene qui allait rester gravée dans ma mémoire pour les années a venir...et dans l'immédiat la promesse que je m'étais faite sur le bateau allait passer a la trappe un point c'est tout: juste comme fely allait sortir son arme lee lui bloqua la main. je me mit a courrir, le chat s'approcha de lee et la louve sembla se...se résigner a quelque chose. la panique qui m'envahit me fit courrir vers eux encore plus vite...mais pas assez vite pour empêcher ce qui hantait mes cauchemars comme mes heures de réveil de se produire. je vis carrément au ralenti fely être projetée en arrièrre du sang suintant de sa blessure en importante quantité. mon esprit s'arrêta allors que je courrais machinalement vers les lieux et restat bloqué sur trois pensées: fely était blessée (morte ?) lee l'avait attaquée (voila ce que je craignais) et il allait soit se calmer soit payer (de sa vie ?) pour ça. normallement je n'étais pas homme a me laisser submerger par mes émotions mais ce cas-ci était assez particulier car il était pour moi le pire des scénarios catastrophe fely...ma meilleure amie...celle que depuis trois ans je n'arrivais pas a m'empêcher d'-...non, ne pas penser a ça...fely...venait d'être attaquée par lee. me postant entre eux je posais la main au manche de ma rapière. d'un ton froid mais qui laissais facilement transparaitre mon immense colère je m'adressais a leefaen en jetant sans arrêt (j'étais totalement incapable de m'en empêcher même avec ce malade en face de moi) un regard vers fely en retenant mes larmes...cette blessure devait la faire extrèmement souffrir autant sur le plan physique que psychologique: c'était son fils qui la lui avait inflgiée

-leefaen...lâche ce couteau...immédiatement que je puisse aller soigner ta mère sans risque...

un autre regard vers fely. ma voix trahissais mon immense anxiété et la peine que je ressentais en se momment pour elle...ainsi que...non rien

-fely tiens bon je t'en suplie ! je te sortirai de la de la dès que lee aura lâché ce couteau

je savais très bien qu'il n'allait pas obtempérer et m'y préparait...d'ailleur sans même dire un mot il se jeta vers moi a une telle vitesse que j'eus tout juste le temps de parrer son coup. il était si rapide et si fort que margré sa pettite taille et ses deux ans une vibration douloureuse se répandit le long de mon bras: il ne possédait pas cette force d'ordinaire et ça je le savais très bien pour lui avoir fait passer divers tests physiques et mentaux pour en apprendre le plus possible sur son compte. le plus inquiétant était que dans son état actuel il était tout a fait capable de faire jeu égal avec moi en duel. en revanche j'étais plus économe et je savais garder mes forces. ma taille me donnerait aussi certains avantages si il ne se calmait pas. de plus je conaissais ses aptitudes a la décimale près et bien qu'il soit intelligent pour son âge contrairement a moi il n'était pas un maitre de la stratégie avec des années d'expérience derrière lui

cependant il prononça un simple mot d'un ton qui en plus de signifier qu'il ne coopèrerait pas me mit instantanément sur mes gardes: par la je veux dire encore plus que son regard doré/rouge et empreint de folie et que du fait qu' il avait tenté d'empêcher fely de porter secour a la malheureuse jeune fille


-dégage rosiel !

je dus parrer un autre coup ce qui me fut dificile: des années s'étaient écoulées depuis la dernière fois ou j'avais manié une rapière et en plus j'étais déjà un peu essoufflé par ma course

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mar 22 Mar - 1:38

-leefaen...lâche ce couteau...immédiatement que je puisse aller soigner ta mère sans risque...
-fely tiens bon je t'en suplie ! je te sortirai de la de la dès que lee aura lâché ce couteau


-dégage rosiel !

Mon dieu, était-ce possible. Mon fils qui attaquait Rosiel. Déjà qu'il m'attaque moi ça m'avais choqué mais alors là. Manoir passa près de moi alors que je respirais par accoue, plus sous le choc que par rapport à la blessure ; j'en avais vu d'autre. Il me lança un regard rouge d'un air de dire, "le voilà enfin ce moment tant redouté". Je montrais les crocs au chat mais il m'ignora et alla vers le combat. Je levais les yeux. Lee mon petit garçon si innocent brandissait ma dague recouverte de mon sang vers celui qu'il considérait comme son oncle et son professeur. Un cauchemar. Je ne voulais pas voir ça, je ne voulais pas que Lee blesse Rosiel ni même l'inverse. Je me rappelais la condition pour que Leefaen et moi puissions rester au manoir : s'il fallait supprimer Lee, Rosiel devrait le faire. Je regrattais aujourd'hui d'avoir accepter. Il fallait que je réagisse. Mélaïna était venu se blottir derrière moi pour me supporter ; son regard regorgeais de tristesse. Je lui murmurais :

"Tu ne peux rien faire toi ?"

Elle baissa tristement la tête et je compris que c'était Manoir qui avait pris le dessus. Impuissante, la louve ne pouvait que me porter assistance et être prête à protéger Leefaen au cas où les choses tournait mal. Lorsqu'elle vit Rosiel près à ce battre contre son protégé, elle montra les crocs et m'abandonna. Elle se plaça entre les deux êtres qui s'affrontaient du regard et s'assit face à Rosiel en grognant. Manoir avait grimpé sur Leef et caressait avec sa queue, le coup du petit garçon pour lui donner du courage. Que manigançait-il ? Le vieil ermite m'avait dit qu'il avait un pouvoir s'il s'associait à Lee dans ses conditions mais lequel ? Je ne voulais même pas savoir. Je me levais, la main plaqué sur ma plaie qui saignait pas mal. Lee respirait très rapidement. Le regard plein de rage, il n'avait aucun sourire sur ses lèvres closes. Il paraissait vraiment le visage d'un homme déchaîné par la fureur que rien ne pourrait arrêter. Il lança à Rosiel, de nouveau :

"Je vais te tuer si tu ne dégage pas !"

Choquée je criais à mon fils :

"Lee ça va pas ? C'est comme ça que tu le remercie après tout ce qu'il a fait pour toi ?"

"Ne te mêle pas de ça maman où tu subiras la même chose".

Je gardais mon sang froid :

"Non mon fils, tu n'est pas un démon. Tu es un être bon je le sais, je t'en pris, ne te laisse pas gagner par cette part de toi si terrible. Arrête, je t'en pris. Je..."

La douleur et l'émotion me fit perdre connaissance et je retombé sur le sol. Manoir cracha pour inciter Lee à attaquer mais le regard du petit garçon resta rivé sur mon corps. La dague tomba au sol. Le chat, vexé de ne plus avoir l'attention de Lee, le mordit au bras. L'enfant cria et lança son animal par terre avec une forte violence. Le matou vociférant se prépara à riposter mais la louve s'interposa et se fut les deux totems qui s'affrontèrent. J'entendais leur grognement et leur coup incessant. Je sentis Rosiel vouloir empêcher Lee de faire quelque chose mais juste après, je sentis une petite main tremblante se poser sur mon épaule. Rosiel avait certainement du penser qu'il voulait me faire du mal. J'entrouvirs les yeux et regardais mon petit garçon, le regard tristesse et plein de larmes.

"Maman, Manoir m'a mordu et l'a il se bagarre avec Mély. Pourquoi t'es par terre ? T'as mal ?"

Incompréhensible. Lee était redevenu lui mais ne se rappelait de rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mar 22 Mar - 6:43

leefaen demeurait incontrolable allors que moi-même je lutais de mon mieux pour ne pas étrangler la pettite vermine qu'était devenu lee en ce momment. ma rage menaçait d'éclater a tout momment et j'étais aussi prêt au combat que le gosse

"Je vais te tuer si tu ne dégage pas !"

je rétorquais sans perdre mon sang froid. inconsciement je tentais de retarder le combat car malgré toutes mes réticences initiales a ce qu'il vive ici et mes préparations en vue de ce jour je répugnais tout de-même a l'attaquer: je m'étais quand même attaché a lui

tu peut tenter ta chance...quand a réussir cela risque d'être plus difficile même pour toi...de plus sache que je n'hésterais pas une seconde: je t'ai épargné parce que ta mère me l'as demandé mais la ce ne sera pas possible...je n'ai rien de spécial contre le leefaen d'ordinaire et préférerais ne jamais avoir a faire ça mais toi tu est capable de tuer depuis ta venue au monde. si lui est un être bon toi tu est un mirroir dans lequel je n'ai aucune envie de regarder. bien que je conaisse la folie qui t'anime pour l'avoir moi-même engoufrée au fond de mon être je ne peut en aucun cas la laisser sortir. ni la tienne, ni la mienne ni celle de personne d'autre

le squelette que j'avais envoyé revint avc la faux qu'il me mit entre les mains allors que derrière moi j'entendis fely crier

"Lee ça va pas ? C'est comme ça que tu le remercie après tout ce qu'il a fait pour toi ?"

la réponse me fit réagir assez brutalement. quand la sécurité de fely étais compromise je me mettais assez vite a voir rouge

"Ne te mêle pas de ça maman où tu subiras la même chose".

mon genou atteignit leefan dans le ventre le faisant reculer mais sans plus et d'un ton glacial je rétorquais

-tu ne lui fera rien lee et si tu essaye tu subira le sort que je te réserve depuis ta naissance. seulement je prendrais bien mon temps pour ton éxécution: surtout si tu fais du mal a ta mère. je peux me montrer très...inventif avec ceux qui atisent ma colère comme tu le fais en ce momment

j'étais en train de descendre dans une spirale incontrolable de rage quand j'entendis fely parler: son intervention tomba juste a temps pour m'empêcher de faire rouler la tête du pettit insolent qui osait la menacer

"Non mon fils, tu n'est pas un démon. Tu es un être bon je le sais, je t'en pris, ne te laisse pas gagner par cette part de toi si terrible. Arrête, je t'en pris. Je..."

la suite s'enchaina très vite et ne me laissa pas le temps de me calmer: j'étais encore fou de rage mais les événements allaient me faire penser a bien des choses en très peu de temps. le chat noir, second totem de son fils sembla vouloir l'inciter a attaquer. moi-même je levais ma faux mais je remarquais un minuscule détail qui arrêta ma main: son oeil sembla reprendre une couleur normale quand manoir mordit lee au bras pour se défouler. le gamin chassa le chat d'un geste rageur et se jeta vers sa mère en laissant tomber la daqgue. ma faux subit le même sort allors que je me mettais aussi a courrir vers elle. la première chose que je fit fut d'examiner sa blessure mais c'est ce que dit lee qui me fit comprendre toute l'étendue du problème: je croyais qu'il s'étais simplement calmé allors qu'en fait...

"Maman, Manoir m'a mordu et l'a il se bagarre avec Mély. Pourquoi t'es par terre ? T'as mal ?"

un instant je jetais a lee un long regard ou se mêlaient rage et pitié puis je demendais au squelette d'aller chercher du matériel médical...lee...ne comprenait pas ce qui venait de se passer et la seule explicdation possible s'étais que cete seconde personalité différait de la première aa tel point qu'elle n'avaient pas la même mémoire...en gros il se rapelait de ses moments normaux quand il étais normal et de ses momments de folie quand celle-ci l'atteignait: la prochaine fois son côté maléfique se souviendrait-donce de ce que j'avais dit: il se souviendrait que j'avais voulu le tuer a sa naissance ce n'était qu'une théorie mais c'était tout ce que j'avais de solide en ce momment

-lee va l'aider. il pourrait se perdre ! dépêchez-vous tout les deux on doit soigner sa blessure !

criais-je pour que lee suive le squelette: il ne devait pas entendre ce que nous allions nous dire. fort heureusement la panique le fit obtempérer. les totems pour leur part rompirent le combat presque en même temps que lee partait avec mon associé: ils voulaient sûrement s'assurer que mn squelette ne l'attaquerais pas...bien pensé de leur part

-rassure toi fely: cette blessure ne te tuera pas même si elle te fais atrocement souffrir. je crois que ce qui va vraiment te nuire c'est le choc que son attaque t'as fait. ça risque de te hanter pendant un momment...reste allongée. ils reviendront bientôt et nous pourrons essayer d'arranger ça. endehors du coup de genou dont il ne se souvient pas et de la la morsure du chat il est indemne et se fait du souci ce qui indique qu'il est normal. son oeil est redevenu doré et il ne se rapèlle vraiment rien. je vais le ramener plus tard: laissons-le se poser des qestions et chercher. ça nous donnera le temps d'y penser et a lui d'oublier les détails. il sera plus facile a convaincre après et croira s'être trompé sous le coup de la panique

j'essuyais au mieux le sang de sa blessure en essayant de ne pas lui faire mal allors que j'ajoutais

-nous allons devoir trouver un mensonge crédible et vite et je suis encore trop en colère pour arriver a réfléchir mais avant tout nous devont nous assurer du temps que nous auront: lee va chercher le fil et les aiguilles pendant un bon bout de temps: mon associé va les prendre sans que lee le voie ce qui va nous laisser un momment...ainsi nous auront le temps de te faire soigner par quelqu'un de plus compétent que moi et mes sutures et tirrer tout cela au clair: nous allons devoir reparler de ce qui vient de se produire mais pour l'instant ce qui prime c'est ta blessure qui pourrait s'infecter.

je soulevais donc fely et l'enmenait chez amina la guérisseuse locale qui étais dailleur une amie a elle. elle pourrait tout arranger avant le retour de lee. heureusement elle étais bien la: surprise de nous voir mais la. d'abord elle eut un immense sourire mais son expression se figea quand elle vit l'état de fely

-milord !? felyndiira !?

je me montrais direct et d'un ton qui trahissais mon angoisse je lui demandais

-je sais que ses jours ne sont pas en danger mais s'ill vous-plaît faites le nécéssaire: je ne suis pas guérisseur et je préfère laisser les soins de mon amie a quelqu'un qui sait ce qu'elle fait. bien entendu je suis prêt a vous rembourser le matériel et payer tout les frais nécéssaire

j'avais déjà soigné les blessures de fely par le passé mais mieux valait laisser les gens compétents se charger de ce genre de chose quand on le pouvait: mes soins d'urgence et de mauvaise qualité ne valait pas l'avis et l'expertise d'une véritable guérisseuse

-mais bien sûr. ne vous en faites pas: j'ai tout ce qu'il me faut en quantité et puis je ne vais quand même pasdemender a être payéée pour soiner une amie !

-...bon d'accord. veuillez m'excuser toutes les deux mais je dois aller chercher le pettit: il étais très inquièt tout a l'heure quand il est parti

dit-elle en examinat la blessure. je jetais un regard a fely et formais sur mes lèvres une simple phrase ''nous en reparleront plus tard, ne t'en fait pas: je ne le tuerais pas avant que nous ayons éclairci tout ça et que je me sois calmé. nous en discuteront quand il dormira ce soir'' la guérisseuse comprit ce qui se passait mais heureusement pour nous elle n'arrivait pas a lire sur les lèvres.

-je reviens dans cinq minutes. lee sera content de voir que ce n'est pas grave

quand a moi je devais me calmer. je ne sais pas si fely l'avait vu mais sans son intervention j'aurais tué le pettit tout a l'heure dans la ruelle...non...en fait c'étais sûr qu'elle le savait. une seconde fois j'utilisais notre vieille astuce pour lui parler subtilement ''qu'il fasse ce qu'il veut tant qu'il ne fait de mal a persone...surtout pas a toi sinnon je ne serais pas capable de me maitriser la prochaine fois''

je sortais en fermant doucement la porte et me diri8geait vers le manoir


(désolé, je n'aurais pas le temps de me relire pour corriger)

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Dim 1 Mai - 3:07

-rassure toi fely: cette blessure ne te tuera pas même si elle te fais atrocement souffrir. je crois que ce qui va vraiment te nuire c'est le choc que son attaque t'as fait. ça risque de te hanter pendant un momment...reste allongée. ils reviendront bientôt et nous pourrons essayer d'arranger ça. endehors du coup de genou dont il ne se souvient pas et de la la morsure du chat il est indemne et se fait du souci ce qui indique qu'il est normal. son oeil est redevenu doré et il ne se rapèlle vraiment rien. je vais le ramener plus tard: laissons-le se poser des qestions et chercher. ça nous donnera le temps d'y penser et a lui d'oublier les détails. il sera plus facile a convaincre après et croira s'être trompé sous le coup de la panique

"Ça va..." Je ne trouvais de mieux à répondre. Je devais être monstrueusement convaincante. Mais bon j'avais connu pire et comme le disait mon ami, la blessure n'était pas mortel, heureusement.

-nous allons devoir trouver un mensonge crédible et vite et je suis encore trop en colère pour arriver a réfléchir mais avant tout nous devont nous assurer du temps que nous auront: lee va chercher le fil et les aiguilles pendant un bon bout de temps: mon associé va les prendre sans que lee le voie ce qui va nous laisser un momment...ainsi nous auront le temps de te faire soigner par quelqu'un de plus compétent que moi et mes sutures et tirrer tout cela au clair: nous allons devoir reparler de ce qui vient de se produire mais pour l'instant ce qui prime c'est ta blessure qui pourrait s'infecter.

Encore une fois, je minimisais mes mots, encore trop sous le choc pour avoir une conversation potable :

"Nous verrons".

Je tentais de me relever, doucement mais j'avais beaucoup de mal. Rosiel m'aida et me soutenu jusqu'à la maison d'Amina, la guérisseuse qui m'avait soignée le premier jour où j'avais mis les pied à Valhaine. En nous voyant arriver et on voyant ma blessure, elle ne pus cacher son étonnement, tout Rosiel ne pus cacher son angoisse. Elle fut rapide pour réagir et exécuta la demande du nécromancien avec un regard chaleureux :

-mais bien sûr. ne vous en faites pas: j'ai tout ce qu'il me faut en quantité et puis je ne vais quand même pasdemender a être payéée pour soiner une amie !

Rosiel nous abandonna, sans doute pour aller voir Lee. Avant qu'il ne sorte, je lui lançais un regard suppliant. J'avais une grande appréhension sur la façon dans le face à face aller se passer. Même si Leefaen était calmé, nous n'étions pas à l’abri d'une récidive. Quand il sortis, je me laissé soigner par Amina. Elle m'étendis sur son lit de soin et lava ma plaie avec de l'eau tiède. Je fermais les yeux et essayais de penser à quelque chose de positif pour oublier que j'avais mal mais seul le regard foudroyant de mon fils quand il était venu me porter un coup de dague hantait mon esprit. Lorsqu'elle passa le bandage autour de ma poitrine, je craquais et fondis en larme. Elle serra le noeud du tissus et m'attira dans ses bras, une tasse de thé fumant dans sa main qu'elle me mit à porté de main. JE pleurais un peu en silence contre son épaule puis pris la tasse et bus quelques gorgée. Elle n'avait pas dit un mots mise à part les petite phrase habituelles qu'on sort pour consoler quelqu'un qui pleure. Quand je me calmais un peu, elle me demanda enfin :

"Qui vous a blessé Felyndiira ?"

J'aurais voulu lui donné tous les noms de la terre mais celui que je devait sortir s'étrangla dans ma gorge :

"C'est...Lee...Leefaen..."

Choquée elle aussi, elle prit ma main et continua :

"Mon dieu comment est-ce possible, cet enfant si gentil, si jeune... Pourquoi a-t'il fait une chose pareil ?"

"Il y a eu une..agression. J'ai voulu aider la jeune fille et mon fils ne voulait pas. Il voulait...voir. Comme s'il appréciait le spectacle de la souffrance. OSn regard n'était plus le même. C'était celui d'un homme dur et froid, sans sentiment ni pitié, un regard rouge et terrifiant".

Je sentis mon amie frissonner. Elle se leva pour aller remuer la soupe qui cuisait dans sa cheminée.

"C'est tout de même dingue. Comment un petit garçon peut-il devenir aussi méchant d'un coup comme ça".

Comment lui expliquer. Pourrait-elle simplement comprendre. Comprendrait-elle que Leefaen est un être maléfique et qu'un jour si elle se trouve sur son chemin et qu'il est dans cet part de lui, il pourrait la tuer ? Non, je feignis l'ignorance :

"Je ne sais pas mais je compte bien le découvrir".

"D'accord. Tenez moi au courant, je m'inquiète".

"Je doute que la vérité soit bonne à dire..."

Elle me toisa un moment comprenant je pense que je n'ignorais pas totalement ce qui arrivait à Lee mais en même temps, la jeune femme compris qu'elle n'avait pas besoin d'en savoir plus. Elle n'insista pas et me souffla gentiment :

"En tout cas, je suis toujours là pour vous Milady. Vous pouvez rejoindre votre fils. La plaie est profonde mais elle n'a entaillé que de la peau et de la chair, rien d'autre. Vous vous en sortirez avec une légère cicatrise. Prenez ce baume en plus et mettez en dessus quand vous changer les bandages, au moins une fois par jour, plus si nécessaire. Je passerais au manoir vous e faire si vous me faites appeler".

"Merci Amina. A bientôt".

Je ne m'éternisais pas. Je sortis et emprunta le chemin du manoir. Tout ce que je voulais, c'était serrer mon fils, mon vrai fils dans mes bras. Mais il fallait trouver une excuse, une explication à ce pourquoi je mettais retrouvé avec la peau entaillée par ma propre dague. Une chose était sure ; il ne devait pas savoir que c'était lui qui tenait l'arme...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mar 3 Mai - 8:37

je marchais lentement...très lentement allors que mes pas me menaient vers le manoir. pour tout dire je ne voulais pas voir leefaen. j'aurais préféré ne pas avoir a me retrouver en face de lui car si ma colère était largement tombée il en subsistait une forte envie de meurtre qui ne se dissipa pas aussi facilement. j'étais tellement absorbé par mes réflexions que je ne me rendis compte du chemin parcouru qu'au momment ou mon regard se posât sur les porte du manoir. normallement dans mon état je me serais rué a l'intérieur mais cette fois qui je crois étais la première de ma vie je ne voulais pas y entrer. je dus fermer les yeux un bon momment et réfléchir de toutes les manières posibles a des arguments qui me permettraient de calmer ma propre colère: berner lee serait faisable mais je savais que si j'entrais dans ce manoir j'étranglerais le gamin aussitôt. un féroce combat s'était engagé dans mon esprit entre ma colère dévornate et la promesse que je venais de faire a fely et je dus passer dix bonnes mnutes a tenter de me calmer c'est avec cet argument que je parvint enfin a me calmer

*cette fois il n'y a pas eu d'accident, j'aurais peut-être moins de chance la prochaine fois mais j'ai donné ma parole. a fely qui plus est. pour le momment c'est le leefaen que j'ai connu ces deux dernières années qui sera derrière cette porte...du calme rosiel: celui qui se trouvera la ne sera pas celui qui a osé s'en prendre a ta meilleure amie allors pas d'exces: tiens t'en au plan, ramène a sa mère cet enfant qui s'inquiète*

c'est en m'enfonçant cette pensée dans le crâne que je réussis a entrer. apparement leefaaen cherchait encore le fil quand je mit les pieds dans ma résidence. ses totems ne semblaient même pas chercher a l'aider: ils remplissaient leurs fonctions sans même demander l'avis de celui dont ils étaient les guides. il n'avait apparement pas son mot a dire dans cette histoire et ceci m'atristait: je savais un peu par quoi passait ce gamin. car il arrivait qu'une force que je ne conaissait pas guide mes actes, le plus souvant quand je maniais une faux

c'est au deuxièmme étage que je retrouvais le bambin. il semblait encore mortellement inquièt et quand il me vit il se jeta carrément sur moi exigeant des explication. il paniquait et je voyais parfois son oeil s'allumer brièvement. un peu comme un signal d'allarme me hurlant de bouger de la. il n'avait plus aucun contrôle sur sa peur et quand il vit que sa mère n'était pas avec moi il sembla en perdre le contrôle pour de bon ! de nouveau je sentis cette force liquide, malsaine et meurtrière. quand je compris qu'il dirigeait sa colère contre moi -car la panique faussait son jugement- je m'empressais de lui dire


-ne t'en fait pas elle est chez amina et elle n'a rien je suis venu te chercher. nous allons la voir. elle s'inquiète pour toi elle aussi. l'éclat de verre qui l'as blessée et la poutre que tu as reçue ne vous ont pas fait beaucoup de mal mais...

malheureusement leefaen ne semblait vraiment pas disposé a m'écouter. peut être étais-ce parce qu'il revenait a peine de cette folie. je la sentais encore ramper partout sur lui et manoir qui venait de monter l'escalier semblait impatient de remonter sur l'épaule de son protégé. celui-ci de plus en plus anxieux sur le sort de sa mère ballançait la tête dans tout les sens, s'oposait a mes explications a grands cris et allait jusqu'a dire que c'était moi qui avait fait quelque chose a sa mère. clairement tout ses agissement étaient des signe d'une imminente possession par le mal qui l'habitait. mély pour sa part semblait de nouveau observer impuissante le spectacle allors que l'oeil de l'enfant s'allumait pour de bon. allors que je me faisait cramer les neurones a la recherche d'une échapatoire différentes choses se succédèrent assez rapidement, un peu comme tout a l'heure mais cette fois dans le sens de la catastrophe. premièrement par sa télékinésie leefaen me poussa si viollement que je passais par dessus le rempart qui empêchait un visiteur distrait d'aller se fracasser tout les os a l'étage inférieur. j'ignorais qu'a ce momment meran venait juste de ressortir de la bibliothèque. et sa rapidité de réflèxes me sauva la vie: il franchit en quelques enjambées la distance nous séparant, colla au passage un coup de pied a l'enfant qui recula pour l'éviter et réussit malgré ça l'exploit de m'attraper la main avant que je ne tombe et a me ramener a l'étage a la force d'un seul de ses bras allors de l'autre il tirait son épée et en menaçait leefaen pour l'empêcher de me faire terminer ma chute. il se posta entre moi et le gamin allors que je remettais les pieds sur le sol et que mély montait lentement les marches en abordant encore une fois cet air abattu

meran qui tout comme moi tenait a ce pettit n'avait aucune envie de l'attaquer même dans son état actuel. mal lui en prit car leefaen tendit la main vers la pièce que meran venait de finir de nettoyer: ma pettite armurerie privée de laquelle s'envolla une épée courte qui atterit docilement dans sa main. quelques secondes plus tard mon majordomme fut possé comme par une main invisible et chuta a l'étage inférieur ou il atterit dans un bruit écourant qui rejoua une dizaine de fois dans mes oreilles. les gémissements qu'il poussait en bas me prévinrent qu'il était toujours vivant mais cela n'aténua en rien ma colère. allors que j'allais me jeter sur lui pour l'étrangler il parla d'un ton a mi chemin entre l'ordre impérieux et la curiosité qui me remit la tête en place quand a la force de mon pettit adversaire. le pettit monstre me dit


-tu allais me montrer tes vraies couleurs rosiel...allez ! je veux voir ! c'est vachement plus intéressant que de voir une gamine se faire tabasser. tu m'as dit que tu comptais me faire la peau. j'ai hâte de t'y voir ! allez vas-y ! laisse toi aller !

je tendais moi aussi la main mais vers les étages inférieurs. dans le porte parapluie situé près de la porte se trouvait la faux osseuse que mon acolyte n'avait pas rangée. elle vola dans ma main sans que cela surprenne le gosse le moins du monde: combien de fois m'avait-il vû faire ça ? il tenta de me faire subir le même sort qu'a meran mais si j'avais pris cette faux c'était justement pour éviter de me retrouver au même étage que lui sans prendre les escaliers: elle me servit d'ancre car juste avant que leefaen ne me pousse je plantais mon arme dans le sol en usant de mon pouvoir sur la matière morte pour la fixer en place comme si elle prenait racine dans le plancher. voyant que son plan A ne marchait pas il passa a l'assaut direct

a la rapière j'aurais sûrement perdu ce combat avec aussi peu de place pour bouger -nous étoions confinés a la pettite terace intérieure de l'aile ouest ce ne nous donnait pour tout les deux qu'une dizaine de mètres pour mener le combat- mais avec une faux j'étais largement aventagé puisque mon allonge était de loin supérieure a la sienne. sous l'influence de cette force inconnue qui guidait ma main je parrais ses coups et attendait patiement les ouvertures dans sa garde mais il ne se contentait pas de frapper oh que non ! il sautait, visait partout et parfois il portait même des coups allors qu'il sautait par dessus ma tête. je compris allors que j'allais devoir réveiller ma rage endormie si je voulais calmer ce gosse...le calmer ?...étais-ce vraiment ce que je voulais ? non ! bien sûr que non !...en fait l'avais-je seulement déjà souhaité tout court ?...sûrement mais en ce momment j'avais la ferme intention de l'envoyer directement dans l'au-dela. seulement avant je voulais bien lui faire comprendre a quel point il était futile et stupide de s'opposer ainsi a rosiel demaleth. ce gamin qui avait osé attenter non seulement a la vie de fely mais aussi a celle de mon majordomme -qui se vidait de son sang par terre mais était toujours en vie- allait subir une longue et lente agonie

rosiel demaleth seigneur de valhaine venait de laisser les commandes a rosiel le faucheur et a ce momment la je n'avais même pas conscience de ce qui étais sur le point de se produire. je ne me battais plus a la loyale du tout: dans mon état de rage mon esprit se trouvait soudain un talent fou pour inventer et utiliser les ruses les plus déloyales. lee se prenait mes coups de genou a chaque fois qu'il remontait trop sa garde, recevait de la poussière dans les yeux, des coups dans les tempes pour que sess sens lui fassent défaut, des frappes a l'estomac pour lui couper le soufle et des coups du manche de mon arme en plein visage. j'aurais pu achever ce duel en deux temps trois mouvements même en me battant a la loyale mais comme je viens de le dire en se moment le tuer n'était pas aussi important que de le faire souffrir.

je venais d'asséner encore un autre coup du manche de mon arme au gamin puis de le désarmer. le coup de pied a la tête avec lequel j'avais enchainé venait de l'assomer et je levais mon arme pour achever mon oeuvre. mon esprit se mit a tourner a plein régime effectuant une dernière vérification histoire d'être certain que je ne commetais pas l'irréparable. ma logique me criait de toutes ses forces de tuer ce gamin mais une part de moi même arrêtait mon bras dans les airs. ce combat je l'avais remporté sans trop de peine usant non seulement de ma faux mais aussi de toutes les ruses déloyales, perfides et cruelles que pouvait concevoir mon esprit. il n'y a que ma nécromancie que je n'avais pas mobilisée. peut-être une part de moi-même m'empêchait-elle d'user de ce moyen contre un adversaire seul ou peut-être ne pouvais-je pas m'y résoudre. le fait que j'ais consciencieusement évité de jouer ma meilleure carte provait bien que malgré toute ma rage je n'avais pas a 100% l'envie de le tuer n'empêche qu'un féroce combat s'était engagé entre ma rationalité qui voulait que je tue et mon coeur qui voulait que je fasse preuve de pitié. sinon pour tout le reste du moins pour ne pas avoir a montrer un cadavre senglant a sa mère


*c'est le fils de fély*

*ça m'est égal ! il doit mourrir*

*le fils de ta meilleure amie !*

*et le pire ennemi potentiel de tout fantastiqua !*

*et qui est de plus un gamin adorable qui n'as jamais rien fait de mal !*

*qui a par trois fois tenté de te tuer*

*elle ne dois pas l'apprendre sinon elle ne s'opposera peut-être plus a son éxécution*

*c'est ce que nous voulons non ?*

*j'essaie de le déterminer, j'ai quand même élevé ce pettit avec sa mère*

*ce n'est pas ton fils*

*je m'en moque*

*tu tiens tellement a ce gamin ? tu tiens tellement a fely ? au point ou tu metrais tout fantastiqua en danger ? est-tu a ce point attaché a quelqu'un qui de plus ne t'aime même plus ?*

*je dois tout a fely...jusqu'au fait d'avoir retrouvé un coeur. je n'ai pas a hésiter*

cette décision est la plus stupide que tu aie jamais prise et que tu prendra jamais et elle aura des répercussions sur ce monde en entier

*celle de provoquer la collère d'un culte de 50000 personne pour en sauver une seule peut également prétendre au titre. *

*tout ça parce que tu laisse tes sentiments et ton sens moral a la noix fausser ton jugement*

*le jugement a lui seul ne fait pas nécéssairement un bon dirigeant, ni un bon ami, ni un bon mentor, ni un bon magicien et encore moins un homme bon*

allors que ce conflit interne prenait toute la place dans mon esprit mon corps mû par une volonté propre choisit une option située a mi-chemin allors que mon esprit continuait de délibérer: il prit leefaen dans ses bras, retourna ranger sa faux, s'assit avet le pettit sur les genoux et se saisit d'une dague qu'il posât a côté de lui. après un momment comme si une part de son esprit venait de comprendre que meran était mourrant il donna un ordre a mon corps qui alla chercher de quoi soigner le majordomme et se mit a l'oeuvre. il revérifia une dernière les soins qu'il ait apporté avec une vitesse et une habileté qui le dépassait avant de confier a ses subordonnés qui l'ammenèrent dans une chambre. pour sa part mon corps animé d'une volonté propre se rassit et saisit la dague dans laquelle il regarda son reflèt. fely me trouverait le regard vide et l'esprit dans la vague car je n'avais toujours pas prit ma décision

si tout mon esprit était en train de délibérer entre trucider un gamin dangereux et le laisser vivre par quelle force mon corps avait-il été capable de soigner meran, donner des instructions , user de sa nécromancie et se placer de manière a pouvoir ou tuer ou épargner dépendament de la déscision que mon esprit prendrait ? la force qui le guidait était celle-la même qui l'avait poussé a étrangler l'oiseu aux ailes brisées il y a des années de ça

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Jeu 25 Aoû - 6:18

Alors que j'arrivais en vu du manoir, mon cœur se serra davantage. Un étrange sensation, un pressentiment me disait que tout n'était pas terminé comme je le pensais. J'entendais... un fracas impressionnant, comma si... on luttait. Non, Rosiel m'avait promis qu'il ne ferrait rien à Leefaen. Avait-il été capable de maîtriser son envie de meurtre vis-à-vis de mon fils ? Car il avait beau me promettre de ne pas attenter à sa vie, je sentais bien qu'entre l'idée de le voir disparaître et le tuer en vrai, il n'y avait pas grand chose. Je devais agir vite et le calmer avant qu'il ne blesse mon fils revenu à la normale. Enfin, c'était ce dont je voulais me persuader. Comme j'aurais souhaité que ce soit réellement le cas...
Je poussais la porte du manoir et avançais très lentement vers le grand escalier, comme si je voulais reculer le moment où je devrais réagir voir agir...

Je vis se dessiner plusieurs tableau, tel que je ne sus qui aller voir en premier. Meran gisait par terre, dans une flaque de sang : c'est vers lui que je songeais aller d'abord mais un râlement à l'étage et une respriration saccadé m'alerta à l'étage, je montais quelques marches, pensant avant tout à mon fils... Je l'aperçu au sol, lui aussi inanimé mais sans blessure grave, seulement des égratignures. Enfin, je trouvais Rosiel, adossé contre un mur, en proie à une forte perturbation. Pire qu'une grande réflexion, Rosiel semblait prisonnier d'un dilemme dont il ne pouvait venir à bout. Je n'avais pas besoin de réfléchir trop longtemps pour savoir de quoi il s'agissait... Tuer mon fils ou le laisser vivre en temps que menace pour autrui... Entre la protection de ses proches et la promesse qu'il m'avait faite. Un choix très pénible je l'avouais. Que pouvais-faire... Mon fils d'abord. Je me précipitais sur lui et constatais qu'il respirait vite mais raisonnablement. Par de plaie saignante, pas de fracture, je pouvais le laisser là. J'allais ensuite vers Rosiel et lui dis doucement, voulant masquer ma panique qui malgré tout crevait les yeux.

Rosil, calmes-toi s'il-te-plaît. Meran est dans un état grave. Il faut lui porter secours. Je t'en prie, fais quérir Amina par un de tes sbires ; qu'il la ramène d'urgence avec des femmes pour lui porter assistance. Aller, bouges-toi, pense à ton ami !

Je le secouais violemment pour le sortir de son état mais ce dernier n'était guère plus enviable que celui de son serviteur. Je soupirais, de plus en plus stressé voyant qu'il ne faisait rien. Je pris les choses en main. Je descendis voir Meran, le retournais et constatais la plaie à la tête qui était considérable. Arrachant un morceau de son vêtement (je n'en avait guère sur moi), j'entourais sa tête avec pour stopper l'effusion de sang. Puis, je saisi un papier et un crayon sur le buffet du hall et écrivit un message à Amina (merci Rosiel de m'avoir appris à lire et à écrire). J’appelais ensuite une tourterelle qui roucoulait tranquillement sur une corniche extérieure surplombant une fenêtre. Grâce à a capacité à parler avec les animaux, je lui expliquais ce que j'attendais d'elle et elle fila vers le village. Pour Meran, je ne pouvais pas faire mieux. Même si j'essayais de faire un remède, cela me prendrais trop de temps et Amina serait largement plus efficace en arrivant dans une dizaine de minutes. Je remontais vers Rosiel et lui dis avec de la colère non contrôlée dans la voix :

J'ai fais le nécessaire pour Meran. Amina et d'autre seront bientôt là pour s'occuper de lui. Ils vont s'interroger sur comment cela s'est produit, surtout si tu es incapable de broncher pour apaiser leur curiosité...et la mienne aussi d'ailleurs. Que s'est-il passé bon sang Rosiel ? Pourquoi Meran risque-t'il de mourir dans un bain de sang ? Pourquoi mon fils est-il inconscient ? Pourquoi es-tu dans cet état ? REPONDS !

J'étais en colère bel et bien maintenant. Ce qui m'énervait en fait, ce n'était pas qu'il ne me dise rien, c'était plutôt de savoir déjà la vérité, de connaître les réponses mais de ne pas vouloir y croire. Je savais que Leefaen avait attaqué Rosiel, que Meran avait du s'interposer et qu'il en avait payer les conséquences. Je savais que Rosiel avait lutté entre l'envie de détruire ce bambin de deux ans et l'obligation de le ménager pour moi. En parlant de Lee, ce dernier avait reprit ses esprits et s'était relevé. Il avait récupéré son arme et le regard aussi terrifiant qu'un peu plus tôt dans la journée. Je frémis. Il menaçait Rosiel et ne faisait même pas attention à ma présence.

Tu vas mourir Rosiel. Tues-moi ou regarde toi être détruit par la plus grande puissance maléfique du nouveau millénaire

Entendre de tels mots dans la bouche de mon fils réussi plus à me choquer. Meran ne gémissait même plus ; pourvu qu'il ne soit pas mort ! La flaque de sang répandit une odeur métallique dans tout le hall et me fit frissonner. S'en était trop. Cette fois-ci, je ne laisserais pas les chose dégénérer davantage. C'était mon fils, mes amis et il y avait ce...deal comme quoi Rosiel pouvait éliminer Lee s'il s'avérait être une menace mortelle pour nous. Il fallait que celà cesse et que je prenne le contrôle de Leef.

Je regardais le bandage à ma poitrine, songeant à la blessure que Leefaen m'avait faite. C'était de ma faute. Je savais que ça pouvait arriver et j'ai voulu croire que Lee pouvait grandir en étant un enfant normal, que je parviendrais à déjouer sa destinée par son éducation. J'aurais du être méfiante ou simplement plus prudente. A vivre au manoir comme une gentille citadine, j'en avait négligé mes réflexes. J'étais en partie responsable du carnage. Cette colère après moi renforça celle que je gardais enfoui déjà. L'accumulation eut raison de ma maîtrise de moi-même et j'explosai.
Leefaen, fonçais sur nous, enfin, sur mon ami avec une telle rage que je me demandais si j'avais eu raison de donner la vie à un tel monstre. Je me redressais vivement en rugissant - ce son pu enfin sortir - et à une vitesse féline, je poussais Rosiel d'une main alors qu'il s'apprêtait bien entendu à réagir et parai le coup de mon fils en donnant un coup de coude avec mon autre bras sur la lame, en travers, pour la dévier, évitant ainsi le tranchant. Toujours maintenant Rosiel à distance – j'avais presque enfoncé mes griffes dans sa poitrines pour le dissuader de bougeais - je bloquais le pommeau de l'arme avec ma main et luttant contre la douleur que me procurait mes articulations, je maintins la tention en hurlant :

Maintenant, ça suffit !"

Avec une violence que je ne me connaissais plus, j'envoyais valser Rosiel valser un peu plus loin dans le couloir en détachant mes griffes de sa peau. De l'autre côté, Leefaen dont le regard c'était figé en me voyant m'interposer, relâcha un instant son attention et je le propulsais à plusieurs mètres de nous. Tirant ma dague de ma ceinture, je menaçais d'abord mon ami que je ne sentais plus maître de lui-même :

"Ne t'approche plus de lui, je m'en occupe. Vas te rendre utile ailleurs et surtout, NE DISCUTES PAS !"

Me tournant alors vers Leefaen par terre, je m'approchais de lui d'un pas rapide, le regard tout aussi menaçant qu'avec son adversaire. Sa pupille toujours rouge sang, il se releva pour me faire face mais sans avoir l'intention de m'attaquer, bien au contraire, il semblait ne pouvoir se résoudre à me blesser une nouvelle fois. Arrivée à sa hauteur, je lui arrachais l'épée de la main et lui cria :

"Tu veux voir le sang et la souffrance couler à flot ? Alors regardes-moi bien !"

Avec l'épée, je tranchais ma paume de main...

"Voilà le sang..."

Puis de ma main ensanglantée, je giflais mon fils avec violence, ce qui lui fit perdre l'équilibre...

"...et voilà la souffrance ! Ma souffrance ! De te voir ainsi et de ne rien pouvoir y faire. D'être responsable de ton mal et d'être impuissante contre toi ! La voilà la souffrance, la vrai !"

L'iris rougeoyant de l'enfant avait perdu son intensité et il me fixait complètement choqué, sa main sur sa joue et le sang de ma propre main y était étalé. La colère tomba alors que le silence s'installait entre moi et l'enfant de tout juste 2 ans qui avait l'expression d'un enfant de 10 ans. Les larmes embuèrent mes yeux et coulèrent à flot :

"Quand j'ai su que j'étais enceinte d'un enfant démoniaque Lee, un ermite a voulu te supprimer alors que tu n'avais pas encore pris ta physionomie actuelle. J'ai refusé. On a voulu te détruire, te tuer, te faire disparaître à jamais pour protéger le monde de tes maléfices, je m'y suis opposé. Là encore, j'ai repoussé la dernière personne qui me mettait en garde contre toi pour l'empêcher de te tuer. Je n'ai jamais cessé de vouloir te voir vivre, te voir grandir mon fils parce que...

J'avalais ma salive et continua en pleurant comme jamais :

... je te voulais plus que tout au monde. Tu était ma vie, ma chair et mon sang, mon enfant, ma seule vrai réussite, mon bonheur, ma raison de vivre et d'abandonner tout le reste rien que pour toi. Parce que je t'aime Lee et que malgré tous les risques je voulais que les dieux te donnent une chance de montrer que tu étais plus fort que ça. Je t'aime tellement Lee, je t'en prie, je t'ai légué tellement plus que ce Mal qui te hante..."

Je tombais à genoux devant lui, jetant plus loin l'épée qui retomba sur le sol avec un bruit fracassant, résonnant au milieux des sons de détresses, des pleures et des respirations.
Levant les yeux, je distinguais mon enfant à travers l'eau qui cachait ma vue. Ses petits yeux pleuraient eux aussi et l'enfant vint se jeter dans mes bras. Je le serrais le plus fort que je pus, lui transmettant toute ma chaleur maternelle et ma tendresse à travers cette unique étreinte. Leefaen se calma, pleurant doucement :

"Pardon maman..."

Ce fut les seuls mots qu'il prononça et il n'en dira pas un de plus jusqu'au lendemain. Je me levais alors, le serrant contre mon cœur et je me retirais dans notre chambre. Je pris de l'eau dans la bassine sur la coiffeuse et avec un linge doux, je lavais son visage tendrement. Je l'asseyais sur le lit et banda rapidement ma main avec un bout de bandage. Lee donnant des signe de fatigue, je le dévêtis et lui enfila une chemise. Dans son petit lit, il s'endormit aussitôt, les yeux songeurs et triste, encore embués de quelques larmes. Je le laissais là. Je lavais le sang qui me couvrait moi-même et m'apprêtais à rejoindre Rosiel et prendre des nouvelles du majordome, le ventre encore retourné par l'angoisse.


(HRP : raaah voilà, suis fière de moi, j'ai pu réutiliser le truc de la fois dernière tout en m’adaptant, ça te va comme ça ? mdr)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mar 30 Aoû - 4:47

malheureusement allors que mon esprit tournait quelque chose s'en était emparé...mon état émotionel du momment avait ouvert une pettite brèche dans ma psyché et cette force inconnue qui depuis trois ans possédait mon esprit dans mes momments de choc et mon bras lorsque je tenais une faux en avait profitée pour se répandre en moi comme une infection. je n'était pas sur le point de faire quoi que ce soit mais ma conscience me quittait lentement un peu comme si je m'apprétais a tomber dans les pommes. j'étais couvert de sueur, je respirait assez faiblement et bien que je sois capable de ''voir'' et ''d'entendre'' ce qui se passait une sorte de mur sépartait maintenant ma conscience du monde extérieur et ce que fély disait j'étais devenu incapable de le comprendre malgré tout mes efforts. je n'arrivais plus a me concentrer et mon attention dévia malgré mes efforts pour la maintenir: soudainement j'étais devenu incapable de contrôler mon propre esprit et je pouvais sentir litéralement quelque chose partir de mon cereau et s'insinuer lentement dans chaque nerfs de mon corps...un éclair de peur traversa mon esprit embrumé par cette force inconnue allors que je me souvenais de ce qui s'était passé la dernière fois: j'avais perdu conscience et n'avait trouvé que ruines et cadarves a mon réveil et tout ce que je savais je l'avais appris de la bouche de meran après les faits:j'avais invoqué des créatures pûrement...infernales...et j'avais causé un véritable massacre qui avait frôlé le génocide

cette brève onde de peur sembla un peu me réveiller et mon esprit jusque-la immobile fut soudain assailli par une unique penssée qui entra dans ma tête avec la force d'un boulet de cannon:


*j'ai peur de m'endormir, je ne veux pas m'endormir, je ne veut pas m'endormir et me réveiller comme la dernière fois ! non ! non ! NON NON ! NOOOOOOOOON !*

j'étais toujours complètement perdu et ni mon corps ni ma tête n'obéissaient a mes pensées mais au moins je ne frôlais plus l'inconscience. le mince voile de fumée noir qui avait commencé a m'entourer pendant que fély me parlais se dissipa et mon regard repris un peu de vie. au prix d'un effort que je jugeais surhumain je parvint non seulement a me concentrer un peu mais aussi a bouger un bras, m'appuyer dessus et me mettre a genoux--le premier pas pour me relever. et tourner la tête vers leefaen qui s'adressait a moi. cette fois je compris ses paroles: mon esprit s'éclairait peu a peu et le ''mur''mental m'empêchant de comprendre ce qui se passait semblait ne plus autant me gèner.

-Tu vas mourir Rosiel. Tues-moi ou regarde toi être détruit par la plus grande puissance maléfique du nouveau millénaire

j'allais donc mourrir ? c'est étrange mais cette penssée me laissa totalement froid...c'était une phrase qui sonnait bizzarement a mes oreilles...étais-je senssé craindre de mourrir ?...en ce momment ça me semblait...drôle...une menace humoristique au mieux et ça me semblait aussi effrayant que si il avait dit a fély ''je vais te faire te perdre en forêt'' :c'est a dire pas du tout...et...plus grande puissance maléfique du millénaire ? ça aussi ça sonnait faux...je n'aurais pas pu dire purquoi...je n'arrivais pas a l'identifier mais j'étais fermement convaincu qu'il existait a la fois plus maléfique et plus puissant que ça...hmmm...j'avais juste envie de me rapeler a qui j'atribuait cet honneur...seulement personne ne me venait a l'esprit. je vis avec surprise mon bras tirrer ma rapière...ah oui...j'étais senssé l'éliminer c'est ça ?...nan...encore un détail qui sonnait faux...en ce momment plus rien ne semblait coller dans ma tête. ça m'énervait un peu. cependant allors que mon corps se levait il n'eut pas le temps de réagir: fély le prit et le catapulta das un mur...c'est la qu'il se passa quelque chose: quand mon épaule entra en contact avec celui-ci mon esprit s'éclaira complètement: la douleur venait de me réveiller pour de bon. j'eus une soudaine montée d'adrénaline et quand fély me dit

"Ne t'approche plus de lui, je m'en occupe. Vas te rendre utile ailleurs et surtout, NE DISCUTES PAS !"

j'étais déjà en train de dévaler les escalier pour aller aider meran, cependant au passage je lançais

-sois tu le calme sois je le tue allors ne manque pas ton coup...par pitié

inutile de dire que ma colère avait étée effacée par la panique mais c'est vrai...en ce momment je n'avais plus envie de tuer leefaen. je voulais juste qu'il s'arrête avant que d'autres soient blessés mais si il dérapait pour de bon ce qui semblait imminent je ferais mon devoir et le rayerait de la surface de la terre. pourvu que fély arrive a le calmer

je me rendais au chevet de meran toujours inconscient et essayais tant bien que mal de le voir comme un simple ''blessé'' et non comme...eh bien...meran mourrant. je n'arriverait pas a tout faire mais je poouvais au moins commencer a dispenser les soins de base. heureusement amina arriva quelques minutes plus tard. -elle était peut-être venue a cheval- et quand elle vit l'état du blessé je fus littéralement jeté hors de la pièce: place aux experts maintenant. pour ma part j'allais voir comment s'en tirait fély. j'arrivais a peu près au momment ou elle disait ceci...mais pour être hônnête j'avais tout entendu depuis que j'avais repris mes esprits. et de l'étage inférieur je pouvais voir ce qui se passait


"Quand j'ai su que j'étais enceinte d'un enfant démoniaque Lee, un ermite a voulu te supprimer alors que tu n'avais pas encore pris ta physionomie actuelle. J'ai refusé. On a voulu te détruire, te tuer, te faire disparaître à jamais pour protéger le monde de tes maléfices, je m'y suis opposé. Là encore, j'ai repoussé la dernière personne qui me mettait en garde contre toi pour l'empêcher de te tuer. Je n'ai jamais cessé de vouloir te voir vivre, te voir grandir mon fils parce que...

la...juste la je compris quelque chose...quelque chose que je soupçonnais depuis un bon momment et a quoi je ne voulais pas penser mais qui m'apparut très clairement...je voulais...ou plutôt j'aurais voulu faire réèllement partie de cette pettite famille...mais j'étais simplement de trop...je crois que c'est a ce momment la que cette vérité me tomba dessus. je voulais les aider tout les deux...mais mon rôle n'était pas là et a part leur fournir un toit, aider a l'éducation du pettit et être un ami de la famille je ne poouvait rien faire pour eux...et ce que je pouvais faire ne serait jamais assez. mes intentions n'y changeraient rien

... je te voulais plus que tout au monde. Tu était ma vie, ma chair et mon sang, mon enfant, ma seule vrai réussite, mon bonheur, ma raison de vivre et d'abandonner tout le reste rien que pour toi. Parce que je t'aime Lee et que malgré tous les risques je voulais que les dieux te donnent une chance de montrer que tu étais plus fort que ça. Je t'aime tellement Lee, je t'en prie, je t'ai légué tellement plus que ce Mal qui te hante..."

lee semblait être redevenu normal comme me le prouva sa réponse. ce qui enfonça un peu plus le clou dans mon esprit et dans mon coeur

"Pardon maman..."

avant que fély ne s'apperçoive que j'avais tout pigé je tournait la tête vers la porte de la pièce ou reposait meran. daprès ce que j'entendait il avait beaucoup de plaies et des os brisés mais amina et ses collègues semblaient optimistes. quand fély revint la première chose que je fit est quequelque chose que je m'étais interdit depuis longtemps déjà: je la serrais brièvement dans mes bras pour trois raison: primo j'étais incroyavblement soulagé: meran allait vivre, l'incident s'était terminé sans morts et secundo après ce que nous venait juste de traverser je ne me sentais pas capable de ne pas le faire et la toisième raison était simple: cacher mes propres larmes. pas seulement a cause de ce que je venais de réaliser:que malgré toutes mes aspirations nous ne seriont jamais une véritable famille mais aussi parce que cet épisode a lui seul avait réduit en quelques secondes tout ce que je m'efforçait de faire depuis deux ans du fait de chercher un moyen d'aider le pettit jusqu'a celui de cesser de le voir comme une menace: mentalement je venais de revenir deux ans en arrière...les bons côtés en moins et dans mon esprits ma seule consolation était que personne ne soit mort cette fois. mes pensées franchissaient mes lèvres et je ne faisait même plus attention a ce que je disais

-deux ans de ma vie...deux longues anées passées a mourrir un peu plus chaque jour...et tout ça...tout ces efforts, toutes ces recherches, toutes ces précautoins, tout ces espoirs, tout ces rêves toute la confiance que je me suis forcé a avoir en lui, tout les efforts que j'ai fait pour essayer de vous aider tout les deux...de faire partie de cette famille, essayer de vous donner a tout les deux une vie normale, sûre et heusreuse...faire en sorte que rien de mal n'arrive ni a vous ni a d'autres, a me battre contre moi-même autant pour ne pas tuer ce pettit que pour ne pas laisser mes vieux sentiments prendre le dussus tout en gèrant ET en protégeant cette saleté de village dont je me suis toujours éperduement fiché et en faisant tout ce que je pouvais pour que tout ça ne voie pas

la je me mis a pleurer pour de bon. c'était simplement trop d'un coup. une dernière pensée franchit mes lèvres ma voix brisée par mes larmes

-deux longues année de ma vie...réduites a néant en quelques minutes...

(comme je l'ai dit par MP j'adore ton poste...d'ailleur je me suis dépassé moi aussi...écrire autant de trucs en étant inconscient pendant le 3/4 des événement. lol je m'en suis bien tiré. j'ai aussi de quoi être fier ^^)

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Jeu 24 Nov - 5:36

Toujours terrassée par le choc, je me rendis jusqu'à mon ami en dévalant les escaliers. Mieux encore, j'avais bondis de rampe en rampe pour l'atteindre au plus vite ; Meran avait peut-être aussi besoin de moi. Heureusement, lorsque je les rejoignis, l'expression de Rosiel, m'indiqua qu'il était hors de danger immédiat mais ce que je voyais aussi sur son visage, c'était quelque chose d'inexplicable, une tristesse sans nom, de la colère aussi, de la déception sans doute et je le comprenais.

-deux ans de ma vie...deux longues années passées a mourir un peu plus chaque jour...et tout ça...tout ces efforts, toutes ces recherches, toutes ces précautions, tout ces espoirs, tout ces rêves toute la confiance que je me suis forcé a avoir en lui, tout les efforts que j'ai fait pour essayer de vous aider tout les deux...de faire partie de cette famille, essayer de vous donner a tout les deux une vie normale, sûre et heureuse...faire en sorte que rien de mal n'arrive ni a vous ni a d'autres, a me battre contre moi-même autant pour ne pas tuer ce petit que pour ne pas laisser mes vieux sentiments prendre le dessus tout en gérant ET en protégeant cette saleté de village dont je me suis toujours éperdument fiché et en faisant tout ce que je pouvais pour que tout ça ne voie pas

La ce fut comme un choc. Mon compagnon effondré dans mes bras m'avait déballé en quelques phrases tout son ressenti depuis le temps ou Lee et moi habitions sous son toit. Une situation très embarrassante pour moi... Je ne sus que dire, il rajouta :

-deux longues année de ma vie...réduites a néant en quelques minutes...

La je voulu réagir. Je ne voulais pas qu'il s'en veuille après tous les sacrifices qu'il avait fait pour moi et mon fils, mais surtout pour moi. Je l'écartais un peu de moi et le manque de force du aux évènement nous fit plier les genoux tous les deux. Je nous amenais à terre et une fois bien assis je lui pris tendrement le menton dans une main et le lui souleva pour qu'il me regarde ; de l'autre, je serrais sa main.

"Écoute Rosiel, tu n'a pas à t'en vouloir pour ce qui s'est passé. Nous étions tous les deux conscient du risque vis-à-vis de mon fils et cela devait arriver un jour ou l'autre. Tu t'es tué pendant deux ans à essayer de changer un destin mais tu sais très bien que rien n'y changera. Tu n'a sans doute réussi qu'à faire retarder un peu cette échéance mais jamais tu ne pourras l'irradier totalement de son Mal et personne ne le pourra. Tu as tord de te blâmer, tu nous as rendus heureux ici. Nous avons toujours eu tout ce dont nous avions besoin, Lee a déjà une très belle éducation, tu as même réussi à faire d'une sauvageonne vagabonde, une femme digne de ce nom. Grâce à toi, j'ai pu jouer mon rôle de mère auprès de Lee, comme une mère humaine et non comme un fauve. Tu m'a appris à lire, à m'exprimer par écrit, Meran m'a appris à manier l'épée, à cuisiner à entretenir une maison. Je vous dois tellement que si c'était à refaire, je referais tout de la même façon. "

Je soufflais un peu suite à ses paroles sincères sortie tout droit du cœur. Je déposais un baiser sur la lèvres inférieur de mon compagnon pour l'apaiser et je terminais :

"Rosiel, je t'assure, tu m'as rendu heureuse".
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Jeu 15 Déc - 5:11

je tremblais encore et je n'avais pas bougé. je restais un momment là affalé contre l'épaule de mon amie...du moins jusqu'a-ce qu'elle m'écate d'elle pour me fixer dans les yeux. a ce momment la mes jambes me lâchèrent et je tombais a genoux sur le sol avec elle. heureusement felyndiira ne semblait pas prête a me laisser dans cet état: elle s'assit sur le sol avec moi, saisit mon menton pour me relever la tête et de son autre main serra la mienne avant de me dire

"Écoute Rosiel, tu n'a pas à t'en vouloir pour ce qui s'est passé. Nous étions tous les deux conscient du risque vis-à-vis de mon fils et cela devait arriver un jour ou l'autre. Tu t'es tué pendant deux ans à essayer de changer un destin mais tu sais très bien que rien n'y changera. Tu n'a sans doute réussi qu'à faire retarder un peu cette échéance mais jamais tu ne pourras l'irradier totalement de son Mal et personne ne le pourra. Tu as tord de te blâmer, tu nous as rendus heureux ici. Nous avons toujours eu tout ce dont nous avions besoin, Lee a déjà une très belle éducation, tu as même réussi à faire d'une sauvageonne vagabonde, une femme digne de ce nom. Grâce à toi, j'ai pu jouer mon rôle de mère auprès de Lee, comme une mère humaine et non comme un fauve. Tu m'a appris à lire, à m'exprimer par écrit, Meran m'a appris à manier l'épée, à cuisiner à entretenir une maison. Je vous dois tellement que si c'était à refaire, je referais tout de la même façon. "

cherchant a m'apaiser elle déposa aussi un baiser sur mes lèvres. je fermais un peu les yeux, autant pour me calmer que pour profiter de ce bref instant de bonheur après la catastrophe. fély ne m'avait jamais embrassée passionément et s'était toujours contentée de poser doucement ses lèvres sur les miennes. peut-être qu'au yeux d'autres personnes c'était étrange et semblait peu mais nous savions tout les deux très bien qu'elle n'avait pas besoin de le faire. nous étions tout les deux très liés et même dans des momments comme celui-ci nous pouvions compter l'un sur l'autre. elle était là pour moi et j'étais là pour elle. nous étions sûrement capable de survivre a n'importe quoi tant qu'il en serait ainsi. pour l'instant la tempête était terminée. le reste n'avait pas d'importance.

"Rosiel, je t'assure, tu m'as rendu heureuse".

je me sentais mieux mais j'étais quand-même déçu. j'essuyais mes larmes allors que leefaen descendait lentement et précautionneusement les marches comme si il craignait de nous voir nous fâcher. je ne tenais pas la grande forme mais le pire était passé

-je ne dis pas que j'aurais voulu tout pouvoir régler, ça c'est simplement au dessus de mes forces...je dis juste que...j'aurais voulu pouvoir éviter ça...ainsi que les conséquences que cet incident pourrait avoir sur lui...je ne crois pas pouvoir étoufer toute cette histoire. trop de personnes sont déjà au courant

allors que je relevais la tête je vis le pettit qui nous regardais, on aurais dit qu'il se demandais si il pouvait venir nous rejoindre, passant mon bras par dessus l'épaule de sa mère je lui fit signe d'approcher. encore un peu triste mais sûrement soulagé il se jeta sur nous et serra par derrière sa maman dans ses bras. je passais une main dans ses cheveux, replaçait doucement ceux de fély derrière son oreille puis poursuivit. après tout leefaen avait aussi le droit de savoir ce qui se passait

-ce pettit n'est peut-être pas mon fils mais je tiens quand-même énormément a lui et pour tout te dire je le vois un peu comme tel...je n'ai absolument pas pas envie que tout le village se mette sur son dos...encore une chose de plus que j'aimerais faire mais ne peut pas faire...ce n'est pas que je regrette quoi que ce soit fély...seulement je commence a me dire que je ne pourrais pas faire plus...c'est ça qui me dérange je crois...j'aurais voulu pouvoir arranger les choses. seulement ça m'est impossible

leefaen me tapotta l'épaule allors que je me relevais et aidait fély a faire de même. me creusant maintenant la tête quand a la façon dont je pourrais m'y prendre pour éviter que les habitants retournent leurs vestes, chose que malheureusement ils avaient tendance a faire très vite. je serais peut-être même obligé de les aider a fuir discrètement le village et j'étais loin d'en avoir envie

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Sam 6 Oct - 5:35

je ne dis pas que j'aurais voulu tout pouvoir régler, ça c'est simplement au dessus de mes forces...je dis juste que...j'aurais voulu pouvoir éviter ça...ainsi que les conséquences que cet incident pourrait avoir sur lui...je ne crois pas pouvoir étoufer toute cette histoire. trop de personnes sont déjà au courant. ce pettit n'est peut-être pas mon fils mais je tiens quand-même énormément a lui et pour tout te dire je le vois un peu comme tel...je n'ai absolument pas pas envie que tout le village se mette sur son dos...encore une chose de plus que j'aimerais faire mais ne peut pas faire...ce n'est pas que je regrette quoi que ce soit fély...seulement je commence a me dire que je ne pourrais pas faire plus...c'est ça qui me dérange je crois...j'aurais voulu pouvoir arranger les choses. seulement ça m'est impossible

C'est le moment qu'avait choisit Lee pour nous rejoindre avec des yeux tout triste. Il se serra contre le nécromencien lorsqu'il parla de ss liens avec lui, comme s'il était conscient que Rosiel n'était pas son père mais qu'il était suffisamment présent pour lui pour être considéré comme tel. c'était touchantde les voir ainsi mais je sentais le malaise. Et les ennuis qu'allait occasionner l'incident allaient être terrible pour nous tous. Je tremblais un peu songeant que nous allions avoir le village à dos si nous ne le quittions pas rapidement. en même temps, il fallait que Rosiel garde la confiance des siens et tranche en conséquence. ce qui n'était pas évident pour lui. je tirais un peu Lee pour le détacher de Rosiel. Le moment de nous séparer était venu, je le savais. Je ne devais plus lui en demander autant. comme s'il avait compris ce que je voulais faire, Leefaen parti d'un coup en pleurant. je ne le retins pas et d'une voix sure, je m'adressais à mon compagnon :

Ecoute Rosiel, Lee et moi allons partir. Je pars à la recherche de son père, c'est à lui de porter le même fardeau que moi, pas à toi. je dois assumer es actes. Qu'en à toi, tu auras toujours ma reconnaissance et une part de mon coeur mais je n'aurais jamais du te mêler à ça et te faire miroiter un avenir heureux pour nous trois. Lee est spécial et rien ne pourra aller contre. La version officielle, sera que tu nous a chassé pour protéger ton village. Nous partont maintenant, dès que j'aurais tout préparé. Au revoir.

Je l'embrassais pour la dernière fois et quittais la pièce. Je rejoingnis Lee dans sa chambre. il avait séché ses larmes et sur son lit, il y avait un tas de petites affaires lui appartenant.

Je veux emmener tout ça. c'est tous mes préférés.

LEs larmes aux yeux, je l'embrassais sur le front après avoir hochais la tête. il emballa son paquetage pendant que je m'occupais du mien. Toutes les tenues que m'avaient offertes Rosiel restèrent dans la penderie. je pris le peu de chose avec lesquelles j'étaient arrivée la dernière fois.

Ensemble, nous gagnâmes la cuisine. Nous croisâmes Rosiel dans les couloirs qui semblait anéanti. JE passais devant lui sans rien dire. Lee lui sauta dans les bras, l'embrassa sur la joue et me suivis sans rien dire. Il était triste lmais malgré ses petites années, ce galopin savait qu'il ne devait pas rester ici pour le bien de tous. En cuisine, je pris de l'eau et des vivres pour trois repas. pour le reste, je chasserais. J'étais encore douée pour ça. Je dis au revoir à Meran de loin puis me rendis dans les écuries avec mon fils. je sellais la jument que 'avait offert Rosiel, la seule chose de lui que j'acceptais d'emmener. C'était surtout parce que je m'étais attachée à cette bête. Nos paquets chargés, nous nous préparâmes à partir.


(petit passage éclair, excuse, les fautes et la longueur du post, peu as mieux faire dans la précipitation :s)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Mar 9 Oct - 8:03

j'eus un sourire sans joie alors que je rendais son câlin a leefaen. me laissant être la pour eux deux une dernière pettite seconde. puis sa mère le tira vers elle. ni lui ni moi n'ôpposâmes de résistance mais ça ne veut pas dire que ce fut facile. j'étais conscient de la situation et je savais quelle déscision prendre. seulement c'étais particulièremet difficile dans ce cas-ci. plus tard j'arriverais a me consoler en me disant qu'au moins j'avais pu vivre ces deux années avec fély et leefaen

plus tard j'y arriverais. pour l'instant...je fermais les yeux pendant une petite seconde le temps de faire taire mes propres émotions -sans trop savoir si j'essayais de les cacher a fély ou a moi-même- et usant de mes bons vieux talents d'acteur je me composait un visage aussi impassible que je le pouvais. pour l'instant je devais remettre mon cerveau en marche et mon coeur au repos. je fis tout ça juste a temps pour entendre fély me dire


-Ecoute Rosiel, Lee et moi allons partir. Je pars à la recherche de son père, c'est à lui de porter le même fardeau que moi, pas à toi. je dois assumer ses actes. Qu'en à toi, tu auras toujours ma reconnaissance et une part de mon coeur mais je n'aurais jamais du te mêler à ça et te faire miroiter un avenir heureux pour nous trois. Lee est spécial et rien ne pourra aller contre. La version officielle, sera que tu nous a chassé pour protéger ton village. Nous partont maintenant, dès que j'aurais tout préparé. Au revoir.

seulement pendant qu'elle partais je lançais derrière elle

-je cnnais la version officielle fély. ne t'en fais pas je sais mentir...j'ai du apprendre ça très vite. ellez. essayez d'avoir l'air paniqués vous deux, des squelettes vous poursuivrons jusqu'a-ce que vous soyez hors de vue. je te fais confiance pour filer en vitesse tout doit être aussi crédible que possible...je n'ai pas besoin de te dire ce que je ressens puisque tu le sais très bien

une pettite seconde je cessais de bloquer mes propres émotions autant pour qu'elle puise les lire que parce que je pouvais bien laisser mon coeur guider mes pas pour deux ou trois secondes. curieusement c'est un sourrire qui illumina brièvement mon visage

-mais -crois-moi le village oubliera cette histoire dans le temps de le dire, et puis ce n'est pas comme si je n'allais plus jamais vous revoir toi et leef, je pourrais bien passer de temps en temps. je suis désolé mais vous n'en avez pas encore fini avec moi tous les deux !

c'était un peu dommage. la première fois depuis sa naissance que je l'appelais par son pettit nom et il ne pourrait oas l'entendre puisqu'il était dans sa chambre. il était aussi assez ironique que je cesse de le voir comme uhe menace allors qu'il avait cédé au mal précisément aujourdhui. je ne sais pas pourquoi la vie aime autant l'ironie. peut-être le découvrirais-je un jour

fély et leef finirent rapidement leurs baggages et alors que les squelettes se préparraient a se lancer a leur ''poursuite'' c'est a dire a tout faire pour ne PAS les ratrapper je restais devant la fenêtre pour les voir partir. une fois hors de vue des villageois même les squelettes leur firent des signes de la main et eurent le cran de former ce qui ressemblait a une pettite haie d'honneur a leur intention. même de loin je pouvais leur souhaiter bon voyage. la nécromancie et tout ce qu'elle implique a aussi de bons côtés


(je te laisse faire ton poste de départ et celui-ci sera clos je crois a moins que tu aie quelque chose a y ajouter ou aie envie de le poursuivre encore un peu ^^)

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Le Mal en Lee   Ven 2 Nov - 10:37

-je cnnais la version officielle fély. ne t'en fais pas je sais mentir...j'ai du apprendre ça très vite. ellez. essayez d'avoir l'air paniqués vous deux, des squelettes vous poursuivrons jusqu'a-ce que vous soyez hors de vue. je te fais confiance pour filer en vitesse tout doit être aussi crédible que possible...je n'ai pas besoin de te dire ce que je ressens puisque tu le sais très bien. mais -crois-moi le village oubliera cette histoire dans le temps de le dire, et puis ce n'est pas comme si je n'allais plus jamais vous revoir toi et leef, je pourrais bien passer de temps en temps. je suis désolé mais vous n'en avez pas encore fini avec moi tous les deux !

Les paroles de Rosiel me revinrent en mémoire. Je n'avais pu répondre car j'avais senti que j'allais perdre le peu de courage qui était soudain apparu en moi et fondre en larme. Ma décision de partir était inéchangeable et même si ses mots allait dans mon sens, j'avais envie d'y entendre autre chose. J'avais envie...qu'il me retienne, qu'il... m'embrasse. En fait, je ne voulais pas le quitter et encore moins retrouver Tarod. J'étais si bien ici et j'avais si peur que le père de Lee ne m'accepte plus, ou pire, qu'il rejette son fils. J'espérais le revoir. J'espérais le revoir très vite...

Je ne pus prendre une expression paniquée mais je pus en revanche prendre le visage d'une condamné. Celui que j'avais souvent du prendre en quittant les villages que je traversais. Les larmes aux yeux, je fit grimper Lee sur la jument qui souffla d'excitation à l'idée de partir en balade. Une longue balade... Je grimpais derrière mon fils. Lee se mit à pleurer en silence. Manoir sauta sur l'équidé et de calla sur les épaules de son maître. Mélaïna nous suivit dans la cour alors que la jument avancé au pas. En vue du village, je laissais la tristesse et la coère me gagnais et lançais violement la monture au galop. Traversant Valhaine sans regarder personne, nous quittâmes le domaine du nécromencien avec des tas de bons souvenirs gravé dans nos coeurs. Le dernier fut la vue du manoir, perché au loin sur la colline, qui semblait nous dire lui-aussi, au-revoir...


(eeeeet fin du rp)


Dernière édition par Felyndiira le Sam 3 Nov - 0:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1861

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   Ven 2 Nov - 12:12

n'oublie pas de noter sujet clos pour le staff, je peut peut-être l'envoyer aux archives maintenant que je suis modo ne nürnen mais je ne suis pas sûr. je tente le coup ^^

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Sujet Clos   Sam 3 Nov - 0:10

Ah oui c'est vrai ^^ voila cat
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Mal en Lee (pv Rosiel, SUJET TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 02. Crying shame [sujet terminé]
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)
» Sujet terminé
» Le paaaarc (je suis imaginative XD) [Alexis][sujet terminé]
» SUJET TERMINÉ ✱ Archive tes sujets ici

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastiqua le monde des invisibles :: Zone RP :: Nürnen :: Villes et villages :: Valhaine-