Fantastiqua le monde des invisibles

Forum rpg autour d'un univers fantastique qui évolue au fil de vos histoires... Pas de limite d'âge pour laisser libre cours à ton imagination...

 
AccueilPortailMapIndex de FantastiquaFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 quand la catastrophe débarque (PV fély)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1894

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Ven 16 Sep - 10:58

quatres jours...cela faisait maintenant quatres jours que felyndiira et leefaen étaient venus s'instaler ici. je prévoyais mes coups a l'avance quand a ce qui se passait avec mes adversaires et si je ne m'étais pas trompé dans mes calculs les prochains jours risquaient de sévèrement chauffer pour nous. c'est la raison pour laquelle je me préparrais depuis une bonne semaine a voir débarquer a valhaine des hordes de fanatiques venus m'arracher le coeur en représaille car j'avais interrompu l'un de leurs sacrifices rituels quelques jours avant l'arrivée de mon amie et dde son fils. je devais veiller a ce que toute cette histoire ne leur retombe pas dessus.

en ce momment je me trouvait au salon devant une large étagère remplie de livres et j'étais en train de retourner certains volumes précis dans une configuration bizzare afin de vérifier l'état du passage que cette large étagère cachait: afin de me préparrer a cacher fély et leefaen au yeux de mes potentiels adversaires de même que pour vérifier l'état de mes sorties d'urgence je m'étais récement mis a inspecter tout les passages secrets, portes dérobées et pièces cachées de ma demeure pour être certain de pouvoir m'en servir. j'avais presque terminé pour ce soir et tout était en ordre. après avoir placé les livres de la bonne manière j'en enfonçait un dans l'étagère. cela fait je me plaçait a côté et la poussa hors de mon chemin aussi facilement qu si elle avait été faite de papier. allumant la lanterne que j'avais posé près de l'étagère je la lanterne et saisit la pettite boite pleine de chandelles sur laquelle elle était posée je descendit le long de l'escalier jusque-la dissimulé par une porte de bois et de papier et me mit a placer des bougies allumées sur les murs pourqu'un fuyard pressé puisse voir ou il allait dans se passage jusque-la d'un noir d'encre. passage qui était une bonne sortie de secour puisqu'il menait dans l'écurie de phantom et des autres destriers.

il me restait encore quelques passages a vérrifier mais pour le momment je décidais de prendre une pause. remontans le long escalier en spirale je refermais le passage a l'aide de l'étagère et replaçait tout les livres dans une position normale. verrouillant ainsi l'étagère en place et interdisant l'acces a l'escalier a tout ceux qui ne savait pas comment l'ouvrir.

poussant un pettit soupir je jetais un regard a la fenêtre. la lune presque pleine brillait de milles feux dans le ciel pour une fois sans nuages et projetais comme d'habitude des ombres immenses sur le village lui conférant cet aspect lugubre, vide et effrayant qui le caractérisait. au moins il ne pleuvait pas. dommage que j'aie tant de pain sur la planche car j'aurais bien aimé en profiter pour aller marcher un peu.

cependant je n'eus pas beaucoup de temps pour réfléchir a ce que j'allais faire ensuite car un boucan infernal probablement signé leefaen retentit soudainemen a l'étage du dessus...je pâlis quand je me rendis compte de ce qui se passait peut-être. apparement ça venait de la bibliothèque ce qui enleva les dernières traces de couleur de mon visage.

inquièt quand a ce que ce pettit pouvait avoir fait ou subit et pas rassuré non plus au sujet de ma sacro-sainte bibliothèque je montais a l'étage et ouvrit la porte, redoutant ce que j'allais y trouver...

je poussais un bref soupir de soulagement quand je m'apperçut que ni la pièce ni les livres qu'elle contenait n'avait subis d'avaries mais ce que j'y trouvait me laissa perplexe. dans ma surprise tout ce que j'arrivais a dire fut


-aurais-tu la gentilesse de m'expliquer comment tu est parvenu a grimper jusque-la toi ?

murmurais-je-je sans trop savoir si je devait trouver la situation alarmante ou amusante.

en efft le pettit avait accompli l'exploit de grimper tout en haut de la plus haute étagère de la pièce laquelle touchait presque le plafond et était tellement haute que je devais utiliser une énorme échelle montée sur roulettes pour pouvoir consulter ne serait-ce que la moitié des livres qu'elle contenait...seulement cette même échelle reposait contre le mur opposé a sa place habituelle et rien d'autre dans la pièce n'aurait pu lui permettre de monter la...allors comment pouvait-il bien avoir fait ça ? je ne pensait pas qu'il puisse voler avec ses pouvoirs allors pour l'instant le mystère restait entier. quand a la pettite boule de fourure perchée sur l'étagère il était roulé en boule et ne semblait pas pressé de bouger de la. poussant un pettit soupir incrédule teinté de découragement je me saisit de l'échelle et la plaçait contre l'étagère pour essayer d'aller le rejoindre...mal m'en prit...car c'est en faisant ça que j'appris par la manière douloureuse comment leefaen était parvenu a monter sur l'immense étagère

comme je tendais les bras pour saisir le pettit il releva la tête vers moi et me regarda dans les yeux. son regard rouge/doré fut pour moi une très mauvaise surprise mais ce ne fut pas la seule: presque aussitôt je sentit avec horreur l'échelle bouger allors que j'étais toujours dessus !: elle fila vers l'arrière comme poussée -poussée tout court en fait- dans la direction opposée par une énorme main invisible et ce a une telle vitesse que j'eus tout juste le temps de comprendre ce qui se passait. résultat: je fut brièvement mais viollement écrasé entre le mur et l'échelle avant de tomber par terre en retenant un cri de douleur.

en quatre jours c'était la deuxièmme fois qu'il s'en prenait a moi. l'autre fois il m'avait poussé en bas de l'escalier est allors que je descendait lire au salon et que sa mère se reposait. la dernière fois il était redevenu...normal...l'instant d'après. je començait a comprendre un peu le principe.

cette fois encore il sembla redevenir un enfant ordinaire et regarda du haut de l'étagère avec effroi. apparement c'était bien trop haut pour qu'il en descende seul il il ôsait a peine regarder en bas et ça je pouvais le comprendre: même moi j'étais mal a l'aise a une telle auteur et je n'étais pas sujet au vertige. cependant quand je saisit de nouveau l'échelle je m'apperçut qu'elle était tordue dans un angle bizzare et une de ses roues s'était détachée...allors-la...ne sachant plus trop que faire je me retournais et c'est en sortant de la pièce que je remarquais les deux totems qui regardaient le pettit depuis le sol...en fait c'était normal qu'ils ne puissent pas l'aider a descendre car manoir était trop pettit pour porter leefaen et malaïna trop grande pour pouvoir se faufiller dans le pettit espace qui séparait le sommet de l'étagère du plafond. ils ne pouvaient que surveiller le pettit. après leur avoir ordonné de rester la pour le surveiller ce qui de toute façon était ce qu'ils étaient censsés faire je partis a la recherche de fély après avoir rassuré le pettit du mieux que je pouvais ce qui heureusement semblait avoir marché. je croisais mon amie a rayures dans un couloir et après lui avoir donné un baiser sur la joue je lui dit en faisant de mon mieux pour parler et marcher normallement.


-bonsoir fély...euh excuse moi de te déranger mais je crois que nous avons un pettit problème avec leefaen. rien de grave rassure-toi...vois-tu il est arrivé a grimper sur la plus haute étagère de la bibliothèque, il ne peut pas descendre et il a démoli la seule échelle dans cette maison qui soit assez longue pour me permettre d'aller le chercher...crois-tu être capable et aurais-tu la gentilesse de m'aider a le faire descendre de la avant qu'il se fasse mal ? il m'as promis de ne pas bouger et ses deux totems le surveillent mais je préfère le savoir les deux pieds au sol aussi vite que possible.

dis-je avec autant de calme que je le pouvais en ommetant le fait qu'il avait failli m'écraser avec cette damnée échelle tout comme j'avais omis de lui parler de ma descente brutale dans les escaliers deux jours plus tôt. il semblait s'agir d'incidents isolés et le pettit lui-même ne semblait pas vraiment en cause. le fait que j'aie été la cible des deux incidents m'allarmait un peu mais en même temps c'était tout a fait logique: meran étant occupé ailleur par une mission de reconaissance depuis trois jours il n'y avait que fély et moi-même ici et malgré ses sursauts maléfiques je ne le croyais pas capable de s'en prendre sciement a sa mère. elle était donc sûrement la seule ici a pouvoir le tirrer de la. j'avais une pettite idée pour l'y aider, seulement elle allait nésséciter quelques squelettes et une bonne dose d'agilité ici seule fély serait capable de la mettre en pratique: je n'étais pas assez dexte pour grimper sur le dos d'une pile de squelettes tout en portant le pettit le tout sans me casser le cou mais elle pourrait peut-être y arriver. cependant je voulais savoir si elle ne trouverait pas une autre solution moins risquée pour elle et son pettit: mon idée impliquait pas mal de dangers donc je me résolut a attendre pour voir si elle ne trouverait pas un plan plus sûr avant de lui proposer le mien. je lui prit donc la main et l'entrainait vers la bibliotheque en espérant que mon amie envers laquelle je démontrais encore de tendres sentiments ait un éclair de génie et trouve une idée moins téméraire que de grimper sur une échelle de squelettes

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   


Dernière édition par Rosiel le Mar 8 Nov - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Ven 4 Nov - 3:30

Une journée comme une autre. J'avais pris l'habitude d'aider Meran aux tache ménagère du château. J'apprenais ainsi à bien tenir une maison, à faire la cuisine, la lessive et d'autres chose nécessaire à la vie en communauté. Je me sentais presque comme dans une petite famille avec Rosiel pour maître de maison, moi en tant que son amie et sa compagne et Lee mon fils. Meran notre domestique était aussi devenu mon ami. J'avais une très grande admiration pour lui et un profond respect pour sa patience envers moi et sa fidélité envers son maître. Même avec mon fils il se montrait très attentif. Il m'avait laissé lui donner un coup de main puis voyant que j'étais vraiment bonne à rien quand il s'agissait d'entretenir un foyer, il m'avait petit à petit appris ce que j'avais besoin de savoir. Je voulais être un bon modèle pour mon fils, une bonne mère et une guerrière vagabonde vivant au jour le jour n'était pas l'image que je voulais lui donner de moi. J'étais à présent à peu près capable de tout faire. Je venais d'accrocher du linge quand Rosiel vint à ma rencontre dans le couloir.

-bonsoir fély...euh excuse moi de te déranger mais je crois que nous avons un pettit problème avec leefaen. rien de grave rassure-toi...vois-tu il est arrivé a grimper sur la plus haute étagère de la bibliothèque, il ne peut pas descendre et il a démoli la seule échelle dans cette maison qui soit assez longue pour me permettre d'aller le chercher...crois-tu être capable et aurais-tu la gentillesse de m'aider a le faire descendre de la avant qu'il se fasse mal ? il m'as promis de ne pas bouger et ses deux totems le surveillent mais je préfère le savoir les deux pieds au sol aussi vite que possible.

"Oh d'accord je te suis"

Arrivé dans la pièce, je constatais en effet que mon bout de chou était perché à bonne hauteur. Je lui lançais avec un sourire :

"Bah alors mon bébé, tu apprend l'escalade ?"

Mon regard fut alors attiré sur l'échelle qui gisait au sol et le bazar qui l'entourais.

"Je vois que tu as déja fait une tentative. Hum...tu es tombé tout seul ou on t'as aidé ?"

Je fixais Rosiel sentant qu'il y avait quelque chose qu'il ne m'avait pas dit. Je ne pensais pas qu'il soit si maladroit pour être tombé, et surtout avec une telle violence, au sol. Je songeais qu'on l'avait peut-être aidé un peu et mon regard accusateur se posa sur la petite tête grise de mon enfant qui se cacher les yeux en faisant la moue.

"C'est pas moi..."

"Bien sûr petit félin, descend donc de là où maman va devoir grimper aussi.

Les yeux du petits s'illuminèrent :

"Oh oui maman grimpe avec moi !"

J'éclatais de rire et m'élançais sans prévenir contre les étagères. Avec mes griffes je me hissais jusqu'à lui avec la facilité d'un écureuil. Parvenu à sa hauteur, il se mit à rire en applaudissant. Je lui tirait gentiment une oreille en riant aussi. Puis il me fixa d'un regard espiègle et me lança en sautant de l'étagère :

"Tu m'attraperas pas"

Il tomba en plein dans les bras de Rosiel et blottit sa tête dans son épaule en riant tout en me fixant. Je redescendis tranquillement et lui ébouriffa la tête.

"File jouer petit démon. Tonton Rosiel et moi avons à discuter".

Il sauta de ses bras après lui avoir fait un bisou. Il m'embrassa et couru hors de la pièce avec Mélaïna et Manoir à ses trousses. Redevenu plus sérieuse, je demandais à Rosiel :

"Il s'est passé quelque chose, je me trompe ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1894

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Mer 9 Nov - 11:24

fély et moi-même mirent donc les pieds dans la bibliothèque allors que je passait en revue ma pettite idée. fély semblait prendre tout ça sous un jour plutôt positif. en fait ell avait l'air de trouver ce pettit incident plutôt drôle. je ne pouvais pas l'en blâmer d'ailleur. moi-même j'aurais certainement été très amusé si le pettit n'avait pas risqué au mieux de graves blessures et au pire de voir le contenu de son pettit corps se répandre un peu partout sur le sol en cas de chute

"Bah alors mon bébé, tu apprend l'escalade ?"

je continuait de le fixer, toujours terrifié il n'avait pas quitté son perchoir. la vue de sa mère sembla cependant le calmer. il eut même un pettit sourire. même moi je trouvait ça touchant. après ce pettit échange elle vit l'échelle et suspectant ce qui s'était passé elle me demenda

"Je vois que tu as déja fait une tentative. Hum...tu es tombé tout seul ou on t'as aidé ?"

je chuchotais tranquillement

-c'est un peu des deux en fait. je t'explique plus tard

si j'avais été convaincu que le pettit me ciblait d'une manière ou d'une autre j'en aurais parlé sans hésiter mais je ne voulais pas allarmer sa mère tant que je n'avait pas de preuves tangibles. après tout peut-être était-ce simplement la panique qui avait fait ressortir un momment son côté maléfique. lequel avait voulu protéger le pettit. ça n'expliquait pas ma chute dans les escaliers mais ça me semblait logique dans ce cas-ci. certes je me méfiait encore beaucoup de ce gamin et depuis son arrivée je gardais une dague dans ma manche en permanence au cas ou mais comme je l'avais promis a ma chère amie je ne comptais rien faire -et pour l'instant rien dire- sans être certain de mon coup. je mettais donc ma méfiance sur le compte de la paranoïa et attendait d'avoir des preuves.

"C'est pas moi..."

"Bien sûr petit félin, descend donc de là où maman va devoir grimper aussi.

"Oh oui maman grimpe avec moi

en ce qui me concerne je n'ai qu'une chose a dire sur ce qui se passa ensuite: ce fut proprement stupéfiant. j'avais souvent été témoins des prouesses acrobatiques de l'élue de mon coeur mais la même moi je restait sans voix. en moins de temps qu'il n'en faut pour dire ''ouf'' elle réussit a grimper sur la gigantesque étagère. pff ! a la voir on avait presque l'impression que c'était facile ! et pour tout dire je ne sais pas si vous avez déjà vu quelqu'un grimped sur une bibliothèque de deux étages et demi de haut mais croyez-moi c'est quelque chose qu'on oublie pas facilement. surtout quand l'alpiniste étoile est une jolie jeune femme qui va chercher son fils...et peut aussi redescendre comme si de rien n'était ! c'est qu'il y a beau y avoir pas mal de prises sur une étagère de ce genre il n'en restait pas moins qu'elle -l'étagère- pouvait céder a tout momment et était déjà pleine a craquer. ce n'était pas difficile pour fély mais presque n'importe qui d'autre auait embrassé le plancher un grand nombre de fois avant d'arriver en haut. c'était de l'art tout ça. et même leefaen se mit a applaudir. j'enchainais assez vite mais je me crispais un momment lorsque le pettit s'exclama

"Tu m'attraperas pas"

je redoutais vraiment la suite logique des choses.

- oh non il ne va quand-même pas...non...non j'ai dit non...

et ben si ! il venait juste de laisser tmber dans ma direction, j'eus tout juste le temps de me placer pour le recevoir et il avait beau ne pas être lourd il tombait de haut...donc il eut tout le temps de prendre de la vitesse. mes bras allaient le sentir passer

- ah m-

je le ratrapais comme lui dans son insouciance l'avait prévu en essayant d'ignorer le fait que mes bras au momment de l'impacte me donnèrent l'impression de se détacher de mes épaules. serrant un peu les dents pendant que leefaen calait sa tête contre mon épaule. après lui avoir demandé de ne plus jamais faire ça je le reposait par terre et sa mère lui demenda d'aller jouer. bien sûr elle suspectait quelque chose. après tout quand je lui avait expliqué le problème j'avais bien dit ''leefean a démoli la seule échelle assez longue pour me permettre d'aller le chercher'' mais j'avais mon explication.

"Il s'est passé quelque chose, je me trompe ?"

je repensais un instant a la scene. ne serais-ce que pour m'assurer que je ne faisais pas une gaffe énorme...mais pour l'instant rien ne pressait.

-en fait je crois qu'il a réussi a monter a l'échelle et se rendre en haut sans problèmes, seulement une fois en haut il a du paniquer et projeter l'échelle avec ses pouvoirs. elle était déjà tordue quand je suis monté dessus...

je me frottait un momment l'arrière du crâne avant de terminer

-sauf que je ne pouvais pas savoir qu'en plus elle allait perdre une roue, elle était certainement déjà sur le point de lâcher après les dégats que l'échelle avait subie et mon poid a fait le reste. c'est cette erreur de calcul qui m'as valu de me retrouver au sol quelques minutes plus tôt. ensuite j'ai remis l'échelle a sa place pour te dégager le chemin au momment ou tu entrerait dans la pièce. puis je suis allé te chercher. si il n'avait pas démoli cette échelle tu n'aurais pas eue a intervenir.

dis-je tranquillement en essayant d'oublier mon mal de crâne...il n'y avait aucune inconsistance ou contradiction dans ma version des faits. j'espérais juste que ce gamin ne m'avait pas causé de réels dommages. si je me mettait a perdre la boule par sa faute il risquait de le sentir passer mais après un pettit examen de mes souvenirs je m'apperçut que je me rapellais de tout ce dont j'étais senssé me souvenir. au moins ma mémoire était intacte. cependant je décidais de passer chez amina plus tard pour être fixé. allors que je regardais par la fenêtre pour essayer de me distraire je vis quelque chose qui eut sur moi l'effet d'une décharge électrique...de la lumière, beaucoup de lumière, beaucoup trop de lumière pour un village paisible et sombre que celui-ci ou toutes les lumières ou presques s'éteignaient a la tombée de la nuit

*ils sont la ?! déjà ?! merde ! c'est pas le momment !*

je me tournais vers fély. mieux valait qu'elle sache ce qui risquait de se passer. seulement avant je voulais être sûr de mon coup

-...eh...dit fély, ça t'ennuierait de garder un oeil sur le pettit s'il-te-plaît ? je dois sortir une minute. ce ne sera pas long.

après avoir prévenu leefan que je sortais une minute -il semblait occupé a poursuivre manoir qui se sauvait constamment, un biscuit dans la bouche- j'enfilais un manteau et sortit dans la nuit. maa distination ? le cimetière situé derrière le manoir bien sûr !

la première chose que je fit fut d'appeler l'un des nombreux spectres qui hantaient ce village. après l'avoir salué et m'être incliné comme a mon habitude je lui demandais d'aller voir ce qui se passait a la porte du village. il partit donc dans la nuit et me laissa seul pendant troir bonnes minutes qui m'apparurent comme les plus longues de toute ma vie...sauf que j'avais souvent cette impression étant donné que j'avais toujours une cattastrophe a gérer ces temps-ci. seulement les nouvelles qu'il m'apportait me glacèrent le sang...la lumière immobile aux portes de la ville semblait uniquem,ent destinée a attirer mon attention et des troupes étaient déjà en train de se diriger par ici !


*nom de- je me suis fait berner comme le dernier des crétins !*

sans perdre une seconde je filais vers le manoir. par necro gate cette fois. je fit donc irruption dans le salon passant a un cheveux de recevoir manoir sur la tête: il semblait avoir sauté pour échaper au pettit et il avait encore son biscuit dans la bouche. je me dirigeais vers fély en marchant le plus normalement possible pour éviter de faire paniquer la pettite fouine qui courrait après son chat. je chuchottais a l'oreille de sa mère pour qu'il n'entende pas

-il y a urgence...prend leefaen et soyez prêts a partir dans dix minutes. nous avons des visiteurs, et pas du genre amicaux. ils se dirigent par ici et arriveront d'une seconde a l'autre

dis-je en vitesse pendant que j'allais vérifier dehors...personne en vue, nous avions donc encore un peu de temps. je prit donc mes armes et des vêtements chauds et les enfonçait en vitesse dans un sac tout en évitant soigneusement de répondre directement a leefaen lorsqu'il me demanda pourquoi nous devions sortir...ce que j'ignorais c'est que les intrus étaient déjà a la porte

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Mer 14 Déc - 0:05

-en fait je crois qu'il a réussi a monter a l'échelle et se rendre en haut sans problèmes, seulement une fois en haut il a du paniquer et projeter l'échelle avec ses pouvoirs. elle était déjà tordue quand je suis monté dessus...-sauf que je ne pouvais pas savoir qu'en plus elle allait perdre une roue, elle était certainement déjà sur le point de lâcher après les dégats que l'échelle avait subie et mon poid a fait le reste. c'est cette erreur de calcul qui m'as valu de me retrouver au sol quelques minutes plus tôt. ensuite j'ai remis l'échelle a sa place pour te dégager le chemin au moment ou tu entrerait dans la pièce. puis je suis allé te chercher. si il n'avait pas démoli cette échelle tu n'aurais pas eue a intervenir.

Oui je comprend mais ce que je ne comprend pas c'est pourquoi, il n'a pas utiliser son don de lévitation pour faire monter l'échelle vers lui.

Je ne me rappelais plus si je lui avait parlé de ce don ou pas et je m'attendais à devoir lui donner une explication mais Rosiel semblait concentré sur tout autre chose :

-...eh...dit fély, ça t'ennuierait de garder un oeil sur le pettit s'il-te-plaît ? je dois sortir une minute. ce ne sera pas long.

Sceptique, je le toisais un moment mais répondis affirmativement :

"D'accord, à plus tard. Lee ! Où-es-tu ?"

Je quittais la bibliothèque pour retrouver mon chaton et nous allâmes nous installer dans le salon.

"Mon chéri, montres-encore à maman comme tu fais bouger les objets s'il-te-plaît".

Le petit garçon regarda alors une rose dans un vase, la fit sortir rien qu'en la fixant et l'amena jusqu'à sa mère.

"Tiens maman, c'est pour toi.

-Merci mon amour. Dis-moi, pourquoi n'a tu pas fais léviter l'échelle pour pouvoir redescendre ?

-Parce qu'elle était trop lourde. J'ai essayé pourtant. Dis maman, tu crois que je suis pas normal ?

-Pourquoi dis-tu ça mon chéri ?

-Parce que moi j'ai des pouvoirs et pas le autres.

-Mais mon chéri, maman, aussi à des pouvoirs.

-C'est vrai ??? C'est quoi ? C'est quoi ?

-C'est d...

-il y a urgence...prend leefaen et soyez prêts a partir dans dix minutes. nous avons des visiteurs, et pas du genre amicaux. ils se dirigent par ici et arriveront d'une seconde a l'autre

Rosiel avait débarqué dans le salon, visiblement pas rassuré du tout. Je me défendis en proposant mon aide :

"Laisses-moi venir t'aider ROsiel,je peux certainement t'aider !

-Maman restes avec moi..."

Mon fils semblait avoir peur de cette arrivée massive et je songeais qu'en fait, ma place était plus avec mon fils à le protéger qu'en pleine bataille a risquer de me faire tuer et de laisser mon enfant orphelin. Rosiel, d'autre part, me rappela la promesse que je lui avait faites concernant le fait de fuir si un danger venait à nous guetter. Je capitulais donc et pris Lee dans mes bras :

"Je reste avec toi mon chéri. Rosiel, fais attention à toi. Je prend un des passage secret qui mène à la forêt et je t'y attendrais. J'enverrais un oiseau prendre des nouvelles du combat et si je trouve comment mettrre Lee parfaitement en sécurité, je viendrais t'aider".

Je posais la tête de Lee sur mon épaule et attirait Rosiel vers moi pour l'embrasser :

"Sois prudent et reviens-nous en un seul morceau ou tu auras affaires à moi".

Je déposais un un nouveau baiser sur ses lèvres et quittais rapidement la pièce. Je gagnais le passage secret et terminais ma course en pleine forêt. Là, je déposais Leefaen par terre, le laissant jouer et j'appelais un corbeau pour lui confier pour tâche de me faire part de l'évolution des évènements au manoir.

Je priais pour qu'il n'arrive rien à Rosiel, je tenais tant à lui...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1894

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Mer 4 Jan - 6:26

fély sembla comprendre assez rapidement ce qui se passait et elle me proposa immédiatement son aide. aide qu'en temps normal je n'aurais pas refusé étant donné l'équipe du tonnere que nous formions. mais je ne voulais pas la mêler a cette histoire. de plus elle devait veiller sur son fils en priorité. je n'eus cependant pas le temps de décliner: c'est le pettit qui s'en chargea

"Laisses-moi venir t'aider Rosiel,je peux certainement t'aider !

je n'en doute pas mais-

-Maman restes avec moi..."

mon amie prit donc son bambin dans ses bras et lui donna son accord

"Je reste avec toi mon chéri. Rosiel, fais attention à toi. Je prend un des passage secret qui mène à la forêt et je t'y attendrais. J'enverrais un oiseau prendre des nouvelles du combat et si je trouve comment mettrre Lee parfaitement en sécurité, je viendrais t'aider".

je hochais lentement la tête

-je suis d'accord...que leefaen s'habille chaudment. on ne sait jamais

a ma légère surprise fély posa la main sur mon épaule, m'attira a elle et m'embrassa avant de me dire

"Sois prudent et reviens-nous en un seul morceau ou tu auras affaires à moi".

puis elle m'embrassa de nouveau. j'aurais essayé de faire durrer le momment si il n'y avait pas eu cette menace

-je n'ai pas l'intention de mourrir ici. nous avons encore beaucoup de temps a passer ensemble tout les trois. mais toi aussi sois prudente: ils pourraient avoir d'autres forces qui se dirigent par ici depuis d'autrres directions allors ouvre l'oeil sinnon c'est toi qui aura affaire a moi. bonne chance

puis mon amie partit avec son fils par l'une des portes secrètes que je lui avait montrée. la conaissant elle y serait en peu de temps, je fermais un momment les yeux adressant une prière silencieuse a la mort pour qu'elle prenne mes ennemis et se tienne loin de fély. celle-ci avait quitée ma résidence au bon mommentailleur puisque quelques secondes plus tard on vint frapper a la porte ce qui me fit sursauter viollement

*ils se donnent la peine de frapper !? eh bien je ne m'attendais pas a autant de politesse, je sserais très mal élevé de ne pas répondre mais autant préparrer un peu le terrain*

puis je murmurrais silencieusement

necro gate !

a partir de mes pieds se dessina un grand cercle d'énergie violet et noir dégageant de la fumée qui grandit et grandit jusqu'a couvrir comme un tapis tout le plancher de l'étage duquel sortit une pettite troupe de squelettes, de zombies et un unique oiseau squelette que j'envoyais surveiller fély et leefaen et auquel j'ordonnais de revenir et me guider vers eux sil ils étaient reppérés. puis je tirais ma rapière et ouvrit rapidement la porte avant d'enfoncer puis de retirer aussi vite que je le pouvais mon arme dans le corps de l'homme en toge rouge qui se tenais devant moi une énorme torche allumée a la main. mon attaque surprise le prit de cours allors qu'il lançait une sommation. c'était déshonorable et je n'aimais pas ça mais comme ils étaient venus ici par centaines j'estimais avoir droit a une pettite attaque surprise

-lors rosiel demaleth, vous- aaaaaaaaaaaaahhh

mais mon coup de rapière lui avait percé le coeur et il tomba immédiatement par terre. sachant que tout les autres -ils étaient six devant la porte ce qui laissait suggérer qu'ils allaien aussit attaquer ailleur- allaient bientôt se remettre du choc et attaquer je me jetais a l'intérieur de ma maison. poursuivis par les six hommes grands et massifs qui ne suspectant pas le piège tombèrent en plein dedans et furent assez rapidement mis en pièces par mes sbires.

c'est a ce momment la que les choses commencèrent a se gâter: en fait même si je m'attendais a d'autres attaques mes adversaires me surpassaient sérieusemennt en nombre...et contrairement a moi qui improvisait tant bien que mal eux avaient déjà préparrés leur coup avec une minuties redoutable.

c'est ce de quoi je m'apperçut lorsque d'autres hommes et femmes en toges firent irruption dans le hall d'entrée...en sortant des pièces situées au deuxièmme étage ! misère ! ils avaient déjà le contrôle d'un étage entier sans compter qu'un autre groupe avançait déjà vers la porte pour me couper toute retraite...mais la n'étais pas le pire

ils avaient commeencés a utiliser leur magie et ceux de l'étage supérieur qui étaient apparement très agiles sautaient carrément en bas tout en larguant des boules de feur au dessus de ma tête. comme tout ça était assez mal engagé j'eus recouras a un pettit stratagème. d'une je laissais-là tout mes sbires exepté l'oiseau et j'invoquait un simple cheval squelette qui sortit de la necro gate et m'aida a l'enfourcher avant de sauter par dessus les troupes et de m'enporter a l'extérieur


-il s'enfuit ! ne laisser pas ce lâche s'échapper ! tuer-le ! tuez-le ou nous seront tous détruits !

*c'est ça suivez-moi...allez !*

mais il y avait un détail qui m'avait échappé...un assez grand nombre d'entre eux avaient aussi des chevaux et ils se lançerent sans attendre a ma poursuite en m'envoyant des flèches avec une telle précision que je devais me téléporter pour les éviter et que malgré cela de3ux d'entres elles m'atteignirent, une me transperça la jambe tout près d'une artère me déconcentrant, m'arachant un cri de douleur et me faisant la ramener contre mon torse. mouvement qui faillit me faire chuter. l'autre fit des dégats un peu plus léger: elle se ficha dans les muscles entre mon cou et mon épaule droite...j'allais devoir passer un momment chez amina en espérant qu'elle soit capable de soigner mes blessures quand j'en aurais fini avec eux...heureusement ils n'étaient pas les seuls a pouvoir tndre dess pièges. essayant de faire fi de la douleur brûlante et de la sensation écoeurante de mon sang qui coulait je poussais ma monture a fond...ma destination ? le cimetière bien sûr ! restait juste a espérer que mon plan fonctionne et que fély s'en tire bien de son côté. je lui faisait énormément confiance mais au fond j'étais quand même mort d'inquiétude: et si les troupes restantes, celles qui n'avaient pas participées a l'attaque leur était tombé dessus ? je préférais éviter d'y penser

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Ven 2 Nov - 11:55

La course pour fuir un danger dans j'ignorait beaucoup de choses me sembla très longue mais j'en vit enfin le bout. Nous arrivâmes devant une vieille porte couverte de végétations séchées et de toiles d'araignées. Une portes avec des gongs énormes et une poignets noires que j'hésitais à tourner. J'avais comme une sorte de pré-sentiment. La louve de Lee semblait inquiète car elle grognait devant la porte close. Tournant mes oreilles dans tous les sens, je cherchais à entendre ce qu'il y avait de l'autre côté. J'entendais le bruit de l'eau. La rivière qui traversait Valhaine se trouvait derrière. Je comprenais maintenant où je me trouvais. J'y étais déjà passais. En principe, cette parcelle de rivière avec vue rapprochée des mur du manoir devait être entouré d'une végétation dense et florissante. Lee se mit à gémir.

Maman, il fait noir


Je posais ma main sur les lèvres de mon bébé qui avait tant grandit en quelques jours que je ne cessais de m'en étonner. A chaque fois que je le voyais, je pensais *Ne va-t-il jamais s'arrêter de grandir?* J'étais cens avoir un bébé de quelques jours dans les bras et il paraissait avoir 1 an. Et encore... J'avais pris à la rigolade sa petite escapade en haut de la bibliothèque de Rosiel, pour ne as inquiéter mon fils qui semblait tout comprendre, mais j'étais inquiète malgré tout. Rosiel était certainement dans le même cas que moi. Que faisait-il la d’ailleurs ? Est-ce-qu'il était déjà en train de régler le problème ? Ou attendait-il l'assaut derrière ses murs ? Ne pas savoir m'énervait. Je poussas lentement la porte qui s'ouvrit avec un boucan monstrueux. Dehors, tout semblait calme. Mais alors pourquoi Mélaïna semblait si nerveuse. Je ne percevait rien qui pouvait nous mettre en danger. Je l'interpellais.

Mélaïna, cessa de t'inquiéter, il n'y a rien, tu vois bien.

La louve me grogna dessus et je préférais laisser tomber. Je déposais mon enfant dans l'herbe pour qu'il gambade. C'est alors qu'une flèche passa entre moi et lui au moment ou je me redressais et alla se planter dans la porte. Je sursauté et bondis devant mon fils our le protéger. je manquais de rentrer dans la louve qui avait fait de même. Mon arc à la main, je préparais une flèche en espérant ne pas avoir à trop m'en servir devant Leefaen. Manoir aussi était sur la défensive. Il avait prit position sur une branche basse près de son protégé. Ce dernier avait tout de suite compris qu'il y avait une menace.

Qui est là maman ?

Qui est là ?, répétais-je à l'intention de ce qui nous menaçait.

Rien ne me répondit mais je vis des silhouettes avancés armés d'étranges armes beaucoup plus perfectionnée que mon arc et qui lançaient des flèches avec une plus grande rapidité. Je n'allas pas m'en tirer comme ça aussi facilement. Mais je défendrais mon fils coûte que coûte. La petite troupe en face de moi s'approchais, menaçante, tels des zombies qui avançaient sans conscience réelle. Je ne savais pas ce que j'avais devant moi mais ça ne me plaisait pas du tout. Des flèches furent tirée et à cette distance, elles auraient du nous transpercer mais elle ne faisait que nous frôler. La louve reculait vers Leefaen. Elle ne pouvait pas se mesurer à eux mais elle pouvait protéger l'enfant. Elle avait était invoqué pour cela. Je compris ensuite que nos assaillant n'y voyait rien. Ils étaient aveugles. Mélaïna et Manoir l'avaient sans doutes compris. Les deux totems étaient aussi silencieux l'un que l'autre. Je fis signe à mon fils de ne pas faire de bruit. Il ne bougea plus et la louve s'enroula autour de lui. S'était à moi de m'occuper d'eux. Je déposais mon arc au sol en faisant le moins de bruit possible. Les flèches que tiraient les énergumènes nous frôlaient de plus en plus. L'une d'entre elles vint se planter entre les jambes de Leefaen qui étouffa un cris de surprise mais pas assez. Tris flèches furent tirée vers lui et je m'élançais au travers, les interceptant d'un coup de dague prit à ma ceinture. Je me lançais alors à l'assaut des archers avec la souplesse d'un chat de manière à faire le mois de bruit possible et j'égorgeais toutes les têtes qui passèrent devant moi. Ayant traversé la troupe, je fit autant de bruit que possible afin de les appâter vers moi. La moitié se dirigea vers moi, l'autre continua à avancer vers Leefaen. Trop proches d'eux à son goût, la louve prit elle aussi d'assaut les archers et leur arracha la tête un par un. Leefaen se mit à crier lorsque la louve prit une flèche dans le flanc gauche. Ses hurlement furent de courtes durée car elle continua son carnage avec autant de rage. C'est là que je compris à quel point elle était prête à tout pour protéger Leefaen. Voulant l'aider, je repartis dans le tas et égorgea de nouveau une dizaine mais il en restait encore le double et l'un deux percuta assez violemment pour me la faire lâcher. Mes griffes et mes crocs prirent le relais mas je fus vite dépassée. Je pris mon premier coup à l'épaule et mon cris fit pleurer mon fils qui m’appelais désespérément. Je l'entendais crier après Manoir qui lui n'avit pas bougé d'un poil.

Manoir va chercher Rosiel ! Vite maman est en danger. Maman ! Maman......!

Le chat descendis de l'arbre et vint se poser devant lui alors qu'il essayait de se lever pour aller m'aider. Lee voulu attraper son chat pour qu'il aille chercher de l'aide mais il n'écoutait rien et refusait de se laisser attraper. Ce stupide chat se foutait totalement de ce qui pouvait m'arriver. Il devait juste protéger Lee. Mais pourquoi attendait-il autant ?

Stupide chat ! C'est mon qui commande !


C'est alors que Lee fit une chose extraordinaire. Il tendit davantage ses mains vers le chat mais au lieu de l'attraper il souleva ses mains vers le haut et Manoir décola du sol lentement. S'agitant dans tous les sens, il fixait son maître avec surprise et colère mais ne pouvait pas lutter. Alors Lee resserra ses points et le chat se mit à miauler de douleur.

Tu obéis ! Vas chercher Rosiel ou je te tue !

Je ne sais comment ces mots on put arriver jusqu'à son cerveau mais il les prononça. Entre les mains sèches de mes agresseurs, je luttais tout en observant la scène avec perplexité.

Il lâcha le chat en reposant ses mains sur ses genoux. En grognant, Manoir capitula et bondit sur sa branche, puis une autre et ainsi de suite pour regagner le mur du manoir. Il disparu sur les pierres sombres. Lee porta son attention alors sur Mélaïna en difficulté. Un couteau venait de s'abattre sur elle entre les omoplates et le coup suivant risquait de lui être fatal. Elle se débattit pour se redresser et lui arracher la gorge mais un autre vint our la frapper de nouveau.

Mély non !

Il tendis sa main comme la première fois et la resserra. Le bras de l'énergumène s’immobilisa. Leefaen tira vers lui sa main et il vit le couteau s'arracher des doigts de l'archer pour aller vers lui. Me voyant également en mauvaise posture, Lee envoya sa paume de main vers le type qui me tenait pour m'éventrer et le couteau alla se planter dans sa tête. Je vit la mine radieuse de mon enfant qui venait de me sauver.

Bravo, Lee, continue !

Encouragé, il continua à désarmer les archers à distances et de les retourner contre eux. Je us reprendre un eu l'avantage mais d'autre arrivaient et ce qui je vis ensuite me fit très peur. Lee venait de s'effondrer par terre, d'épuisement. La rage d'avoir encouragé mon enfant à faire quelque chose qui lui donne ce malaise me monta tant à la tête que je la fit ressortir à travers mes coups. Des secours de Rosiel ne serait pas de refus mais je devait agir seule. Je continuais ainsi à lutter alors que le nécromencien menait son propre combat de l'autre côté des mûrs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1894

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Dim 30 Déc - 5:01

recroquevillé sur mon destrier squelette sous l'effet de la souffrance je continuais ma course effrenée vers le cimetière alors qu'autour de moi explosaient des boules de feu et sifflaient des flèches, je ne sais par quel miracle je ne fut pas atteint davantage mais j'accélérait l'allure en employant de plus en plus ma necro gate pour être bcertain de ne pas me faire toucher par quoi que ce soit, tant pas si je m'épuisait a le faire: je devais rester en vie si je voulais retrouver felyndiira et leefaen

et quand on parle du loup...enfin...du chat...

je vit manoir courrir en vitesse sur ses pettites pattes, se dirigeant vers moi aussi vite qu'il le pouvait, il ne parvint pas a me rejoindre puisque j'étais a cheval mais je prit note de l'endroit ou il se trouvait: étant donné sa pettite taille et sa fourrure noire il était quasiement impossible de le remarquer dans la nuit a moins de voir ses yeux. d'ailleur même moi je ne l'aurais pas vû sans ceux-ci.

seulement avant de porter secour a la pettite famille je devais me débarasser de la douzaine de pots de colle a cheval qui me poursuivaient et j'avais décidé de prendre un peu d'avance

j'avais déjà appelé mes troupes pour m'assurer d'avoir un joli pettit commité d'acceuil prêt a les recevoir mais comme ils semblaient pressés d'en finir et que même si elles ne m'atteignaient toujours pas leurs attaques allaient sûrement bientôt me faire faire unbe crise cardiaque je d'écidait d'accélérer un peu le service a la réception

en d'autres thermes j'amenais mes troupes vers moi a présent et comme j'étais près du cimetière celles-ci étaienent déjà visibles, je pressais donc ma monture vsquelletique a aller plus vvite en lui donnant un peu plus de jus et soutais rapidement par dessus mes troupes lorsque je vles rencontraient, elles se jetèrent en vitesse sur les archers et les pyromanciens alors que je jetais un coup d'oeil autour de moi et prenait conscience de l'ampleur des dégâts ...certaines maisons atteintes par les flammes avaient commencées a bruler ! je lançais mes ordres en vitesses


-je veux sept guerriers et trois archers pour former une escouade de recherche, une trentaine de soldats de tout types qui ratissent le village pour capturer ou éliminer les intrus, le resste des effectifs protègera les habitants et s'occupera des incendies ! éxécution !

obéissantes comme d'ordinaire mes troupes se mirent en branle et je laissait mon cheval puisque je comptais partir en forêt a la recherche de fély et leefaen et grimnpais sur le dos de l'un de mes guerriers a cause de ma jambe toujours transpercée par une flèche

puis le grouppe de rrecherche fila rapidement vers les bois en suivant manoir alors que je priais silencieusement la mort de ne pas toucher a un seul cheveux de leefaen et de fély, pas aujourd'hui en tout cas


(désolé pour le post court et de mauvaise qualité, de même que pour la très longue attente Crying or Very sad )

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felyndiira
Guerrier (1.1)


Messages : 547

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
5/50000  (5/50000)
Inventaire: Arc


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Jeu 3 Jan - 10:19

Ça n'en finissait pas et Lee qui semblait s'affaiblir. Pas étonnant pour un bambin de son âge. Comment le faire cesser tout en maîtrisant la situation ? Impossible. Je devais continuer à me battre et malgré moi, à compter sur les pouvoirs de mon enfant. Mélaïna continuait elle aussi de lutter, malgré les blessures profondes qui harcelaient son corps de toute part. C'est pour elle que je m'inquiétais alors que la louve s'acharnait jusqu'à ne plus avoir du tout de force. Songeant à elle, je m'en rapprochais tout en décapitant mes assaillant. Je voulais la soulager un peu de tous ces monstres qui la blessaient. Elle ne s'occupait même pas de moi. Son regard ne revenait qu'à un seul et même endroit dès qu'il le pouvait : sur Leefaen.

Maman !

Je sentis les assauts plus agressif soudainement alors que Lee m’appelait à l'aide. Il ne pouvait plus m'aider, ni aider sa louve. Il lui restait juste assez d'énergie pour repousser ceux qui se rapprochait trop de lui. Il leur faisait perdre leurs armes et les retournait contre eux mais il faiblissait. Je voyais mon petit recroquevillé sur lui-même avec le regard volontaire mais épuisé vers nos ennemis et une petite paume tendu devant lui pour exercer la psichokinésie. Et Manoir qui ne revenait pas... Ce n'était pas vraiment lui que je souhaitais voir revenir mais plutôt Rosiel arriver. Focalisée sur Leefaen, j'en perdais ma concentration. Même si le nombre de sbires maléfiques avait baissé, il en restait. Ceux avec les armes les plus lourdes tenaient bons car Lee ne parvenait plus à les désarmer.

Courage Lee, j'arrive mon bébé ! J'arr...

Un violent coup de poing dans la poitrine me coupa le souffle. Le coup me fit reculer et trébucher mais je repris ma stabilité en roulant plus loin et en me redressant. Pas le temps de souffler, je devais subir un nouveau coup, même de hache cette fois. Je la bloquais en utilisant mon arc comme bouclier. Je sentais ce dernier se fendre sous la puissance de bras du monstre. J'entendais Lee pleurer, appeler mais j'étais bloquer. J'hurlais de rage alors que la louve prenait un coup violent dans le dos. Je vit du sang jaillir à plus d'un mètre d'elle alors qu'une plaie béante se dessinait à travers sa fourrure. Elle s'effondra, la respiration saccadée. Mais elle tenait toujours, elle restait consciente et les yeux fixés sur Lee. Mon arc céda. Il se brisa entre mes mains et je dus bondir sur le côté afin de ne pas me prendre la hache sur la tête.

Lee cria davantage mais cette fois, lorsque je posais mes yeux sur lui, je vis un petit garçon affolé, terrifié qui pleurait, les bras entourant son corps et les yeux clos. Il était couché par terre, sans force. L'enfant s'était vidé de son énergie et ne pouvait plus empêcher les brutes de se ruer sur lui. Un dernier cris avait pu être lancé dans un dernier effort. Je n'écoutais plus, je fonçais. Je courais vers mon fils pour le protéger, bousculant violemment quiconque se trouvait sous mes pattes. Je pris des coups, mon sang coula, mais peu importait ce qu'il pouvait m'arriver. Une des créatures se tenait déjà devant l'enfant et levait un sabre au-dessus de sa tête. Je crus décoller totalement du sol tant je me précipitais. J'allais arriver trop tard. C'est alors qu'avant que l'arme n'atteigne mon fils, Mélaïna eut un sursaut. Une pulsion énergétique la fit se lever et bondir vers l'enfant à une vitesse ravageuse. Le sabre s'écrasa alors sur une boule d'énergie englobant la louve et l'enfant. Le sabre explosa en morceaux. La louve avait gardée une ultime puissance au fond d'elle pour cette protection inviolable. Lorsque j'arrivais à eux. Je ne pus même pas entrer. La louve me regarda d'un regard triste. Je savais qu'elle voulait me faire entrer avec eux mais qu'elle allait mettre la vie de Lee en péril en faisant tomber la protection. Elle ne serait pas capable d'une aussi grande force pour recréer une sphère protectrice.

Mely. Protège Leefaen. Quoi qu'il m'arrive, ne le laisse pas sortir avant l'arrivée de Rosiel ou...

Un autre coup, je roulais plus loin. Fatiguée, je me remis quand même à frapper. Mes jambes étaient lourdes et refusaient de me laisser courir. Alors qu'ils étaient presque tous sur mon, les autres frappaient sur la sphère englobant Melaïna et Leefaen. Je voyais des fissures apparaître mais l'animal tenait bon. Elle ira jusqu'à mourir d'épuisement pour sauver son protégé. Encaissant les coups, je vis enfin apparaître sur le mur, Manoir. Rosiel ne devait être loin. Je l'espérais !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1894

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   Sam 12 Jan - 8:40

la course sur le dos de mon collaborateur mort-vivant me parrut durer une éternité, j'avais la tête pleine et j'étais triplement préoccupé par le sort de fély et leefaen, l'état de l'incendie dans mon village et les troupes ennemies restantes dont je ne ppouvais pas superviser l'élimination puisque j'étais ailleur. je ne pouvais qu'espérer que mes troupes ne seraient pas décimées pendant mon abscence car si elles étaient autonomes et capables de suivre les ordres elles n'étaient cependant pas très intelligentes, si on leur tendait un piège ou une embuscade elles étaient fichues, c'est ce que je redoutais. les incendies seraient probablement maitrisés sous peu, dans l'immédiat je restait sur le dos de mon subordonné en essayant de ne pas tomber. alors que mon stress retombais pendant le voyage la douleur a ma jambe couverte de sang que l'adrénaline avait jusque là éclipsée revint a la charge m'arrachant un grognement de douleur. alors que je regardait manoir qui nous guidaient dans la bonne direction, retournant la tête pour que je puisse le voir dans l'obscurité grâce a son regard sinistre d'un rouge brillant

j'allais devoir compter sur mes troupes cette foi-ci car le trait qui m'avait atteint a la jambe l'avait traversée et se battre avec une jambe cassée n'est pas l'idéal. la douleur était difficilement supportable et je crois que ce n'est qu'a la combinaison de mon inquiétude pour fély et leefaen et a la râclée que je m'étais pris quelques années plus tôt lorsque j'avais failli être battu a mort par une foule en colère durant l'incident rosalia qui m'avait rendu salement plus dur au mal que je devais le fait de rester accroché au squelette qui me portait plutôt que de m'écrouler par terre

le voyage dura une bonne vingtaine de minutes qui me parrurent une bonne heure et lorsque j'arrivais sur les lieux ma panique revint a la charge: felyndiira se démenait contre un nombre bien supérieur d'adversaires, mes trois archers se mirent a tirrer s'attirant la réplique des arbaletriers adverses mais un autre phénomène avait aussi attiré mon attention: une pettite partie des troupes ennemies avait entreprise de s'attaquer a leefaen qui, protégé par un champ de force que son totem épuisé semblait maintenir de peine et de misère et qui se couvrait de fissures a une vitesse allarmante. j'arrachait une côte au soldat qui me tenait et descendit de son dos pour aller m'appuyer contre un arbre, cinq de mes septs guerriers courrurent s'attaquer aux agresseurs de leefaen en levant leurs longs sabres rouillés dans un cri de charge muet, les autres s'attaquêreent aux adversaires de fély qui ne cessait de jeter des coups d'oeil vers son fils chaque fois qu'elle en avait l'occasion.


-tient le coup fély ! le reste des troupes s'occupe de lee, concentre-toi sur ta propre battaille !

dis-je en donnant a l'os que j'avais saisi tout a l'eure la forme d'une faucille que je propulsais dans la tête de l'un des adversaires de felyndiira

si cela lui sauva la vie, d'un point de vue tactique ce fut une énorme erreur car aussitôt cinq adversaires se détachèrent du grouppe pour venir s'occuper de mon cas. ceux qui restaient pourraient ainsi éliminer fély sans que j'intervienne, me collant le dos a l'arbre qui me servait d'appui je tirais ma rapière et l'enfonçait dans la gorge de mon attaquant le plus proche, un homme fortement barraqué tenant une épée a deux mains et qui s'effondra avant d'avoir pu me porter un coup, dans son trépas il me tomba dessus comme une masse, pliant mon tibias cassé dans un angle impossible ce qui m'arracha un long hurlement alors j'essayais en vainv de me dégager, rendu a moité fou par la souffrance: ma jambe cassée, pliée dans le mauvais sens reposait sous moi et moi sous le cadavre d'un homme qui avait près de deux fois ma corpulence et était revêtu d'une armure. la seule chose qui me sauva ce fut la surprise de mes adversaires qui ne s'attendaient pas a me voir m'effondrer ainsi, pire ma rapière également coicée dans la trachée de mon ennemi. je n'avais plus d'arme

alors que la panique l'emportait sur la souffrance je cherchais des yeux quoi que ce soit qui me permettrait de me déffendre et pour une fois j'eus de la chance

a côté de moi, il y avait une arbalette, chargée qui plus est, son propriétaire que jusque-la je n'avait pas vû gisait mort sur le sol, tué plus tôt par l'une des flèches de fély. je laa saisi et avant de tirrer je jetais un coup d'oeil autour de moi.

j'eus alors a prendre une déscision difficile. le choix était simple et ne me prit pas une seconde mais dans un sens les larmes me vinrent aux yeux: j'avais une arbalette et un unique carreaux dont je n'étais pas certain de savoir me servir. devais-je l'employer pour éliminer l'un de mes adversaires qui avaient tous levés leurs épées et me regardaient moqueusement, se délectant probablement de la peur sur mon visage ? -je les haïssait déjà ces trois sadiques, pourquoi ne m'achevaient-ils pas tout de suite ?-

ou éliminer ce soldat armé d'un couteau qui avait soigneusement contourné le combat pour se placer derrière fély et levait maintenant son arme ?

j'espérais avoir un don avec ce machin parce que non seulement ma cible était loin et moi écrasé au sol mais en plus je devais tenir ce truc a l'envers pour pouvoir viser l'advrsaire de fély sur ma gauche et en plus ce faisant je signais mon arrêt de mort

par je ne sais quel miracle lorsque j'appuyais sur la gâchette le projectile s'enfonça directement dans la jugulaire de l'homme qui s'effondra alors qu'il s'apprêtait a tuer poignarder fély dans le dos

je serrais les paupières, me préparrant a sentir les trois épées me tomber dessus.

au lieux de ça j'entendit des lames s'entrechoquer près de moi et le poid qui me maintenait au sol disparut. je trouvais finalement le courage d'ouvrir les yeux et m'apperçut que l'un de mes soldats après avoir éliminé les agresseurs de leefaen était venu me sauver, tuant l'un des hommes par derrière avant de faire rouler sur le côté pour que jev puisse bouger, puis s'attaquant deux autres ennemis, ce subordonné fut rapidement détruit mais au moins j'eus le temps de ramper jusqu'au cadavre du propriétaire de l'arbalette pour m'emparrer de ses carraux et en envoyer deux dans la tête des soldats qui me menaçaient, je pouvais souffler un peu mais je n'en priit pas le temps

cinq ou six soldats ennemis semblaient se diriger vers nous et le gros de mes troupes était parti a leur rencontre. pendant ce temps, assis contre mon arbre j'éliminais méthodiquement autant d'adversaires que possible, surpris de ma propre adresse avec ce machin. alors qu'un soldat qui en avait marre de me voir tuer ses alliés se jetait sur moi je me saisit de l'un des os du squelette qui m'avait sauver et l'allongeait brutalement tout en le taillant en pointe avant de lui rendre sa taille normalle.

un troisième pettit grouppe semblait arriver vers le nord sans que mes sbires puissent y faire quoi que ce soit mais au moins notre situation s'amméliorait peu a peu


-ce n'ai vraiment pas comme ça que j'imaginais ma première vraie bataille a tes côtés ! lançais-je a fély avant de tirrer un autre carraux dans l'oeil d'un archer qui l'avait en joue

j'espérais seulement que ça n'allait pas s'éterniser. j'avais encore pas mal de carreaux mais si je venais a an manquer je ne pourrais plus faire grand chose ensuite

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: quand la catastrophe débarque (PV fély)   

Revenir en haut Aller en bas
 

quand la catastrophe débarque (PV fély)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» quand la catastrophe débarque (PV fély)
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» Reflexions de Castro sur la catastrophe du 12 janvier, émouvant hommage à Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastiqua le monde des invisibles :: Zone RP :: Nürnen :: Villes et villages :: Valhaine-