Fantastiqua le monde des invisibles

Forum rpg autour d'un univers fantastique qui évolue au fil de vos histoires... Pas de limite d'âge pour laisser libre cours à ton imagination...

 
AccueilPortailMapIndex de FantastiquaFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Leïna Drayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Leïna Drayne
Fantastiquien


Messages : 28

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
51/50000  (51/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Leïna Drayne   Ven 27 Mar - 22:19

Nwes

Présentation

Identité

Nom : Drayne
Prénom : Leïna
Surnom :
Âge : 16 ans
Race : Humaine
Allégeance : Aucune
Rôle : Vagabonde

Description

Description physique

Plutôt fine, Leïna n'est pas spécialement grande mais n'est pas trop petite non plus. Elle possède des yeux entièrement gris, révélateur de sa cécité, qui ne reflète ni lumière ni émotion, elle a aussi de long cheveux d'un blanc immaculé et une peau relativement pâle. Elle porte sur elle une simple robe blanche et des bottines ressemblant quelque peu à des sandales. Elle a sur elle une cape noir l'enveloppant entièrement et dont la capuche est sans cesse rabattue sur sa tête pour cacher ses cheveux.

Description mentale

D'un sang froid à toute épreuve, Leïna est quelqu'un de très calme et très peu de chose peuvent la surprendre, elle est sérieuse et d'une surprenant maturité. C'est quelqu'un d'assez solitaire et qui préfère rester à l'écart et c'est quelqu'un qu, malgré sa cécité, se veut indépendante. Il est également très difficile de savoir ce qu'elle pense puisque son visage ne trahit aucune émotion mais elle cache au fond d'elle une grande sensibilité et une profonde tristesse. Elle supporte très difficilement la guerre car elle voue un immense respect aux êtres vivants.

Histoire

  Cela s'est déroulé il y a des années, lors d'une nuit sans lune, un étrange individu enveloppé sous un châle s’approche d'un village, un lourd objet enveloppé dans un drap, il s'arrête sur le seuil d'un orphelinat et dépose la chose sur le pas de la porte. Il y jette un regard tendre avant de frapper et de s'enfuir sans laisser de trace.

- Oui, oui j'arrive !! S'exclama une grosse femme en ouvrant la porte.

  Ne voyant personne, elle fronça les sourcils et pensa à une mauvaise blague d'un des enfants du village, elle s'apprêta à retourner à l'intérieur lorsqu'elle entendit un babillement. Baissant la tête, elle découvrit un bébé enveloppa dans une couverture probablement destiné à le protéger du froid. Elle le ramasse et regarde l'enfant rire et l'emmena à l'intérieur.

- Martha, qu'est ce que... Mais... C'est... S'exclama une autre femme qui venait d'arriver.
- Oui, c'est un bébé que j'ai ramassé devant la porte. Ne reste pas là comme ça Blandine! Prépare un bain, il faut le laver.

 Aussitôt, elle part dans la salle de bain et remplie une bassine d'eau chaude, pendant que la dénommé Martha arrive, elle enlève délicatement le drap du bambin lorsqu'elle pousse un cri, alerté l'autre femme se précipita en demandant ce que se passait.

- Ces cheveux... Ils... Ils sont blanc !

  En effet, une légère touffe de cheveux blanc commençait à apparaître sur le crâne de l'enfant qui s'amusait à battre des mains ou à attraper ses pied. La jeune femme nommé Blandine s'approcha du bébé et remarqua un petit bout de papier dans le drap qui traînait à coté, elle le prit.

- Leïna, lit-elle.
- Mais qu'est ce que ça veut dire ? Demanda Martha en s'approchant.
- Que c'est le nom de cette petite, quel étrange enfant tout de même. Répondit Blandine en fixant le bêbé qui riait sans réel raison.

 Quelques années plus tard, alors âgée de 6 ans, Leïna devait sans cesse subir les moqueries des autres enfants à cause de ses cheveux. Ceux-ci l'entourèrent et la pointèrent du doigt.

- Hè, la vieille, t'as pas besoin de canne !!
- Mais dis-moi, demanda l'un d'eux en tirant violemment sur une mèche. c'est des vrais ?

  Leïna se dégagea violemment et s'enfuit en courant sous les hués et les moqueries des autres enfants, elle alla jusqu'à la forêt en essuyant les larmes qui pointait sous ses yeux, elle détestait ces enfants et souhaiterait les voir disparaître, elle s'arrêta un instant, persuadée d'avoir entendu du bruit, elle continua à avancer jusqu'à trouver un pauvre vieillard adossé contre le tronc d'un arbre, une vilaine blessure à la cuisse. Leïna s'approcha discrètement, soudain le vieil homme l'aperçut et lui fit des gestes désespérés, ce qui effraya la jeune fille qui partit en courant. Arrivé près de l'orphelinat elle se calma enfin, puis repensa au pauvre hère dans la forêt et réfléchit; il n'avait pas l'air dangereux et semblait même avoir besoin d'aide. Seulement on leur avait raconté des histoires parlant d'homme qui faisait semblant d'être fatigué afin de tromper la vigilance des enfants afin de les enlever. Mais la blessure du vieil homme était réel et sa détresse aussi.
  Après avoir réfléchi, Leïna alla à l'orphelinat, tous les enfants étaient dans la cour en train de jouer au ballon et étaient trop occupés pour faire attention à elle, elle se faufila à l'intérieur et alla à infirmerie qui, par chance, était ouverte. Elle subtilisa un rouleau de bandage et alla à la cuisine chiper deux fruits et une moitié de pain puis retourna tout aussi discrètement à la forêt, le vieil homme était toujours là et lorsqu'il vit Leïna et ce qu'elle tenait dans les bras, son visage s'éclaira. La jeune fille s'avança et se posa devant le vieillard et dit d'une voix un peu craintive.

- Monsieur, je veux vous aider, mais vous devez me promettre de ne pas m'enlever.

  Sous le regard incrédule de l'enfant, le vieil homme éclata de rire et parla d'une voix calme et posée.

- Mon enfant, sache que je n'ai jamais kidnappé de gamin, ils sont trop bruyant et trop agités. Ne t'inquiète pas, je ne te ferais rien. Mais rassure-moi, personne ne t'as suivi, je ne voudrais pas être découvert.
- Quoi ? Non, personne mais pourquoi ? Vous êtes recherché ? Vous un bandit ? Questionna Leïna soudain inquiète et en s'écartant prudemment.
- Non, non, je ne suis pas un bandit. J'ai été victime d'un odieux complot, j'étais responsable d'une des plus anciennes bibliothèque de ce monde, mais des gens, jaloux de ma position, ont assassinés un de mes plus proches amis et m'ont tenus pour responsable du meurtre. Je n'ai eu d'autres choix que de m'enfuir. Tu dois me croire.

  Leïna écouta posément l'histoire, encore indécise mais il avait l'air tellement malheureux qu'elle s'approcha et lui donna le contenu de ses bras. Le vieillard commença aussitôt à engloutir le pain et les fruits en deux bouchées. Puis il prit le bandage et se fit un pansement un peu sommaire sur sa blessure,

- Ma petite, commença l'homme. Je te remercie du fond du cœur, je me sens mieux maintenant, je vais...
- Non, vous êtes fatigué, restez ici, demain je vous amènerai encore à manger.
- Mais, euh... Bon, si tu veux petite.

  Et ce fut un manège qui dura plusieurs jours, profitant de l'inattention des enfants et des adultes chargés de s'occuper d'eux, Leïna vola la nourriture et les pansements de l'orphelinat. Les adultes commença à soupçonner certains gamins un peu chahuteur mais ne purent découvrir la véritable instigatrice de ces vols. Leïna de son coté voyait le vieil homme une fois par jour, il égayait ses dures journées en lui racontant l'histoire du monde ainsi que d'anciennes légendes. Ils finirent par se lier d'une solide amitié.
   Leïna revint dans la forêt, les bras chargés de victuailles durement volé, à cause des adultes devenus méfiant. Elle trouva le vieil érudit debout, et s'approcha de lui.

- Ah mon enfant, je suis heureux de t'annoncer que ma blessure est guérie et que je vais pouvoir repartir.
- Quoi ? Mais... Mais non, vous pouvez pas partir, s'exclama Leïna en jetant la nourriture par terre et en se jetant dans ses bras. Vous pouvez pas. Votre blessure est trop... Vous êtes...
- Ma petite, répondit le vieil homme en se mettant à sa hauteur et en la tenant par les épaules. Il faut que je parte, si je reste plus longtemps les miliciens vont me trouver et me capturer et ce n'est ce que tu souhaites, n'est ce pas ? Alors je dois m'en aller, tu comprend ?
- Voui, dit Leïna d'une petite voix et en retenant difficilement ses larmes.
- Je ne peux partir ainsi, je veux te faire un cadeau. Je sais que tu es orpheline et que tu n'as pas de nom de famille, alors j'y ai réfléchi et j'ai choisi de te donner le nom de Drayne.
- Drayne ? Répéta la petite fille.
- Oui, dans une très ancienne langue c'était un mot signifiant providence, et c'est elle qui t'as envoyé à moi, pour me sauver. Qu'en dis tu ?
- Leïna Drayne... Leïna Drayne, répéta l'enfant comme pour tester la sonorité de ses deux noms, puis son visage s'éclaira. J'adore, je veux m'appeler Leïna Drayne.
- Eh bien soit, fit le vieil homme en riant.

  La séparation fut difficile malgré la promesse de se revoir un jour. Leïna, sous les conseils de l'érudit, ne parla à personne de son nouveau nom, sachant qu'elle ne pourrait en expliquer l'origine et qu'elle avait fait le serment de ne pas parler de lui.
  Mais trois ans plus tard, un sombre événement bouleversa l'existence de Leïna. Des bandits arrivèrent au village afin de tout piller, les gens affolés partir se réfugier vers les hauteurs, les enfants et les adultes de l'orphelinat s'enfuirent immédiatement. Mais Leïna, victime d'un mauvais tour, était enfermé dans un placard. Elle dut frapper plusieurs fois de l'épaule pour sortir, par chance, la porte était vieille et ne put tenir bien longtemps. Dehors, quand elle vit ce qui se passait, elle sortit aussi vite que possible mais dehors, sur un cheval plus sombre que les ténèbres, enveloppé dans une cape noir et rouge, un homme l'aperçut. Leïna, complètement, effrayé ne put faire un geste et le cavalier se précipita vers elle mais presque arrivé à sa hauteur, un éclair surgit de nulle part et frappa juste devant la petite fille, qui hurla de douleur et cacha ses yeux. Le cheval, quand à lui, devint incontrôlable et s'enfuit du village, l'étrange cavalier sur son dos, incapable de le calmer. Les bandits, voyant leur chef partir, le suivirent sans comprendre.
  Les villageois revinrent au village, heureux qu'aucun incident ne soit à déplorer, mais trouvèrent Leïna recroquevillé dan un coin. L'une des femmes s'approcha d'elle et la prit dans ses bras.

- Leïna, est ce que ça va ?
- Blandine ? C'est toi ? Demanda Leïna en levant vers elle des yeux entièrement gris.
- Oui, c'est moi. Que t'est-il arrivé ma chérie ?
- Blandine. Aide-moi, s'il te plait, sanglota l'enfant. Je ne vois plus ! Je ne vois plus !

    Leïna raconta son histoire mais les villageois restèrent sceptiques, selon eux, il n'existait aucune magie pouvant retirer leurs sens aux hommes. Mais malgré tout, Leïna était bel et bien aveugle et les mois passèrent difficilement puisque les enfants profitèrent de son infirmité pour lui rendre la vie impossible.
   Mais un étrange événement arriva, un matin, Martha entra dans la chambre de Leïna pour l'emmener au bain. Celle-ci ouvrit les yeux et poussa un cri et pointa la grosse femme du doigt.

- Que t'arrive-t-il mon enfant ? Demanda-t-elle sans comprendre.
- Ton... Ton aura, répondit Leïna la voix tremblante. Je vois ton aura.

  Le médecin ausculta rapidement la petite fille et établit un rapide diagnostic selon laquelle, sous le choc d'avoir perdu la vue, Leïna s'amusa à mettre des couleurs sur les gens. La petite fille, consciente que là encore personne ne la croyait, cessa de dire qu'elle voyait les auras.
   La vie passa encore une fois lentement. Mais une nuit, Leïna, âgée de treize ans, se réveilla avec un mauvais pressentiment, elle se leva et alla, non sans difficulté à la fenêtre. A travers l'aura des arbres et des plantes, elle vit une aura malfaisante s'avancer lentement jusqu'à l'orphelinat. Effrayé par ce qu'elle vit, Leïna voulut réveiller les enfants et les adultes, mais elle essuya des moqueries et des refus, l'un d'eux disant qu'elle avait fait un cauchemar. Ne pouvant laisser l'affreuse aura s'approcher de l'endroit, Leïna partit avec beaucoup de mal au village où elle tenta en vain d'avertir les villageois qui ne la crurent pas et en colère d'avoir été réveiller voulurent la ramener.
   Soudain, sans prévenir, un incendie se déclara à l'orphelinat, les villageois s'organisèrent pour chercher de l'eau et éteindre les flammes. Leïna voulut aider les enfants coincés dans le feu, mais la chaleur du brasier plus certaines femmes qui la retenait de se jeter dans le bâtiment en flamme la firent renoncer. Impuissante, elle vit les auras des adultes et des enfants se consumer, un sombre spectacle l'ayant profondément marqué.
    Plus tard l'incendie fut éteint mais il ne restait plus rien de l'orphelinat et des gens qui l'habitaient. Leïna marcha longuement parmi les cendres jusqu'à ce qu'elle trouve un drap noir, mystérieusement épargné par lesx flammes, puis devinant que, étant l'unique survivante de la catastrophe, les villageois risquaient de l'accuser de ce qui venait de se passer, elle décida donc de partir, malgré sa cécité, afin de trouver des réponses à ses questions; qui était-elle ? Comment et pourquoi était-elle devenue aveugle ? A qui appartenait la sombre aura qu'elle avait et pourquoi avait-il mis le feu à l'orphelinat ? Retrouva-t-elle le vieil érudit à qui elle devait maintenant son nom ?                  

Capacités

- Elle peut voir et ressentir les auras et les énergies magiques et ce qu'ils proviennent d'êtres vivants ou d'objet magique. Il est fort probable qu'elle sache contrôler les auras mais ignore comment faire.

- "Vision aurique", Leïna envoie une onde aurique imperceptible qui lui permet, on ignore comment, de percevoir les contours des objets et les murs des pièces qui l'entourent.

Hors RP

Votre âge : 19
Activité sur le forum : 7/10
Comment avez-vous connus le forum : En cherchant un forum pour Role-player.
Votre niveau RP : 6/10
Code règlement :
Autre commentaire :




Dernière édition par Leïna Drayne le Dim 29 Mar - 8:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rosiel
Dirigeant de Nürnen


Messages : 1863

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
61/50000  (61/50000)
Inventaire: armes: rapière et faux (occasionellement) familiers: ink le book eater, boxy la chatbox du forum !


MessageSujet: Re: Leïna Drayne   Sam 28 Mar - 2:41

bienvenue Very Happy tes pouvoirs me font un peu penser à ceux de félyne mais avec un sonar en plus. j'aime Razz

entends parler de la destruction de l'une des plus grandes bibliothèques au monde et est maintenant vert de rage Evil or Very Mad

au plaisir de te croiser en RP !

_________________


even the touch of the reaper's scythe can never lay to rest the curse called love that I repel with all my might

theme de rosiel: la mort au creux des mains (silent hill 2 -truth)

(merci pour le kit quam !)

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeon
Spécialiste standard (EX)


Messages : 460

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
111/50000  (111/50000)
Inventaire:


MessageSujet: Re: Leïna Drayne   Sam 28 Mar - 9:02

Bienvenue ^^.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fûma
Prince Fûma & Co-fondateur


Messages : 722

Feuille de personnage
Capacités:
Monnaie:
161/50000  (161/50000)
Inventaire: Epée des dieux (est capable de tout trancher, est invoquée et après un certain temps -qui varie sans arrêt- disparaît sans prévenir)


MessageSujet: Re: Leïna Drayne   Dim 29 Mar - 9:06

Bonjour et bienvenue sur Fantastique.

J'aime beaucoup ton personnage j'ai hâte de voir ce qu'il va devenir.

Tu es validée.
Je te mettrai tes couleurs demain mais tu peux déjà commencer à RP si tu le souhaites ;-)

Éclates. Toi !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leïna Drayne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leïna Drayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastiqua le monde des invisibles :: Avant de RP :: Présentation :: Présentation des personnages acceptés-